C’est peu dire que Max-Alain Gradel (31 ans) porte Toulouse cette saison. Avec 10 réalisations et 4 passes décisives en 25 apparitions, l’attaquant est directement impliqué dans 56% des buts des siens en Ligue 1. Des statistiques qui le placent parmi les meilleurs joueurs du championnat de France, et ce, alors que le TFC pointe à la 15e place seulement. Alors, l’international ivoirien (63 sélections, 10 buts) voit grand pour la suite de sa carrière.

Interrogé par RMC Sport, il a estimé qu’il avait totalement les capacités pour jouer dans les plus grands clubs de L1. « Bien sûr, je sais que j’ai le niveau pour jouer que ce soit à Paris ou à Marseille. Bien sûr », a-t-il lâché en toute franchise, sûr de sa force, avant de défendre son propos. « Parce que je me dis que c’est encore plus facile de jouer à Paris qu’à Toulouse. Sans manquer de respect à Toulouse », a-t-il glissé avant d’ajouter.

« J’ai le niveau pour jouer que ce soit à Paris ou à Marseille »

« Jouer à Paris avec tous les bons joueurs qu’ils ont, le samedi, c’est plus facile. Il y a du talent, des joueurs à 200 millions… c’est plus facile. Ils peuvent te mettre la balle où tu veux ! Les yeux fermés », a-t-il assuré. Le message est passé ! Et s’il ne nourrit pas de regrets, l’ancien pensionnaire de Leeds ne manque pas d’ambition. Ainsi, au moment d’évoquer son avenir au sein du club de la Ville rose, le natif d’Abidjan s’est montré très clair, refusant d’affirmer qu’il se voyait y finir sa carrière.

« Ça, je ne sais pas. Si je vous dis oui et que demain, Paris, Marseille ou un autre club dans un autre pays m’appellent… donc je ne sais pas, je ne peux pas vous dire », a-t-il conclu. Sous contrat jusqu’en juin 2021, Max-Alain Gradel a par ailleurs avoué avoir reçu des offres l’été dernier, par respect pour la parole donnée à son président Olivier Sadran, qui l’a relancé après la saison passée après un exercice 2016/17 compliqué à Bournemouth. Qu’en sera-t-il cet été ?