Les supporters marseillais ont le sourire et pour cause, l’OM fait mieux qu’attendu cette saison. Malgré les récents résultats plus décevants, le club phocéen est toujours sur le podium et possède même 5 points d’avance sur l’OL dans la course aux places à la Ligue des Champions. Le lendemain du nul arraché au Vélodrome face à Nantes (1-1), Andoni Zubizarreta a rendu visite à RMC pour un entretien diffusé ce lundi. Souvent discret dans les médias, le directeur sportif de l’OM a donné son sentiment sur les recrues de cette saison.

Le média a notamment questionné l’Espagnol sur les déceptions entourant Kostantinos Mitroglou et Aymen Abdennour. Il n’est pas déçu du rendement du Tunisien même si ce dernier est souvent 3e dans la hiérarchie des défenseurs centraux derrière Rami et Rolando. En revanche, il ne s’est pas défilé devant les difficultés rencontrées par l’attaquant. Malgré son recrutement pour 15 M€ à Benfica, le Grec garde sa confiance alors que celui-ci n’a même pas été convoqué lors des derniers matches.

Mitroglou a la confiance de Zubizarreta

« Non il n’y a pas eu d’achats dans la panique. On était dans l’idée de travailler sur différents profils d’attaquants. On a travaillé beaucoup sur un profil à la fin qui ne s’est pas terminé. On a recommencé avec notre projet. Je pense que Kostas a un profil d’attaquant buteur. Il a beaucoup marqué là où il est passé et dans des clubs avec beaucoup de pression, Olympiakos, Benfica. Il va nous donner de sa qualité d’ici la fin de saison. Je ne regrette rien. Je prends ma responsabilité, je veux que ça marche bien » a d’abord souhaité Zubizarreta.

Mitroglou (29 ans) est la recrue de dernière minute mais il ne convainc pas grand monde pour le moment du haut de ses 3 petits buts en 12 apparitions en Ligue 1. D’abord titulaire, puis relégué sur le banc de touche, il est maintenant mis de côté par Garcia mais Zubizarreta assure qu’un départ cet hiver n’a pas été envisagé. « Non pas du tout. Je suis un type qui pense qu’un club doit faire confiance à un joueur. On l’a tous connu. Quand quelqu’un t’appelle pour te dire "je veux que tu viennes", il y a un projet, des paroles. Après, il y a ce qu’on dit et ce qu’on fait, comme on dit au Pays Basque. Maintenant, il faut faire. » Zubizarreta demande encore un peu de temps et de confiance pour l’attaquant mais les supporters marseillais ne tiendront plus très longtemps.