Absent des terrains depuis le 23 janvier, et un 16e de finale de Coupe de France contre Strasbourg (2-0), Neymar a donné de ses nouvelles au cours d’un entretien accordé le 9 février à la chaîne Youtube Fui Clear ??? et diffusé ce jeudi. « Ça va mieux. On a fait des traitements pour faire en sorte que ça s’améliore le plus vite possible. On est content de l’évolution, de tout ce qui se passe. Je suis impatient de pouvoir refaire ce que j’aime le plus dans la vie, jouer au football. (...) On fait des injections de plasma enrichi et de plaquettes à Barcelone pour aider la consolidation et la récupération, c’est plus ou moins ce que je sais », a-t-il expliqué.

Avec son staff, le n° 10 du Paris SG travaille dur pour revenir. S’il ne peut pas encore poser le pied, l’international auriverde (96 sélections, 60 réalisations) effectue, pendant une heure et demie par jour, du renforcement musculaire, en piscine et à vélo. Objectif : gagner en force au niveau des membres supérieurs et inférieurs. Sérieux dans sa rééducation, le Brésilien vise un retour pour les quarts de finale de Ligue des Champions (si le Paris SG, vainqueur mardi soir à Manchester United, confirme sa qualification). « On avait prévu de huit à dix semaines d’arrêt. Je crois que je serai de retour en mars. Si tout va bien, on prévoit un retour pour les quarts de finale de la Ligue des Champions », a-t-il expliqué, conforté par son physiothérapeute.

« Jouer contre deux lignes de quatre, avec des joueurs de 2 mètres, c’est compliqué »

Le natif de Mogi das Cruzes, plutôt ouvert au cours de cet entretien, a ensuite évoqué sans détour son quotidien en Ligue 1. « Je suis d’accord avec Ronaldinho : ceux qui pensent que la Ligue 1 est un championnat facile se trompent. Le niveau physique est très élevé. Plus qu’en Espagne. Il y a plus de qualité en Espagne, mais la L1 est difficile. Jouer contre deux lignes de quatre, avec des joueurs de 2 mètres, c’est compliqué, mais il faut trouver les solutions sur le terrain », a-t-il glissé, en plus d’un petit message à destination des arbitres. « L’arbitre contrôle le jeu, il en est le directeur, il doit siffler et protéger l’intégrité physique de chacun des joueurs, pas seulement moi ».

L’ancien pensionnaire du FC Barcelone, qui avoue ne pas réaliser ce qu’il a accompli jusqu’ici dans sa carrière notamment sous le maillot de la Seleção, a ensuite évoqué son nouveau positionnement depuis l’arrivée de Thomas Tuchel. « J’aime jouer dans cette position. C’est différent de ce que j’ai connu à Barcelone et de ce je fais en Seleção. Je joue un peu différemment, mais je prends du plaisir. On ne dirait pas forcément de l’extérieur, mais moi je me sens plus près du but adverse. J’ai plus d’espaces, ce que j’adore », a-t-il conclu, ravi de ne plus connaître de mises au vert. Qui a dit que Neymar n’était pas heureux à Paris ?