La fête promettait d’être belle. Ce dimanche après-midi, les supporters rhodaniens s’étaient pressés en masse au Groupama Stadium (58069 spectateurs) pour venir assister au fameux derby. Un derby qui sentait la poudre à bien des égards, notamment après la victoire historique à l’aller à Geoffroy-Guichard et la célébration mythique de Nabil Fekir, d’ailleurs mise à l’honneur par le Virage Sud de l’OL. La fête n’a duré qu’une mi-temps pour les hommes de Bruno Genesio, devant à la pause grâce à un joli but de Mariano Diaz. Mais en deuxième période, les Gones sont retombés dans leurs travers et ont concédé le match nul. Un nul qui vaut cher puisque Lyon pouvait se rapprocher de la deuxième place après le nul de Monaco hier face à Toulouse (3-3) et avec le déplacement de l’OM ce soir sur la pelouse du PSG.

Avec ce nul, les Gones ne sont pas encore hors course dans la chasse à la deuxième place. Mais leurs affaires se compliquent. Bruno Genesio n’a pas caché son inquiétude auprès des journalistes. « On est inquiet quand on prend deux points sur quinze. Si on n’est pas inquiets, c’est qu’on n’est pas responsable. Maintenant, je suis inquiet, mais aussi confiant. Je crois que tout est possible encore. Il reste onze matches. Plein de choses peuvent encore se passer. Il faut reprendre une bonne dynamique, c’est le plus important, et gagner un match en championnat. C’est le plus important pour la suite ». Si l’équipe fait front ensemble et essaye de trouver des moyens pour mettre fin à cette crise et notamment au fait de ne pas tenir un match du début à la fin, l’OL n’arrive pas à trouver les solutions.

L’OL cumule les problèmes

Le club présidé par Jean-Michel Aulas n’est pas non plus aidé dans cette période. Après Anthony Lopes, forfait pour le derby et remplacé par Mathieu Gorgelin, l’entraîneur des Gones a dû faire face à plusieurs imprévus durant le match face aux Verts. « Il a manqué 3-4 minutes et un peu de fraîcheur physique. Les remplacements faits très tôt à cause des blessures nous empêchent de faire tourner en fin de match alors qu’on était en difficulté. Les changements de la première mi-temps nous coûtent très cher car ça ne nous permet pas de soulager certains joueurs en fin de match. Cette fraîcheur nous aurait permis d’être plus efficace (...) Lucas Tousart a eu des nausées, des maux de ventre à l’échauffement. Il se sentait capable de débuter le match. Il a fait une bonne première période mais il n’a pas pu aller plus loin. Rafael s’est blessé à la cuisse (il boitait à sa sortie en zone mixte, ndlr). Lucas était malade avant le match ». En deuxième période, nouveau coup dur avec la sortie sur blessure de Nabil Fekir. Mais les premières nouvelles étaient rassurantes d’après Genesio.

Ce dernier a remplacé son capitaine par Mouctar Diakhaby. Un choix qu’il a expliqué. « Il n’y avait plus de milieux. Saint-Etienne était passé en 4-4-2 avec deux attaquants axiaux. J’ai voulu solidifier la défense parce que je savais qu’on aurait des possibilités en contre. On en a eu une ou deux qu’on n’a pas suffisamment bien joué. Malheureusement, on a craqué en fin de match ». Très déçu, par le résultat du derby et la perte de points pour la course à la deuxième place, Genesio avoue certaines difficultés. « On enchaîne les matches et les déplacements. C’est une période difficile, il faut faire le dos rond et continuer de travailler. On a eu quelques contres qu’on aurait dû mieux gérer. Ce genre de match, il faut savoir les gagner 1 à 0 et on ne l’a pas fait (...) Ce n’est pas un problème mental pour moi. Tout le monde a fait le travail comme il le fallait. L’enchaînement des matches est difficile. Ce but dans les dernières minutes est un manque de réussite. Il passe au milieu de toutes nos jambes, entre les jambes de certains de mes défenseurs. Il y a des périodes comme ça où il faut faire le dos rond et s’accrocher ». Mais ça commence à faire beaucoup pour une équipe de l’OL qui pioche physiquement et n’arrive plus à imposer son style sur tout un match. Le temps presse pour Genesio et ses troupes !