« C’est toujours important d’étudier les adversaires, de trouver les forces et les faiblesses dans leur jeu. Quelles faiblesses de Lyon nous avons identifiées ? Vous le verrez demain », avait confié Junior Moraes lundi en conférence d’avant-match. Le Brésilien âgé de 31 ans et son équipe du Shakhtar Donetsk ont bien trouvé les failles de l’Olympique Lyonnais et ils les ont exploitées à fond. Le pressing des Ukrainiens a fait du mal aux Gones qui ont été clairement dominés de la tête et des épaules en première période, avant d’être un peu mieux en seconde mi-temps. Il faut dire que les coéquipiers de Taison ont été très bons à l’image de Junior Moraes.

Après une première frappe sous la barre claquée par Anthony Lopes (21e), le natif de Santos a trouvé le chemin des filets à la 44ème bien servi par Ismaily. Il a remis ça au retour des vestiaires. Il a été à la conclusion d’une contre-attaque qu’il a terminé avec un plat du pied imparable (2-0, 55e). Remplacé à la 83e minute, il a livré une bonne prestation qui lui a valu d’ailleurs d’être élu homme du match par la rédaction FM. Avec ce doublé, il a inscrit ses dixième et onzième buts de la saison toutes compétitions confondues. Dans le détail, il en a marqué deux en C1 et 9 en championnat d’Ukraine. Il est d’ailleurs le meilleur buteur de la ligue locale.

Un parcours atypique pour ce buteur

Il a déjà fait oublier Facundo Ferreyra, parti au Benfica Lisbonne cet été. Mais il faut dire que Junior Moraes connaissait très bien le championnat ukrainien puisqu’il évoluait la saison dernière au Dynamo Kiev où en 29 rencontres il avait inscrit 12 buts, dont 7 en Ligue Europa ! Libre, il n’a donc pas hésité à rejoindre l’ennemi Donetsk où il continue de briller. Une nouvelle étape dans la carrière de ce véritable globe-trotter du football qui a connu une dizaine de clubs dont Santos, où il a joué avec Marcelo (OL), le Tianjing Quanjian ou encore le CKA Sofia et le Metalurg Donetsk. Un parcours atypique qui aurait aussi pu lui permettre de jouer pour une sélection autre que le Brésil, son pays de naissance.

C’est ce qu’il avait expliqué à Globo Esporte. « Quand j’étais en Roumanie (Gloria Bistrița), ils avaient voulu me naturaliser pour m’appeler en équipe nationale, mais ça ne s’est pas fait. En Bulgarie, j’ai parlé à des représentants de la Fédération locale, mais j’ai rapidement quitté le pays. Et en Ukraine, j’ai rencontré Schevchenko, le sélectionneur national, qui voulait me convoquer. Je lui ai dit que j’allais attendre un peu avant d’accepter, car j’ai toujours le rêve de jouer pour le Brésil ». Un rêve qui semble compliqué à réaliser pour le footballeur né en 1987. Mais dans le football tout est possible ! Junior Moraes ne dira pas le contraire lui qui a connu un vrai parcours du combattant.