Ce dimanche, l’Olympique de Marseille reçoit le Paris Saint-Germain pour une affiche qui déchaîne les passions depuis plusieurs décennies. Une rencontre au sommet, à fort enjeu puisque les deux équipes, respectivement troisième et deuxième, se tiennent à un petit point au classement. À quelques heures du Classico, Gabi Heinze, le défenseur argentin qui a disputé trois saisons sous le maillot parisien et deux sous celui de l’OM, a livré son avis sur ce match particulier et sur l’effervescence qu’il suscite.

« Les Classicos sont des matches complétement différents. Ils n’ont rien à voir les uns avec les autres, souligne Heinze au micro de Canal+. L’équipe la plus riche a le plus de chances de remporter le championnat. Mais un Classico, ça n’a absolument rien, mais alors rien, à voir du tout. Les Classicos se jouent avec d’autres choses. Ils se jouent avec le cœur, ils se jouent avec la tête. C’est un match unique. » Un match unique qu’il a eu la chance de disputer avec les deux formations. Mais pour l’ancien international argentin (72 sélections), une équipe l’a plus marquée que l’autre. Il s’agit du Paris Saint-Germain.

« Ce dont je me souviens le plus, c’est l’affection qui m’a été donnée par les supporters. Et je peux le dire, ce sont les trois plus belles années de ma carrière », avoue Heinze sans pour autant minimiser son passage chez l’ennemi. « Tout ce que j’ai fait dans chaque club m’a marqué. Je savais que les Marseillais étaient des supporters exigents, et que la seule façon de les conquérir était de gagner un titre. Sinon, ils allaient me tuer. J’ai vécu deux ans magnifiques dans ce club, mais l’histoire d’amour que j’ai vécue avec le PSG, c’est quelque chose que je ne vivrai plus jamais. » Une histoire d’amour qui s’est pourtant mal finie, le public du Parc des Princes n’appréciant pas du tout la "trahison" du Gringo, qui avait quitté le PSG avec le statut d’idole.

Pour autant, le défenseur central, aujourd’hui au Newells Old Boys, en Argentine, ne regrette rien, même si une scène l’a particulièrement marqué : son retour au Parc, sous le maillot marseillais. « Dans les deux équipes, ça a été de grandes émotions. Et tous deux m’ont réussi. Le match qui m’a touché, c’est quand je suis revenu à Paris avec le maillot de Marseille. L’entraîneur m’a dit que je ne jouerais pas, mais je lui ai demandé de le laisser faire mes preuves. J’appréhendais quand même l’entrée au Parc, et ce fut vraiment terrible, se souvient Heinze. Mais j’ai défendu les couleurs de l’OM, et cette année-là on a été champions. » Si les supporters du PSG ne lui ont toujours pas pardonné son passage à l’OM, les supporters du club phocéen ne gardent que des bons souvenir du stoppeur argentin. Ce dimanche, Parisiens et Marseillais se retrouvent en championnat. Avec la ferme intention de ne rien laisser à l’adversaire.