Les absents ont toujours tort. Ce, même si on s’appelle Edinson Cavani et qu’on est le meilleur buteur de l’histoire du Paris Saint-Germain et un joueur apprécié et respecté par les supporters. Éloigné des terrains durant deux mois car blessé à la hanche, l’Uruguayen a perdu sa place de titulaire au profit de Mauro Icardi, prêté par l’Inter Milan. Revenu il y a peu, le natif de Salto ne comptait pas se laisser faire et voulait tout faire pour retrouver du temps de jeu et son statut de numéro 9 de l’équipe du Paris Saint-Germain. Mais la mission s’avère compliquée puisque Thomas Tuchel continue d’aligner en pointe un Icardi qui empile les buts. Sur le banc lors des deux premiers matches après son retour, Cavani est entré en jeu face à l’Oympique de Marseille. Mais il a évolué sur l’aile gauche laissant l’Argentin donc en pointe, comme du temps où Zlatan Ibrahimovic évoluait dans la capitale. Une petite régression pour un élément qui a beaucoup donné au PSG.

Forcément, cette situation n’est pas facile à vivre pour lui comme l’a avoué Thomas Tuchel en conférence de presse jeudi. Toutefois, l’Allemand avait tenu à rappeler qu’il devait composer avec la concurrence. « Il doit combattre, comme chaque joueur, pour avoir le rythme et pour avoir sa place dans l’équipe. On ne doit pas penser à un seul joueur, mais toujours à l’équipe. C’est une chose qui est dans son caractère aussi. C’est un numéro 9, c’est notre buteur et l’un des plus grands buteurs dans ce club. Mais il pense toujours pour l’équipe. Maintenant, c’est une phase un peu difficile pour lui. Il n’était pas là et l’équipe a fait très très bien sans lui. Et peut-être que maintenant son rôle peut changer, mais ce n’est que le moment actuel. Il est super professionnel, il est dans un bon état d’esprit à l’entraînement. Il n’est pas complètement heureux, mais c’est absolument normal. Il sait que c’est une saison très longue. Il faut des entraînements avec beaucoup de qualité, il s’entraîne avec un bon état d’esprit, il est tranquille ».

Tuchel ne fera pas de cadeau à Cavani

De retour progressivement à la compétition, puisqu’il avait joué une vingtaine de minutes face à l’OM (dimanche 27 octobre, 11e journée), Edinson Cavani était pressenti pour débuter la rencontre vendredi soir face à Dijon. L’occasion pour lui de retrouver des sensations et du temps de jeu face à une formation classée dernière au coup d’envoi. Mais Thomas Tuchel en a décidé autrement, préférant faire confiance de nouveau à Mauro Icardi, qui restait sur 7 buts lors des 5 dernières sorties du Paris Saint-Germain. L’Allemand a donc choisi de poursuivre avec lui et de ne pas le faire souffler. El Matador, lui, était remplaçant. Un remplaçant qui avait décidé de ne pas s’échauffer avant la rencontre, contrairement aux autres parisiens dans son cas vendredi. Légèrement agacé, il est resté assis sur le banc emmitouflé dans sa doudoune une bonne partie de l’échauffement. Puis, il a assisté à la rencontre avant de faire son entrée à la 72e minute à la place de Paredes pour essayer d’aider son équipe à égaliser voire à gagner. Aux côtés d’Icardi, qu’il a servi (75e), il a tenté de faire la différence sur le peu de temps qu’il avait. Mais comme ses coéquipiers, il a manqué de réussite (83e).

Utilisé comme joker de luxe dans un secteur offensif qui ne bouge pas contrairement aux autres postes où Tuchel expérimente des choses, Edinson Cavani doit donc se battre pour retrouver une place de titulaire. Une place que son coach, qui doit aussi gérer son retour à la compétition pour éviter une rechute, ne compte pas lui offrir sur un plateau. « Non (il ne regrette pas de ne pas avoir titularisé Cavani), je dois prendre des décisions. On a laissé Mauro (Icardi) sur le terrain, ce n’est pas un poste où tu laisses un joueur sur le banc quand il est en forme et marque. Ça a été le cas avec Edi (Cavani) pendant des années. Les titulaires du jour méritaient de jouer, ce sont des décisions dures pour Edi, Pablo Sarabia aussi. Ils ont été très performants à l’entraînement. Il y a beaucoup de décisions difficiles à prendre, et j’espère que cela va continuer ». Un message qu’a dû entendre Edinson Cavani qui doit prendre son mal en patience et se montrer décisif sur le peu de temps de jeu qu’il a (2 buts cette saison, Cavani n’a plus marqué depuis le 18 août). Alors qu’il semble penser que les dés sont pipés et que Paris souhaiterait son départ en fin de saison, le footballeur sous contrat jusqu’en 2020 ne lâchera pas l’affaire comme cela. Ce serait mal le connaître.