Ce n’est pas encore l’été de tous les dangers à l’OGC Nice mais nous n’en sommes pas très loin. Le rachat du club attend toujours d’être officialisé ce qui bloque un mercato pour le moment moribond. En parallèle, sans nouvelle recrue, un cas unique en Ligue 1, le Gym peaufine une préparation pas loin d’être catastrophique. Après une correction subie par Burnley mardi dernier 6-1, c’est Wolfsbourg qui a infligé un 8-1 (la rencontre se déroulait sur deux mi-temps de 60 minutes, ndlr) aux protégés d’un Patrick Vieira inquiet. Forcément, cela pose question.

Dans 5 jours, Nice reçoit Amiens pour la première journée de Ligue 1. L’occasion de faire un bel accueil à Christophe Jallet, parti défendre les couleurs d’en face, mais surtout d’en savoir un peu plus sur la période compliquée vécue les Aiglons. « On est en préparation, tout n’est pas parfait et il y a encore beaucoup de choses à peaufiner. L’important, c’est d’être prêt le 10 août, et on sera prêt pour ce 1er match de championnat contre Amiens. De ce côté-là, je ne me fais aucun souci », concédait Vieira la semaine passée en marge de la défaite face à Burnley.

Une efficacité défensive en berne

Depuis, Wolfsbourg est venu rajouter une pile de doutes dans la tête du coach niçois. Nice n’est pas prêt à se lancer en championnat. Très performant en défense la saison passée (2e meilleure défense ex aequo de Ligue 1 avec 35 buts encaissés), le Gym a perdu sa rigueur durant l’intersaison. Le bilan est de 5 défaites en 7 rencontres et 22 buts encaissés, soit une moyenne de trois par rencontre. Les erreurs individuelles se sont accumulées, les gardiens de buts remplaçant (Cardinale et Clementia) de Benitez (blessé) n’ont rien de rassurant.

« Ce qui nous a fait défaut, c’est notre manière de défendre dans la zone de vérité. Avec le ballon, nous avons eu de bonnes conservations, de bonnes phases, même si malheureusement, nous n’avons pas été dangereux et nous avons manqué de profondeur », reconnaissait déjà Vieira il y a une petite semaine. Les choses ne se sont pas améliorées depuis. Pas encore au complet, sans Allan Saint-Maximin parti dribbler du côté de Newcastle, ni aucune recrue à l’horizon, l’OGC Nice fait les moyens du moment. Mais l’horloge tourne vite.

Le mercato bloqué par le long processus de rachat

Le club a besoin de renforts seulement le mercato est au point mort. La faute au rachat du club, qui traîne en longueur, alors qu’il semble chaque jour un peu plus acté. Pour preuve, le sponsor principal Ineos a déjà garni le maillot. Il s’agit tout simplement de la société de Jim Ratcliffe, le milliardaire anglais et futur propriétaire. La DNCG a déjà autorisé le rachat du club. Il faut maintenant l’accord de l’autorité de la concurrence. Cette dernière doit vérifier qu’il n’existe aucun conflit d’intérêts. Comme l’indique France Bleu, le dossier est encore ouvert jusqu’au 14 août, le temps d’apporter de nouveaux éléments. L’officialisation va devoir attendre au moins jusqu’au lendemain.

Il restera seulement deux grosses semaines au Gym pour organiser son mercato (le marché ferme ses portes le 2 septembre). Pour l’instant, seul Khephren Thuram a rejoint les rangs niçois en signant son premier contrat professionnel. Les pistes existent mais ne peuvent être conclues. Alexis Claude-Maurice (Lorient), Adam Ounas (Naples), Rémy Oudin (Reims), Sofiane Boufal (Southampton), Mickaël Cuisance (Borussia Mönchengladbach) ou encore Stéphane Bahoken (Angers) sont ou ont été cités durant l’été.

Les dossiers s’accumulent

D’autres éléments au club voient leur dossier bloqué à leur tour, l’actuelle direction devant se mettre d’accord avec la future dès que les chiffres s’élèvent. Les relations entre les deux équipes seraient mêmes devenus glaciales à en croire les médias surplace. Certains joueurs sont en fin de contrat dans un an. Élu joueur de la saison dernière, Walter Benitez est dans ce cas là. Son remplaçant et taulier dans le vestiaire, Yoan Cardinale, est dans la même situation, ainsi que Rémy Walter. Le milieu de terrain ne serait pas contre un départ cet été mais il a décliné les offres turques et de MLS, alors que Vieira l’a essayé en latéral gauche durant la présaison.

Avec la fin de contrat de Jallet, et les départs de Romain Perraud (Brest) et d’Olivier Boscagli (PSV Eindhoven), seul Malang Sarr peut dépanner à un poste qui n’est pas vraiment le sien. Le jeune niçois, lui aussi en fin de contrat en 2020, est d’ailleurs courtisé par le RB Leipzig et Gladbach depuis de nombreuses semaines mais une fois encore les choses n’avancent pas. Tameze était lui un temps courtisé par Everton qui proposait un transfert autour des 10 M€. Les venues de Jean-Philippe Gbamin chez les Toffees et la rumeur Abdoulaye Doucouré ne vont pas dans le sens du Niçois.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10