Les Football Leaks continuent de tenir en haleine le monde du football. Cette fois-ci, c’est le transfert de Kylian Mbappé au Paris Saint-Germain lors de l’été 2017 qui est analysé, avec moult détails et quelques surprenantes révélations. Revenons d’abord sur le déroulé du transfert. Après une entrée en fanfare dans le monde de la Ligue 1 avec l’AS Monaco, le jeune attaquant a le Real Madrid à ses pieds. Cela tombe bien, il adore le club merengue et sa vedette Cristiano Ronaldo. Le Real est disposé à lâcher 180 M€. En réalité, il est même prêt à payer 214 M€ en raison d’une taxe imposée par l’Espagne à tout commerce réalisé avec la Principauté, considéré comme un paradis fiscal.

Finalement, Mbappé privilégie le PSG, notamment en raison de l’aspect sportif puisqu’il a peur de ne pas bénéficier d’autant de temps de jeu souhaité au Real Madrid. Après de longues négociations, le PSG s’aligne sur l’offre de 180 M€ du Real Madrid et le propriétaire Dimitri Rybolovlev accepte l’idée de transférer sa pépite dans un club concurrent. On passera sur les multiples montages financiers et autres analyses au sujet des taxations réalisées par Paris comme Monaco pour éviter de payer trop d’impôts sur les phénoménales sommes d’argent. Le plus dur commence alors pour le PSG, qui négocie avec le clan Mbappé autour de son contrat.

On apprend donc que Mbappé avait réclamé à l’AS Monaco le même salaire que Radamel Falcao (8 M€ net par an), ce qui lui avait été refusé. Le PSG fait mieux et s’entend avec le joueur sur un salaire moyen de 10 M€ par an (pour un total donc de 50 M€ sur 5 ans, avec en plus une prime à la signature de 5 M€ payable en deux fois). Cependant, le club de la capitale parvient à insérer l’idée d’une rémunération évolutive : 7 M€ en 2017-2018 puis 9,3 M€ en 2018-2019 et 1 M€ de plus chaque année, jusqu’à 12 M€ la dernière année de contrat. Évidemment, si Kylian Mbappé est transféré avant, il ne touchera pas les dernières années de son salaire.

Les exigences particulières du clan Mbappé

Le PSG découvre alors les extravagantes demandes salariales du clan Mbappé, avec notamment le père Wilfrid Mbappé à la manœuvre auprès du président Nasser Al-Khelaïfi. Premier exemple : en cas de victoire du Ballon d’Or, il devait devenir le joueur le mieux payé du club, donc au moins rejoindre la rémunération de Neymar, soit plus de 30 M€ annuels (donc le triple du salaire négocié). Refusé par le PSG. Deuxième exemple : obtenir plus de primes de performances que ses coéquipiers. Également refusé par le PSG. Troisième exemple : Mbappé voulait bénéficier de 50 heures de voyage en jet privé par an payées par le club. Refusé par le PSG, qui cédera quand même en lui offrant 30 000 euros de plus par mois pour payer ses frais de logements et trois employés personnels !

Autre demande : que le père, Wilfrid, puisse assister à tous les entraînements de l’équipe, mais aussi qu’il puisse lui-même organiser des séances avec son fils, avec toutefois l’accord du staff parisien. Cela a été accepté par Al-Khelaïfi, contrairement à l’insertion d’une clause libératoire au cours des trois premières années du contrat qui stipulait qu’en cas d’offre majeure, Mbappé puisse partir. Rappelons que les clauses libératoires sont interdites en France dans les contrats de joueur. Celle-ci n’existerait donc pas. Le PSG a ainsi refusé la majeure partie des demandes annexes du clan Mbappé, mais a payé le prix fort en terme salarial. Ultime révélation de Mediapart, qui concerne l’AS Monaco, l’argent du transfert de Mbappé est tombé directement dans la poche de Dimitri Rybolovlev, et non dans les finances du club.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10