« Non, franchement, ce qu’il dit ou ne dit pas... Honnêtement, je ne l’écoute pas ». Voilà ce que répondait le président du Paris Saint-Germain mardi soir, après la victoire parisienne en terres écossaises, lorsqu’il a été interrogé sur les multiples sorties médiatiques de Jean Michel-Aulas au sujet de son club et de ses transferts exorbitants réalisés cet été. L’Equipe dévoile aujourd’hui de nouveaux éléments sur la relation entre les deux hommes. Le quotidien sportif rapporte par exemple des propos d’Aulas sur son homologue parisien : « je n’ai rien contre Nasser. Souvent, par facilité, on m’oppose à lui, alors que j’apprécie l’homme ».

L’inverse ne semble cependant pas être réciproque. En effet, Aulas explique ne pas avoir reçu d’invitation de la part du président pour les traditionnels repas d’avant match régulièrement organisés entre présidents de clubs avant les matchs. Et selon l’Equipe, le PSG ne compte pas se prêter à ce jeu là. Le média, qui cite l’entourage du président parisien, affirme que « Jean-Michel Aulas l’agace au plus haut point ». Al-Khelaïfi éviterait même le président de l’Olympique Lyonnais lors des réunions de l’ECA.

Si le PSG n’a donc a priori pas l’intention de lancer une réconciliation expresse, comme l’avaient pu faire Desplats et Aulas après leurs récents accrochages, ce dernier veut en tout cas éviter que les choses se dégradent avec le PSG. « Si Nasser est irrité, je comprends, car c’est le jeu médiatique d’avoir voulu nous opposer, mais c’est fondamental que l’on s’entende bien pour défendre les intérêts des clubs français », assure-t-il, toujours dans l’Equipe. Reste donc à voir si le PSG l’entendra de cette oreille, mais une chose semble sure, si Aulas continue ses sorties médiatiques controversées au sujet du club de la capitale, il n’y a que très peu de chances que Nasser Al-Khelaïfi songe à faire un pas vers lui.