Déjà aperçu en fin de saison passée avec Rennes, Eduardo Camavinga (16 ans) efface les records de précocité les uns après les autres au point d’avoir intégré le Guiness book des records. Brillant face à Montpellier, étincelant face au PSG, le milieu de terrain originaire d’Angola était d’ailleurs sacré meilleur joueur du mois d’août en L1, bien évidemment une première pour un joueur de son âge.

Un coup de mou était à prévoir pour la pépite du Stade Rennais. Mais, s’il n’a pas été titularisé en Ligue Europa face au Celtic Glasgow, Camavinga a disputé dimanche soir face à l’OM son dixième match de la saison toutes compétitions confondues sans que cela puisse se voir physiquement parlant. Car une fois encore, le n°18 rennais a éclaboussé la rencontre de son talent. Et après une masterclass face au PSG, il a remis ça dans l’ambiance survoltée de l’Orange Vélodrome. Certes, il a eu du déchet dans son jeu, mais le milieu de terrain rennais affiche une telle aisance technique, une telle sérénité à seulement 16 ans, que sa performance ne peut laisser de marbre.

« Comme je suis le plus jeune, on me prend toujours pour un petit, mais sur le terrain, il n’y a pas de petit »

Élu homme du match hier soir par Canal +, Eduardo Camavinga s’est présenté pour la première fois face aux médias. Si les réponses ont été courtes, le milieu de terrain rennais s’est expliqué sur sa précocité et sur son extrême sérénité. « J’ai toujours été comme ça, j’ai souvent été surclassé. Du coup, jouer avec les plus grands, ça ne me fait pas peur. J’essaie d’apporter ma pièce à l’équipe (sic). Comme je suis le plus jeune, on me prend toujours pour un petit, mais sur le terrain, il n’y a pas de petit, il y a un ballon et on joue normal (…) », explique-t-il plein d’aplomb malgré son manque d’expérience face à la presse.

À l’écouter, le football est simple. « C’est du football, quand le ballon arrive dans les pieds, on sait ce qu’on a à faire. On a pas à paniquer, c’est du football et on prend du plaisir. » Une philosophie de jeu dont de nombreux milieux de terrain de Ligue 1 devraient s’inspirer. Quoi qu’il en soit, l’éclosion précoce et inattendue à un tel niveau de Camavinga fait un heureux : le Stade Rennais. Le club breton, qui a réussi à blinder sa pépite au début du mois d’août jusqu’en 2022, peut espérer le conserver au moins jusqu’à la fin de la saison voire jusqu’à ses 18 ans. Mais pour cela, il va devoir faire face à une forte concurrence européenne et pourquoi pas celle du PSG. D’ici là, et comme il en a pris l’habitude, Eduardo Camavinga va poursuivre son apprentissage express de la Ligue 1, si ce n’est pas déjà fait à la vue de la régularité de ses performances depuis le début de la saison…