Un entraîneur hors pair, une gestion humaine fine et des joueurs sous le charme : voilà les louanges reçues par Carlo Ancelotti depuis qu’il a rejoint le Paris Saint-Germain. Ses anciens protégés, de Joe Cole à Paolo Maldini en passant par Malouda, ont toujours souligné sa bonne maîtrise des égos surdimensionnés des joueurs. Jusqu’ici, à Paris, le charme semblait avoir opéré pour tout le monde, y compris des éléments au faible temps de jeu, comme Hoarau par exemple. Un homme pourtant vient livrer un tout autre discours dans les colonnes du France Football, à paraître demain. Il s’agit de Ceara.

Pour le Brésilien de 31 ans, l’arrivée d’Ancelotti n’a pas été bien vécue, et pour cause. Régulièrement titulaire sous les ordres d’Antoine Kombouaré (15 titularisations sur la phase aller), il est devenu le troisième choix du coach italien, derrière Bisevac et Jallet. « C’est simple, je ne suis pas dans l’équipe type du nouvel entraîneur, mais je me bats à chaque entrainement pour qu’il sache qu’il peut compter sur moi. Je fais tout pour saisir ma chance. Si elle arrive un jour… (…) Je constate simplement qu’on essaie de changer les piliers de l’équipe. Le nombre d’anciens se réduit. C’est dur à vivre. Nous, on était là dans les moments difficiles, quand c’était la catastrophe, et tout a changé. (…) Je vais me battre jusqu’au bout pour me faire une place. Même si je sais que peu importe mes efforts à l’entrainement, cela ne changera rien. Je ne jouerai pas. »

Ceara est convaincu qu’il s’agit d’une stratégie pour se débarrasser de lui lors du prochain mercato. Il dit n’avoir reçu aucune explication d’Ancelotti. « J’attends que ça vienne de lui. Moi, je n’irai pas le voir. C’est lui l’entraîneur, c’est à lui de venir me parler. Je n’ai pas le droit de contester sa décision. Je voudrais juste qu’il me dise ce que je dois faire pour avoir une chance dans l’équipe. Mais cela ne changera rien, on veut me faire partir du PSG, tout cela est une stratégie pour que je pète un plomb et que je parte. J’ai déjà vécu ça ailleurs, ça existe… ». Le latéral droit reste lucide sur sa situation, mais réclame un peu plus de considération.

« J’ai trente et un ans, je sais que je suis sur la descente. À Paris, j’ai été parfois bidon, parfois super bien, mais, dans l’ensemble, j’ai été plutôt régulier. J’approche de mon 200ème match avec le PSG, ce n’est pas rien. Après Rai, je suis le Brésilien qui a joué le plus ici. Je me suis toujours battu, j’ai sué sous ce maillot. C’est une deuxième peau pour moi. Le PSG, c’est le club où j’ai le plus joué dans ma carrière. On ne reste pas cinq ans quelque part par hasard. J’ai une histoire avec ce club. » Carlo Ancelotti ne semble pas compter sur lui (il l’a quand même fait entrer en jeu à trois reprises et titularisé en Coupe de France face à Sablé), d’autant plus que Ceara occupe une place de joueur extracommunautaire. C’est surtout ce dernier aspect qui doit pousser la nouvelle direction parisienne à écarter progressivement Ceara. Alors, premier couac dans la gestion humaine d’Ancelotti ou simple coup de blues d’un historique dépassé par les évènements ?

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10