Les clubs français sont généralement connus pour leur frilosité sur le marché des transferts. Une réalité qui a eu pour incidence de nombreux transferts ratés ou de véritables fiascos. Mais pour ceux qui ont eu le nez creux ou qui ont su prendre les risques qui s’imposaient, cela peut représenter un véritable jackpot. En prenant en compte les transferts les plus significatifs de ces dernières années, voici un dossier sur les plus grandes plus-values réalisées par les clubs français. Nous n’avons pas pris en compte les transferts de joueurs formés au club et nous avons décidé de ne prendre en compte que les transferts dont la plus-value est supérieure ou égale à 10 M€.

L’ancienne gloire du championnat de France, Shabani Nonda fait bien évidemment partie des plus belles affaires connues. Recruté pour 3,5 M€ au FC Zurich en 1998, l’attaquant congolais va immédiatement s’imposer en Bretagne. Buteur complet, le Congolais va ravir le public de la Route de Lorient grâce à ses nombreux buts. Après 31 buts en deux saisons de première division, il est choisi à la surprise générale par Monaco pour succéder à David Trezeguet, parti à la Juve. Le club de la Principauté l’arrache pour 20 M€ et Rennes réalise une plus-value de 16,5 M€.

Une belle affaire donc, mais que dire de celle réalisée par le PSG avec Ronaldinho ! Nous sommes en 2001 et Ronnie commence à se faire un nom au Brésil après des débuts tonitruants en Selecao. Le PSG parvient à le recruter pour une somme de 7 M€. Un pari risqué, mais finalement très rentable pour le club de la capitale. Après des débuts compliqués, Ronaldinho va briller en Ligue 1, mais également avec le Brésil puisqu’il va devenir champion du monde en 2002. Devenu l’un des joueurs les plus convoités du monde, il finit par rejoindre le FC Barcelone pour la somme record de 32 M€. Mais malheureusement pour le PSG, les nombreux intermédiaires de ce dossier vont ronger les 25 M€ de plus-value.

À Marseille, les bonnes opérations comptables ne sont pas légion. Mais un homme a réussi à inverser la tendance en un an seulement. Il s’agit bien évidemment de Didier Drogba. Recruté pour 6 M€ à Guingamp après une saison étincelante, l’attaquant ivoirien ne va mettre que quelques semaines pour se mettre les supporters marseillais dans la poche. Aucun attaquant n’avait suscité autant d’engouement depuis Jean-Pierre Papin. Grand artisan de l’épopée marseillaise en coupe de l’UEFA, il tape dans l’œil de Chelsea et de José Mourinho qui mettent 37 M€ sur la table pour le recruter. À ce prix, Christophe Bouchet acceptera bien malgré lui le départ de l’idole du Vélodrome. L’OM a récupéré 30 M€ en une seule saison, difficile de faire mieux !

Lyon n’est pas en reste et a su monnayer au mieux les intérêts de ses joueurs. Entre 2000 et 2003, l’Olympique Lyonnais va récupérer 80 M€ sur trois joueurs et faire une plus-value de près de 59 M€. Steve Marlet (recruté 5,5 M€ à Auxerre et revendu 15,5 M€ à Fulham), Mahamadou Diarra (recruté 3,8 M€ à Vitesse Arnhem et revendu 26 M€ au Real Madrid) et Michael Essien (recruté 11,7 M€ à Bastia et revendu 38 M€) ont fait la fortune de Jean-Michel Aulas. Une réussite sportive et financière qui a été prépondérante dans les nombreux titres glanés par le club rhodanien dans la dernière décennie. Les dernières saisons vécues par l’OL ne seront malheureusement pas aussi prolifiques et la situation va s’inverser comme nous le verrons dans le deuxième volet de ce dossier.

Dans le même thème :

- Mercato L1 : les plus grandes moins values de l’histoire

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10