Le feuilleton touche à sa fin, Yoann Gourcuff va bien s’engager avec le Stade Rennais après de longues semaines d’atermoiement. Interrogé par France Football, l’entraîneur du club breton, Philippe Montanier, s’est montré confiant, même s’il n’oublie pas que le plus important dans l’histoire sera de remettre le meneur de jeu définitivement sur pied.

« Pour l’instant, on attend. Tous les signaux sont au vert. Lui, il fait une fixation : « je veux être à 100% pour revenir, je ne veux pas trahir le club ». C’est intègre, honnête, je le crois sincère. Mais moi, je pense qu’il ne peut pas y arriver tout seul. Tu ne peux pas être dans ton coin à faire un peu de vélo, un peu de piscine, et revenir à 100% », a-t-il déclaré. L’objectif, pour le Stade Rennais, sera donc d’accompagner le mieux possible Gourcuff dans sa quête de plénitude physique. Un but que l’Olympique Lyonnais a souvent cherché à atteindre, de plusieurs manières différentes, sans jamais trouver de véritable solution miracle.

Patience obligatoire

Le Stade Rennais, lui, a décidé d’ôter toute pression autour du parcours de Gourcuff au sein de son club formateur. « On le prend en connaissance de cause », assure Montanier. « Si jamais Yoann vient, on sait bien qu’il ne va pas casser la baraque tout de suite. C’est pour cela qu’on n’a pas construit l’équipe autour de lui, parce qu’on ne savait pas s’il allait venir et parce qu’on ne sait pas quand il sera opérationnel. C’est un bon mec, un grand joueur, il est d’ici. J’espère que ça va marcher et que ça lui donnera envie de rester. Et, si jamais il part, on se dira qu’on a fait quelque chose de bien pour un gars d’ici. J’ai envie qu’on l’aide et qu’il nous aide ».

Pour cela, Montanier privilégie donc une intégration relativement lente, axée sur le désir du joueur, qui refuse d’être présenté comme une recrue majeure. Désireux d’arriver dans un relatif anonymat, ce qui paraît impossible, et de ne pas être présenté comme le patron du jeu rennais, Gourcuff devra aussi s’adapter au schéma en 3-4-2-1 instauré par Montanier depuis le début de la saison, à priori bâti pour faire briller les ailiers comme N’tep ou désormais Quintero.