Il ne reste plus qu’un match aux écuries en ballottage pour aller chercher leur ticket pour les 8es de finales de Ligue des Champions ou les 16es de l’Europa League. Mais l’important n’est pas encore là. La Rédaction FM a choisi son onze type des joueurs les plus brillants de la 5e journée de la compétition européenne. On y retrouve deux Français et deux pensionnaires du Paris SG.

Pepe Reina (Naples) : si les Italiens ont toujours un espoir de se qualifier pour le tour suivant, c’est en grande partie grâce à leur portier espagnol. L’Ibère, courtisé par le Paris SG durant le dernier mercato d’été, a réalisé une intervention-clé face à l’attaquant brésilien Marlos pour éviter l’égalisation du Shakhtar Donetsk (33e). Son arrêt réflexe devant Fred a également permis à ses partenaires d’attaquer sans retenue pour finalement l’emporter (3-0). Solide.

Mario Fernandes (CSKA Moscou) : le latéral droit a été au four et au moulin face à Benfica (2-0). Une activité qui a soulagé la défense moscovite, qui a préservé les cages d’Igor Akinfeev inviolées, une performance suffisamment rare pour être signalée. L’international russe (3 sélections), d’origine brésilienne, s’est par ailleurs toujours montré disponible sur son aile pour déborder et amener le danger dans la défense lisboète.

Dayot Upamecano (RB Leipzig) : le jeune défenseur central français, formé à Valenciennes, est en train de prendre une nouvelle dimension en Allemagne. Il l’a prouvé contre l’AS Monaco mardi (1-4), contrôlant assez tranquillement Baldé Keita ou Radamel Falcao. Solide dans ses interventions et appliqué sur ses relances, l’homme dont la clause libératoire a été fixée à 100 M€ par Leipzig ne cesse d’impressionner sortie après sortie.

Marko Suler (Maribor) : le vétéran slovène de 34 ans, passé par La Gantoise, l’Hapoël Tel Aviv ou le Legia Varsovie auparavant, mérite de figurer dans l’axe de la défense de ce onze type. Ce dernier a multiplié les interventions décisives face aux attaquants rapides du Spartak Moscou Zé Luis ou Quincy Promes. Une prestation qui a permis à son écurie de ramener son deuxième point de la saison en C1.

Danny Rose (Tottenham) : alors que les spéculations autour de ses relations avec Mauricio Pochettino remplissaient les pages des tabloïds anglais, le latéral gauche a mis tout le monde d’accord. Sur la pelouse du Borussia Dortmund, l’Anglais a parfaitement verrouillé son couloir gauche, n’hésitant pas à se projeter vers l’avant pour aider ses partenaires. Une belle réponse aux critiques et autres polémiques.

Marco Verratti (Paris SG) : l’Italien a visiblement digéré l’élimination de la Squadra Azzurra du Mondial 2018 en Russie. Après une belle partie contre le FC Nantes (4-1), le milieu de poche a réalisé une nouvelle performance de taille face au Celtic (7-1). Le Gufetto a non seulement marqué et donné une passe décisive à Neymar, mais il a aussi imprimé un rythme soutenu dans l’entrejeu parisien. Complet.

Corentin Tolisso (Bayern Munich) : très en vue lors de son passage en équipe de France pour le double rendez-vous face au Pays de Galles (2-0) et l’Allemagne (2-2), le milieu de terrain tricolore a confirmé sa belle forme du moment sur la pelouse d’Anderlecht. Alors que les Bavarois peinaient à faire la différence, il est sorti de sa boîte pour donner un but à Robert Lewandowski au terme d’une belle montée puis marquer sur un service de Kimmich. L’ex-Lyonnais monte en puissance.

Andrés Iniesta (FC Barcelone) : la standing ovation du Juventus Stadium à sa sortie en dit long sur la nouvelle copie pleine de classe du milieu de terrain espagnol mercredi soir. Précis dans ses passes, imprévisible dans ses changements de rythme, le capitaine blaugrana a encore été le moteur de son équipe. Il ne lui a manqué qu’un but ou une passe décisive. Infatigable.

Neymar (Paris SG) : quand l’hymne de la Ligue des Champions résonne, le Brésilien se transcende. Alors que le PSG était mené face au Celtic, l’international auriverde a pris ses responsabilités pour renverser la vapeur avec un doublé et une passe décisive en moins d’une demi-heure. Le n° 10 parisien a été un poison pour la défense écossaise. Demandez à Nir Bitton qui a été obligé de l’attraper pour l’arrêter...

Wissam Ben Yedder (FC Séville) : l’attaquant français ne cesse de grandir en Espagne. Il a encore été impressionnant mardi face à Liverpool. Son doublé a permis aux Andalous de revenir au score alors que les Reds menaient de trois buts. Avec 6 réalisations depuis le début de la saison en C1, l’ancien Toulousain fait tout bonnement partie des meilleurs buteurs de la compétition. De quoi donner des idées à Didier Deschamps ?

Lorenzo Insigne (Naples) : « magique ». Le Corriere dello Sport n’a pas hésité à encenser l’attaquant de poche suite à sa performance contre le Shakhtar Donetsk (3-0) mardi. Son but - un amour de frappe enroulée du droit à l’entrée de la surface de réparation - est un modèle du genre, « digne des meilleurs ». Dire qu’il était malade quelques heures avant le coup d’envoi...