Début décembre, le Stade Rennais, mal en point et en points, décidait de limoger son entraîneur Sabri Lamouchi. Le lendemain, Julien Stéphan, un temps annoncé du côté de Monaco pour venir épauler Thierry Henry, était nommé entraîneur de l’équipe une. Moins de dix jours plus tard, le fils de l’adjoint de Didier Deschamps était confirmé dans ses fonctions jusqu’à la fin de la saison. Et ce qu’on peut dire, c’est que les résultats parlent pour lui.

En effet, ce samedi, les Bretons ont clos leur année sur une probante victoire contre le Nîmes Olympique sur le score de quatre buts à zéro. « On est en embuscade. C’est la dynamique des joueurs qui est impressionnante. Ce qu’ils font en décembre, c’est extraordinaire », déclarait le néophyte en conférence de presse à l’issue de la victoire de ses hommes. Car son mois a été absolument parfait. Pour commencer, Stéphan est entré dans l’histoire du SRFC.

Julien Stéphan fait preuve d’humilité

En effet, il est le premier coach de l’histoire du club a gagner ses trois premiers matches de Ligue 1. Mais il a fait mieux encore ! En effet, il n’a perdu aucun point. Il a commencé par une victoire devant l’Olympique Lyonnais le 5 décembre (2-0) avant d’enchaîner contre Dijon (2-0), mais aussi Astana (2-0), ce qui a permis au SRFC de se qualifier pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa où les Bretons affronteront le Bétis Séville en février (le 14 et 21).

Mais pour le nouveau coach, il est juste question de faire preuve d’humilité. « Non, non. Au Stade Rennais, il faut faire preuve de beaucoup d’humilité. Les derniers résultats ont été positifs, génèrent de la confiance, mais en aucun cas un excès de confiance. On sait pourquoi on a eu ces résultats-là », a-t-il ainsi analysé. Mais maintenant, le Stade Rennais peut voir venir et on comprend désormais pourquoi Thierry Henry tenait tant à l’attirer.