Le Roazhon Park accueillait une belle affiche en ce dimanche après-midi entre le Stade Rennais et le PSG. Un choc qui marquait également les retrouvailles entre Hatem Ben Arfa et son ancien club. A cette occasion, Sabri Lamouchi optait pour un 4-3-3 avec le trio Bourigeaud, Niang, Sarr en pointe. Ben Arfa débutait lui la rencontre sur le banc. De son côté, le Paris SG souhaitait se relancer après son revers en Ligue des champions à Liverpool (2-3). Thomas Tuchel alignait un 4-3-3 et laissait au repos Thiago Silva, et titularisait Julian Draxler à la place de Kylian Mbappé suspendu. Dès les premières minutes, les joueurs bretons mettaient la pression sur les buts de Buffon qui devait s’employer sur une belle volée de Mbaye Niang (4e). Rennes affichait un visage séduisant en début de match et Marquinhos sauvait sur sa ligne une frappe de Lea-Siliki (10e).

Sur le corner de Clément Grenier, Niang touchait le cuir de la tête et Rabiot déviait involontairement le ballon dans ses propres buts pour l’ouverture du score rennaise (1-0, 11e). Après cette ouverture du score, Rennes reculait et laissait l’initiative aux Parisiens, sans pour autant être mis en danger. Juste avant la pause, les hommes de Sabri Lamouchi manquaient le deuxième but. Sur la droite, Sarr se jouait de Bernat et servait Niang qui décalait Bensebaini sur la gauche dont la frappe était déviée par Buffon (39e). Quelques secondes avant la pause, le PSG égalisait. Sur la droite, Meunier alertait Draxler qui centrait pour Cavani qui laissait passer le ballon. Angel Di Maria à l’entrée de la surface décochait une frappe imparable pour Koubek (1-1, 45e).

Meunier met le PSG sur les bons rails

Au retour des vestiaires, le PSG se procurait une belle opportunité. Neymar lançait Cavani dans la profondeur. El Matador voyait sa frappe croisée toucher le poteau (46e). Dans la foulée, Marco Verratti alertait sur la gauche Di Maria dont la reprise passait juste au-dessus (47e). Les hommes de Tuchel entraient beaucoup mieux dans le second acte. Verratti combinait bien avec Di Maria. Le petit hibou centrait pour Neymar dont la frappe était mal négociée par Koubek, Cavani qui a bien suivi butait sur la défense bretonne, tout comme Neymar (52e).

Le PSG prenait l’avantage à l’heure de jeu. Bien décalé par Neymar sur la droite, Thomas Meunier ajustait sans trembler Koubek (1-2, 61e). Quelques secondes après ce but, Hatem Ben Arfa effectuait ses premiers pas en Ligue 1 avec le maillot rennais. Malgré ce but, le Stade Rennais ne rendait pas les armes. Sur la gauche, André combinait avec Bensebaini dont la frappe obligeait Buffon à dévier le cuir en corner (73e). Après une énième montée de Thomas Meunier sur le côté droit, l’international belge servait sur un plateau Choupo-Moting qui ajustait de près Koubek (1-3, 83e). Grâce à ce succès compliqué, le PSG enchaînait une sixième victoire consécutive en Ligue 1 et restait leader du championnat.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Meunier (7,5) : l’international belge s’est montré très actif sur son flanc droit. Une activité offensive matérialisée par pas mal de débordements et de centres. Impliqué sur l’égalisation parisienne où il alerte Draxler dont le centre permet à Di Maria d’égaliser (1-1, 45e). Peu avare d’efforts, le défenseur belge profite bien d’une de ses nombreuses montées pour ajuster Koubek et offrir l’avantage aux siens (1-2, 61e). Rigoureux défensivement, il s’offre une ultime montée en fin de match et sert sur un plateau Choupo-Moting pour le troisième but parisien (1-3, 83e). Un match plein pour le Diable Rouge. Remplacé par Kehrer à la 86e.

Rennes

- Koubek (5) : alors que toute la première période a été assez tranquille, il a tout de même dû s’interposer face à Cavani (43e), puis sur un corner direct de Neymar (44e). En toute fin de période, il a été trop court sur la frappe croisée de Di Maria, menant à l’égalisation (45e). Au retour des vestiaires, il a vite été inquiété, toujours par Cavani et Di Maria (46e, 47e, 52e). À l’heure de jeu, il est battu sur une frappe croisée de Meunier (61e). Il est ajusté à bout portant par Choupo-Moting sur le troisième but parisien (83e).

- Traoré (5) : titularisé à droite de la défense rennaise, il a eu du mal sur son côté. Les assauts parisiens, nombreux après l’ouverture du score, ont été difficiles à contenir, laissant quelques espaces. Offensivement, il a été à l’origine du bel enchaînement de Niang avec son centre (4e). Bien que les Parisiens aient inscrit deux buts en seconde période, il n’a pas été inquiété sur son côté.

- Da Silva (5) : il a tout de suite été sollicité, défensivement avec une belle intervention (2e), et offensivement avec une tête au-dessus (6e). Il a bien été en place et a dévié une frappe de Di Maria avant la pause (44e). Mais il n’a rien pu faire sur l’égalisation de ce même Di Maria (45e). Le retour sur la pelouse a été plus compliqué, avec un cafouillage à la 52e, que Cavani n’a pas concrétisé. Il n’a pas pu dévier le ballon de Mexer dans le but de Buffon (74e). Il était trop loin de Choupo-Moting pour le priver de son but (83e).

- Mexer (5) : comme son compère en défense centrale, il a été solide en première mi-temps, réalisant une bonne intervention devant Draxler (29e), même s’il se troue un peu sur un centre de Meunier (42e). De retour sur le terrain, c’est devenu plus difficile, et a eu du mal à faire face aux offensives adverses en début de deuxième période (48e, 52e). Il a bien remis le ballon dans la surface, mais Da Silva n’a pu marquer (74e). Sur le troisième but du PSG, il a loupé son tacle, ce qui a laissé Choupo-Moting scorer.

- Bensebaini (4) : son duel avec Draxler a été très intense. Il l’a bien contenu à la 15e, avant de s’accrocher avec lui, récoltant un carton jaune (18e). Il a tenté sa chance à la 39e, mais Buffon a dévié le tir en corner. Il a laissé Draxler centrer juste avant la pause, ce qui a mené à l’égalisation de Di Maria (45e). Il a aussi été en retard sur le deuxième but du PSG, signé Meunier (61e). Il a frappé à la 73e, mais Buffon était encore sur le coup. Le troisième but est de nouveau venu de son côté (83e).

- André (6) : placé au milieu aux côtés de Bourigeaud, le capitaine rennais a bien répondu au défi physique durant les 45 premières minutes. En témoigne ce duel avec Kimpembe à la 26e. Mais les assauts parisiens en fin de première période ont été difficiles à contenir et il n’a pas empêché l’égalisation de Di Maria (45e). En seconde mi-temps, il est intervenu de façon litigieuse sur Neymar, mais l’arbitre n’a pas sifflé (66e). Il a bien décalé Bensebaini à la 73e. Malgré un match intelligent de sa part, cela n’a pas réussi à son équipe.

- Bourigeaud (5,5) : il a été très impliqué dans cette rencontre. Il a notamment eu moins de déchets dans son jeu, par rapport à ses précédentes prestations. Il a bien été en place et a essayé de vite se projeter vers l’avant sur les contre-attaques (35e). Il a beaucoup couru, mais l’entrée de Ben Arfa l’a un peu déstabilisé. Il est remplacé Jordan Siebatcheu (75e). Sa tête à la 85e n’a pas fait mouche.

- Grenier (4) : il est tout de suite rentré dans le match, en y mettant l’intensité. Dès la 10e minute, il décale bien Léa-Siliki, qui a buté sur Buffon. Sur le corner qui a suivi, il sert bien Niang, qui a provoqué le CSC de Rabiot (11e). Mais l’ancien Lyonnais a baissé de rythme au fil du match. À part les coups de pied arrêtés, dont ce coup-franc stoppé par Buffon (54e), on ne l’a pas beaucoup vu dans l’entre-jeu.

- Léa-Siliki (5,5) : en jambe en première période, il a frappé dès la 10e, provoquant le corner amenant l’ouverture du score (11e). Il a bien aidé Bensebaini, d’abord en attaque avec un bon décalage (39e), puis en défense. Mais il a été coupable de laisser centrer Draxler amenant l’égalisation de Di Maria (45e).Il est bien revenu des vestiaires, avec une frappe (48e) etr un coup-franc intéressant trouvé (52e). Il est remplacé par Hatem Ben Arfa après le second but parisien (62e). Il a tiré au but à deux reprises (69e, 84e), sans accrocher le cadre.

- Sarr (5,5) : il a été très remuant, surtout grâce à ses accélérations sur les ailes. Il a fait un petit festival à la 24e pour sortir le ballon. Il a souvent combiné avec Niang, ce qui a fait mal à la défense adverse, surtout à Juan Bernat, son adversaire direct. Toutefois, il n’a pas été décisif malgré ses centres et ses débordements (50e, 65e). Il a parfois été victime de sa vitesse et a manqué de lucidité sur certaines actions. Il a aussi été la cible des défenseurs parisiens et a subi beaucoup de fautes.

- Niang (6) : pour sa première titularisation, le Sénégalais n’a pas tardé à s’illustrer avec une belle frappe, bien stoppé par Buffon (4e). À la 11e minute, il a bien coupé le corner de Grenier, qu’il a dévié sur Rabiot, ouvrant le score contre son camp. Très mobile, ne rechignant pas au travail défensif, il a bien combiné avec Sarr, même si ce n’a pas toujours été réussi. Au retour des vestiaires, il s’est montré par deux fois dangereux (48e, 56e) sans trouver la faille. Il a cédé sa place à Romain Del Castillo (81e). Il n’a pas pesé sur la fin de rencontre.

PSG

- Buffon (6) : le portier italien qui n’avait pas disputé les derniers matchs de son équipe, n’a pas tardé à être mis à contribution. Dès la 4e minute, il repousse une belle volée de Mbaye Niang. Le gardien transalpin détourne miraculeusement une frappe de Bensebaini avant la pause (39e). L’ancien gardien de la Juventus s’illustrait une nouvelle fois en déviant en corner une frappe de Bensebaini (73e).

- Bernat (3,5) : le latéral gauche espagnol a beaucoup participé aux phases offensives de son équipe. Si il semble très à l’aise dans ce domaine, il ne rassure pas sur le plan défensif obligeant souvent Marquinhos à venir compenser sur son côté. Il laisse filer Ismaïla Sarr sur son côté sur l’action qui amène la frappe de Bensebaini (39e). Un peu moins mis en danger au retour des vestiaires, ce qui lui a valu une deuxième période plus calme.

- Kimpembe (5,5) : le champion du monde français a été chatouillé en début de matchs sur le plan physique avant de bien rentrer dans son match. Il n’a pas hésité à évoluer haut pour permettre à son bloc d’évoluer haut sur le terrain. Si il ne s’est pas caché sur le terrain, il a paru moins dominateur dans les duels sans pour autant céder à la panique.

- Marquinhos (5,5) : le défenseur central brésilien a éprouvé quelques difficultés pour entrer dans son match. Il se fait surprendre sur le ballon de Grenier qui amène l’opportunité de Lea-Siliki, mais se reprend bien en sauvant sur sa ligne la frappe du milieu rennais (10e). S’est bien repris par la suite et a su couper les velléités offensives rennaises quand ses défenseurs étaient pris à défaut. Courageux, il a tenu bon au plus fort de la pression bretonne.

- Meunier (7,5) : voir ci-dessus.

- Di Maria (6) : El Fideo a beaucoup tenté sur le côté gauche en sollicitant beaucoup de relais avec Neymar ou Bernat. Sa qualité dans les transmissions et sur les centres restent un atout pour son équipe. Sa superbe frappe ne laisse aucune chance à Koubek et permet aux siens de recoller au score (1-1, 45e). Au retour des vestiaires, il est repositionné à la place de Neymar côté gauche. A la réception d’une transversale de Verratti, l’ancien Madrilène tente une volée qui passe juste au-dessus (47e). Il a marqué le coup physiquement après cette tentative.

- Rabiot (4,5) : très volontaire dans l’entrejeu parisien, il propulse involontairement le ballon dans ses propres buts suite à la déviation de Niang sur le corner tiré par Grenier (1-0, 11e). Le Duc a beaucoup demandé le ballon et a essayé d’insuffler le bon tempo à son équipe. Il a oscillé entre le bon et le moins bon dans le second acte et a semblé parfois en difficulté face à la fougue rennaise.

- Verratti (6) : pour sa deuxième apparition consécutive en Ligue 1, le petit hibou a touché beaucoup de ballons. Il s’est efforcé à bien orienter le jeu de son équipe mais a connu quelques déchets dans ses transmissions. Sa belle transversale aurait pu profiter à Di Maria mais la volée de l’Argentin passait juste au-dessus (47e). Dans le second acte, il s’est montré beaucoup plus précis et a été très sollicité par ses partenaires. Son excellent centre pour Neymar aurait mérité meilleur sort (52e). Remplacé par Choupo-Moting à la 77e qui sur son premier ballon marque le troisième but du PSG (1-3, 83e).

- Neymar (6) : peu en vue dans le premier acte, le génie brésilien a touché très peu de ballons et n’a pas influé sur le jeu de son équipe. Repositionné dans l’axe dans le second acte, son ouverture millimétrée permet à Cavani de se trouver en bonne position même si sa frappe heurte le montant (46e). Bien servi par Verratti, il manque sa frappe seul au point de penalty (52e). Son ouverture lumineuse permet à Thomas Meunier d’inscrire le deuxième but parisien (1-2, 61e). L’international auriverde s’est montré plus à son avantage dans l’axe, étant souvent à l’origine des offensives parisiennes. Remplacé par Nkunku à la 90+1.

- Cavani (4,5) : El Matador est coupable sur le but contre son camp de Rabiot. Son marquage est trop élastique sur la déviation de Niang qui pousse le milieu parisien à la faute (1-0, 11e). Peu à son avantage dans le premier acte, il a été sevré de ballons devant le but. Idéalement servi par Neymar, sa frappe touche le poteau (46e). Le buteur uruguayen qui avait bien suivi une frappe de Neymar, a buté sur la défense bretonne (52e).

- Draxler (5) : titularisé pour la deuxième fois consécutive cette saison en l’absence de Mbappé, le joueur allemand est sorti de ses gonds suite à une altercation avec Bensebaini. Une attitude qui lui a valu un carton jaune rapide (19e). S’est bien remis dans le coup en essayant d’apporter sur le côté droit. L’international allemand a beaucoup combiné avec Meunier. L’une de celles-ci lui a permis d’être passeur décisif sur le but de Di Maria (1-1, 45e). L’international allemand a un peu disparu de la circulation dans le second acte.