Effondré sur son siège, le regard dans le vide, abattu... Les images parlent d’elles-mêmes. Une fois remplacé par Maxwel Cornet (72e), Alexandre Lacazette affichait un visage bien triste, dépité d’avoir manqué un pénalty avant de voir ses coéquipiers finir par s’incliner devant l’intraitable Juventus Turin ce mardi soir dans le cadre de la troisième journée de phase de poules de la Ligue des Champions (0-1). Déçu, l’avant-centre l’était, se rappelant sans doute de vieux démons.

Car l’année dernière, sur la pelouse de La Gantoise, le canonnier guadeloupéen manquait aussi un pénalty, voyant son équipe se contenter du point du match nul en terres belges (1-1) et vivre une suite de campagne européenne désastreuse. Cette fois, l’OL a perdu face à un ténor de la scène continentale, et constate que la qualification pour les huitièmes de finale de la C1 apparaît déjà difficile puisque, avec trois points, les Gones comptent quatre longueurs de retard sur la Juve et le FC Séville, vainqueur pour sa part de Zagreb.

L’OL défend Lacazette

Pour autant, du côté du club septuple champion de France, il n’est nullement question d’accabler l’international tricolore, au contraire, à l’image d’un Jean-Michel Aulas aux petits soins en zone mixte : « Il s’agit de le soutenir. Il a fait un très bon match, c’est son premier vrai match depuis sa blessure (il est rentré à Nice vendredi soir). Il a été très courageux, a beaucoup gêné les adversaires. Les pénaltys, les plus grands en ont ratés. Connaissant son mental, il aura l’envie de démontrer au match retour que c’était un prêté pour un rendu et qu’il rendra l’addition à ceux qui l’ont empêché de marquer », a indiqué le président rhodanien au sujet du joueur qui ne s’est pas présenté en zone mixte, retardé par un contrôle antidopage.

Le son de cloche est similaire du côté de l’entraîneur Bruno Genesio, lequel refuse de pointer du doigt son avant-centre prolifique : « Je n’ai rien à reprocher à Alex. Des pénaltys, plein de grands joueurs en ont ratés. C’est comme ça, ça fait partie d’une carrière, des moments qu’il faut savoir surmonter. C’est à nous de l’entourer. Une équipe c’est aussi ça, être là dans les moments difficiles. Je pense qu’il est le premier déçu, c’est à nous de le remettre mentalement parfaitement bien pour le match de Guingamp car on aura bien besoin de lui », a-t-il conclu. L’OL reçoit en effet Guingamp ce samedi à 17h. Déjà auteur de 6 buts en Ligue 1, Lacazette conserve toute la confiance d’une équipe qui sait que son salut passe par les performances du serial buteur.