Les dernières heures du mercato ont accouché d’un transfert surprise, celui de Mario Lemina à l’Olympique de Marseille. Un transfert qui a provoqué un énorme coup de gueule de Christian Gourcuff, l’entraîneur de Lorient, « écoeuré » de ce départ non souhaité. Pire, il disait ne pas avoir été consulté par son président Loïc Féry. Forcément, cette sortie médiatique ne pouvait pas rester sans suite. Loïc Féry a donc décidé de donner sa version du transfert à l’occasion d’un entretien fleuve sur le site officiel des Merlus. Il a d’abord regretté le comportement de Christian Gourcuff.

« En tant qu’entraîneur passionné et en tant qu’homme sincère, je peux complètement comprendre sa déception suite à la perte d’un jeune joueur au grand potentiel, avec lequel il avait encore peu eu l’occasion de travailler. Je respecte totalement sa déception, légitime. Par contre, il me semble qu’il est aussi de la responsabilité de tous les employés du club de protéger en toute circonstance l’institution FC Lorient, que Christian Gourcuff a tant contribué à développer. J’aurais donc souhaité que Christian Gourcuff ne réagisse pas publiquement comme il l’a fait, car il a mis sur la place publique des considérations internes à l’entreprise FC Lorient », explique-t-il.

Il a ensuite tenté d’expliquer son raisonnement quant à la décision de vendre le joueur. « Dans l’environnement actuel, je suis convaincu que la quasi totalité des présidents de Ligue 1 auraient aussi accepté une offre valorisant un joueur de 19 ans ayant joué une dizaine de matches de Ligue 1 à 5 millions d’euros avec une participation à une éventuelle revente et l’arrivée de deux joueurs également prometteurs », assure-t-il. Azouni et Abdullah ont en effet fait le trajet inverse. Deux transferts pour lesquels Christian Gourcuff n’a pas donné son aval. Féry dément avoir occulté son entraîneur sur la vente de Lemina mais assure que Gourcuff s’est mis tout seul de côté quant à l’arrivée d’un possible remplaçant !

« Comment peut-on aussi imaginer que je me priverais d’échanger avec Christian Gourcuff sur une décision sportive, comme je l’ai toujours fait depuis mon arrivée au club ? Les propos de Christian Gourcuff ont été sortis de leur contexte. Nous avons évidemment échangé dès que j’ai eu connaissance de cette possibilité de transfert. Oui, Christian ne souhaitait pas le départ de Mario Lemina, et il me l’a dit quand je l’ai consulté. Moi non plus je ne le souhaitais pas, mais il n’y avait pas d’autres solutions. Ce transfert permettait de garantir l’équilibre financier du club, sans prendre de risques inconsidérés sur le futur du FCL », affirme-t-il.

« Durant cette conversation, Christian Gourcuff m’a indiqué qu’il ne souhaitait pas envisager ces départs. Il a aussi déploré ce marché des transferts où tout arrive au dernier moment, et - plus ennuyeux- m’a indiqué qu’il ne voulait pas participer avec moi et avec la direction du club à une réflexion pour identifier en dernière minute d’éventuelles solutions de renfort en cas de départ. Au final, seule une offre s’est matérialisée, celle de l’OM pour Mario. Ne pouvant compter sur l’implication de Christian Gourcuff, j’ai décidé de ne pas recruter dans la précipitation, au-delà des arrivées prometteuses d’Abdullah et Azouni, que l’OM proposait dans le transfert de Mario. Nous aurons toujours la possibilité d’engager un joker si le besoin se fait sentir », assure-t-il.

Déçu de voir que son club était prêt à céder Lemina, Gourcuff aurait donc refusé de plancher sur l’arrivée d’un successeur, selon le président Féry. Ce dernier n’a clairement pas toléré les attaques de son entraîneur durant la soirée d’hier et remet les choses au clair. Cette nouvelle sortie va-t-elle apaiser les tensions nées du dernier jour du mercato ou au contraire les attiser ?