« Dire que ça va être une formalité, c’est une grosse bêtise. J’ai beaucoup de respect pour cette équipe ». René Girard avait prévenu, il n’a pas eu tort. Malgré l’avantage de deux buts acquis à l’aller (2-0), son LOSC a été bousculé, ce soir, par une courageuse équipe de Grasshopper. Certes, les Nordistes ont toujours eu leur destin entre les mains, d’autant plus après l’ouverture du score somptueuse de Balmont, d’une frappe des 25 mètres (19e). Mais si la qualification attendue est effective, elle ne fut pas si aisée à conquérir.

Balmont, du sublime à l’erreur

Dès l’entame au Stade Pierre-Mauroy, les Suisses ont fait montre de leurs intentions. En plus de la possession, ils occupent le camp français et empêchent les locaux de développer leur jeu. Il faut attendre un bon quart d’heure, et cette superbe frappe de Balmont (1-0, 19e), pour que le LOSC inverse la tendance et mette le pied sur le ballon. Seulement cette fois, c’est le bloc adverse, qui contrarie les hommes de Girard. Et dans cette configuration les Helvètes se permettent même de tirer leur épingle du jeu : après avoir forcé Enyeama à la parade (27e), Abrashi parvient à ses fins après avoir profité de la passe en retrait manquée... de Balmont (1-1, 33e).

Enyeama tient la baraque

Bousculé dans le premier acte, le LOSC l’est tout autant dans le second. Pour dire, les Nordistes passent même un sale quart d’heure, alors que les Suisses sont à deux doigts du but d’un 2-1 qui aurait relancé l’ensemble des débats. Enyeama tient cependant la baraque en sortant les parades adéquates devant Dabbur (53e) et Kharaba (62e), et est sauvé par son poteau sur une autre frappe du dernier nommé (54e). Les Lillois, qui auraient pu s’éviter pareil suspense si Mendes ou Delaplace avaient converti leurs tentatives (46e, 59e), ne respireront finalement qu’après l’expulsion de Pavlovic (68e). C’est bien dans la douleur, que le LOSC valide son billet pour les barrages de LdC.