Ironie du tirage au sort, le LOSC se retrouve face au même adversaire que l’Olympique Lyonnais, il y a tout juste un an au même stade la compétition. Pour se qualifier pour les barrages, les Nordistes doivent se débarrasser du Grasshopper Zurich lors d’un troisième tour préliminaire a priori à leur portée. À condition de réussir un match aller piégeux en terre suisse ce mercredi soir… Pour mener à bien sa mission, René Girard s’appuyait sur les forces en présence, avec un duo Rodelin-Mendes devant et la recrue Sébastien Corchia en position de milieu droit.

Dans un début de match sans rythme, les Dogues prenaient le contrôle des débats, mais la première occasion était helvète : servi dans le dos de la défense, Dabbur écrasait sa frappe et Béria sauvait devant sa ligne. Une frayeur qui allait réveiller les Lillois, puisque juste avant la demi-heure de jeu, Sébastien Corchia surgissait au deuxième poteau pour ouvrir le score après un centre de Mendes (0-1, 30e). Le premier but de la recrue sous ses nouvelles couleurs. Une réalisation qui permettait aux Dogues de virer en tête à la pause, après un premier acte guère emballant mais bien maîtrisé.

En position de force, le LOSC ne tardait pas à mettre son adversaire dos au mur au retour des vestiaires. Le duo Mendes-Corchia faisait encore des siennes. Cette fois, l’ancien Sochalien faisait le travail et servait le Cap-verdien qui marquait d’un geste acrobatique (0-2, 49e). Le plus dur était fait pour les Dogues avec ses deux buts inscrits à l’extérieur. Ne restait plus qu’à gérer, tâche rendue facile par la charnière Basa-Kjaer, toujours efficace – quoique parfois trop facile – et la sérénité d’un milieu expérimenté. En fin de rencontre, Nolan Roux manquait l’occasion d’aggraver la marque, et Pape Souaré trouvait lui la barre sur un centre-tir vicieux. Mais plus rien ne sera marqué. Avec cette victoire 2-0 à l’extérieur, le LOSC fait mieux que l’OL il y a un an et pose déjà un pied en barrages. Reste à faire le travail à la maison au match retour.