Le marché des transferts offre parfois des rebondissements de dernière minute. Claude Puel s’en souvient bien, lui qui, à l’été 2007, pensait voir débarquer à Lille un certain André-Pierre Gignac, acheté à Lorient. Sauf que ce dernier avait décidé au dernier moment de s’engager avec Toulouse malgré son accord donné au LOSC. Un retournement de situation qui avait fait jaser. A la vue de la première saison toulousaine de Gignac, les Lillois n’ont pas du s’émouvoir beaucoup de ce revirement.

Et aujourd’hui, cette affaire est oubliée. C’est du moins ce qu’a laissé entendre Claude Puel, alors entraîneur lillois, passé depuis à l’Olympique Lyonnais. En conférence de presse, à deux jours du déplacement à Toulouse pour la dernière journée de championnat, le coach rhodanien n’a pas rechigné à parler du meilleur buteur de la Ligue 1. « Il est très généreux, il ne rechigne pas à faire beaucoup d’efforts et il mérite son titre de meilleur buteur. Il est récompensé ». Forcément, comment ne pas demander à Puel si l’envie de le recruter ne s’est pas encore accrue ? « On dit que le train ne passe jamais deux fois », répond-il. « C’est vrai, c’est désormais un TGV ! Mais chaque chose en son temps. Sur le mercato, je n’ai pas spécialement envie de faire de commentaires », temporise-t-il.

Lyon pourrait donc malgré tout se mêler à la danse si jamais Gignac devait quitter Toulouse. Cela ne sera probablement pas cette saison, mais l’OL sait se montrer patient. Et peut-être qu’un jour, après s’être juste croisés, Claude Puel et André-Pierre Gignac travailleront main dans la main...

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10