Ce vendredi soir le Paris Saint-Germain a subi sa troisième défaite de la saison (et huitième de l’année civile) en Ligue 1 contre Dijon (1-2). Après Rennes et Reims, cela est déjà trop puisque c’est la pire année des Parisiens depuis 2010, soit un an avant l’arrivée des Qataris, qui a propulsé le Paris SG dans une autre sphère. Après la rencontre face aux Bourguignons, Thomas Tuchel n’a pas hésité à pointer du doigt certains de ses éléments qui manquaient d’implication.

« On a été très passifs en première mi-temps. On a manqué de précision, de rythme. On a joué très passif, trop passif. Pas seulement défensivement, offensivement aussi. On n’a pas joué ensemble. On n’a pas joué sur nos principes de jeu. En deuxième mi-temps, c’était mieux, car en première on a dû faire trois frappes et dix-sept en deuxième. On n’a peut-être pas mérité d’avoir de la chance aujourd’hui. C’est une victoire pour Dijon. (...) On a eu beaucoup d’occasions. C’était possible de gagner en deuxième mi-temps », expliquait ainsi l’Allemand dans la soirée qui a suivi la défaite au DFCO sous une pluie diluvienne.

Thomas Tuchel y a peut-être été un peu fort

Mais cette défaite peut s’expliquer. Que ce soit par le manque de rythme de certains (Draxler) ou l’inaptitude de Tuchel à remobiliser ses hommes. Mais ce ne sont pas les seules raisons. En effet, selon le journal L’Équipe, on fait entendre, dans l’entourage des joueurs, qu’ils n’auraient pas du tout apprécié la sortie de Thomas Tuchel après la victoire contre l’Olympique de Marseille sur le score de quatre buts à zéro, au Parc des Princes, dimanche dernier.

En fait, si la première période a été de haute volée, la seconde a été nulle. C’est-à-dire que Kylian Mbappé et ses coéquipiers ont tout simplement arrêté de jouer et ça n’a pas plu à l’ancien du BvB, qui l’a fait remarquer en conférence de presse. Sauf que les joueurs, eux, ont mal pris ces déclarations puisqu’ils considèrent (à raison) qu’ils ont offert une excellente première période et qu’ils ont régalé tout le monde. Reste à savoir si ces petites rancunes vont rester... ou pas !