En 2011 quand QSI rachète le Paris-Saint-Germain, les objectifs étaient d’abord de conquérir la France et tous ses trophées. Rapidement, le club de la capitale a dominé la Ligue 1 et ses coupes nationales. Des trophées en pagaille accompagnés de quarts de finale de Ligue de Champions lors des quatre premières années. Les supporters du PSG s’en contentent. Mais au fil des ans, le club parisien ne progresse plus et pire encore il régresse en étant bloqué au stade des huitièmes de finale depuis de trois éditions de Champions’ League. Parmi ses 7 éliminations, il y en a eu des plus ou moins logiques, certaines très frustrantes et deux humiliantes. Voici un rappel des 7 éliminations du Paris-Saint-Germain sous l’ère qatarie.

2013 contre Barcelone, une première encourageante (2-2, 1-1) :

Premier quart de finale de Ligue des Champions pour le PSG sous l’ère QSI. Le club de la capitale entraîné par Carlo Ancelotti tombe sur un gros morceau, le Barça d’un certain Lionel Messi. Au match aller, les deux clubs se quittent sur un match nul 2-2 très équilibré mais qui donne un avantage certain aux Espagnols grâce aux deux buts à l’extérieur. Au retour, les espoirs parisiens sont plus que jamais présents au moment où Javier Pastore ouvre le score au Camp Nou. À ce moment-là, Paris est proche de connaitre sa première demi-finale de C1 mais c’est sans compter sur le génie argentin Lionel Messi. De retour de blessure pour le match retour, il est sur le banc avant de rentrer et de délivrer une passe décisive pour Pedro. Au final le Barça se qualifie et le PSG s’arrête là, pour ce qui est une première encourageante.

2014 contre Chelsea, Demba Ba a brisé les rêves parisiens (3-1, 2-0) :

Le match aller entre le club londonien et le club parisien est un récital du Paris-Saint-Germain. Grâce encore à un but de Javier Pastore, le PSG est en ballottage favorable avant le match retour à Londres. Mais la rencontre est un enfer sans Zlatan Ibrahimovic, André Schürrle ouvre le score pour les Blues dès la demi-heure de jeu. Puis les minutes défilent et le scénario d’une possible élimination se dessine. En effet, dans les derniers instants de la rencontre, Demba Ba marque et élimine le PSG de Laurent Blanc.

2015 contre Barcelone, une marche trop élevée (1-3, 2-0) :

Paris et Barcelone se retrouvent pour la deuxième fois en trois ans pour un quart de finale. Mais cette fois, ce n’est pas le même scénario qu’en 2013 car le Barça de la MSN (Messi, Suarez, Neymar) ne fait qu’une bouchée de Zlatan Ibrahimovic et compagnie. Au match aller, les Parisiens sont balayés 3-1 au Parc des Princes. Un revers 2-0 au retour avec un doublé de Neymar entériné en 30 minutes finit de condamner Paris à regarder les demi-finales à la télé.

2016 contre Manchester City, le 3-5-2 de Laurent Blanc (2-2, 1-0) :

C’est surement l’année où le PSG de Laurent Blanc était le plus en capacité d’atteindre les demi-finales de la Ligue des Champions. Face à des Mancuniens pas favoris, Paris concède le match nul deux partout à domicile. Zlatan Ibrahimovic rate même un penalty contre le portier anglais, Joe Hart. Au match retour, Laurent Blanc surprend tout le monde et même ses joueurs en composant un 3-5-2 inédit. Un nouveau dispositif qui ne fut pas payant, car les joueurs sont perdus et ne seront pas capables d’être dangereux durant la rencontre. Sur une frappe de Kévin de Bruyne, le milieu de terrain belge élimine Paris. Une quatrième élimination en quart de finale qui marque un coup d’arrêt et la fin d’un cycle.

2017 contre Barcelone, la Remontada (4-0, 6-1) :

Cette double confrontation entre le Barça et le PSG a tout simplement marqué l’histoire de la Ligue des champions. Au match aller, Paris réalise le match parfait en inscrivant 4 buts sans en encaisser un seul. Pourtant, les coéquipiers de Messi croient en une « Remontada » pour le match retour. Personne n’ose imaginer la remontée du club catalan mais pourtant le PSG d’Unaï Emery est mené 3-0 à la 50e minute. Paris tremble, mais Edinson Cavani pense sauver son club en inscrivant le but du 3 à 1. C’était sans compter sur un Neymar toujours décisif face aux Parisiens. Un magnifique but sur coup-franc et un penalty en l’espace de quelques minutes, font espérer le Camp Nou. L’impossible se réalise et Sergi Roberto marque et élimine ainsi le club de la capitale pour la troisième fois en 5 ans. Le PSG est humilié devant le monde entier ce 8 mars 2017.

2018 contre le Real Madrid, la blessure de Neymar a tout changé (3-1, 1-2) :

2018 est l’année du renouveau à Paris. Neymar et Mbappé ont rejoint les rangs parisiens et tout le monde rêve de remporter le fameux sésame. Nouveau gros morceau en huitième de finale, cette fois c’est le double champion d’Europe en titre, le Real Madrid de Cristiano Ronaldo. Malgré une bonne première période, le PSG s’incline 3-1 au Bernabeau grâce à un doublé du ballon d’or portugais. Au match retour, le club toujours entraîné par Unaï Emery lance une campagne « ensemble, on va le faire » pour faire sa « remontada ». Mais Neymar est absent pour ce match retour après une blessure dans le Clasico contre l’OM. Et encore une fois, le PSG est incapable d’élever son niveau de jeu et perd logiquement 1-2 au Parc des Princes.

2019 contre Manchester United, l’humiliation de trop (0-2, 1-3) :

C’est sûrement le huitième de finale où le Paris-Saint-Germain était le plus favori et encore plus après la victoire 2-0 à Old Trafford au match aller, malgré les absences de Neymar et Cavani. Mais Paris est un club à part et se fait peur dès le début du match avec l’erreur de Thilo Kerher qui engendre l’ouverture du score de Romelu Lukaku. L’équipe bis de Manchester United commence à y croire malgré toutes ses absences. Une dizaine de minutes plus tard, Juan Bernat égalise sur une offrande de Kylian Mbappé. Tout le monde se dit alors que le PSG va dérouler et enfin se qualifier pour les quarts trois ans après. C’était sans compter sur la boulette de Gianluigi Buffon qui offre sur un plateau le doublé à Lukaku. Malgré une performance en demi-teinte, le club entraîné par Ole Gunnar Solskjær obtient un penalty suite à une main de Kimpembe dans les derniers instants de la rencontre. Marcus Rashford transforme le premier penalty de sa carrière et humilie le PSG.