Manuel Neuer (Bayern Munich) : si les Bavarois peuvent encore espérer un exploit au Bernabeu et donc une qualification pour les demi-finales du tournoi, c’est en grande partie grâce à leur n° 1. Le portier allemand, revenu de blessure juste avant la rencontre, a multiplié les arrêts de classe contre les attaquants du Real Madrid. Il s’est montré impérial avec deux arrêts réflexes sur une tête de Gareth Bale (56e) et un tir de Cristiano Ronaldo (75e). Karim Benzema n’a pas non plus trouvé la faille (73e). Il a toutefois dû s’incliner devant l’attaquant portugais, auteur d’un doublé (47e, 77e).

Dani Carvajal (Real Madrid) : le latéral droit a multiplié les interventions défensives pleines d’à-propos face à un Franck Ribéry remuant, notamment en début de rencontre. Il s’est porté vers l’avant au fil du match, proposant toujours une solution à ses partenaires. C’est sur l’un de ses centres que Cristiano Ronaldo ouvre le score (47e). Propre dans ses transmissions, l’ancien du Bayer Leverkusen s’est rappelé au bon souvenir de l’Allemagne, aidant et rassurant aussi beaucoup Nacho, titulaire en raison des blessures de Raphaël Varane et Pepe.

Leonardo Bonucci (Juventus Turin) : l’Italien avait prévenu, la Juve ne tomberait pas dans le même piège que le Paris SG contre le FC Barcelone. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le défenseur central a tenu parole. L’international azzurro s’est montré très solide face à la redoutable ligne d’attaque blaugrana composée par Lionel Messi, Luis Suarez et Neymar. Mieux, il a été un danger permanent sur les coups de pieds arrêtés offensifs de la Vieille Dame. Et surtout, il insuffle un supplément d’âme à cette formation bianconera.

Sergio Ramos (Real Madrid) : le capitaine merengue répond souvent présent dans les grands rendez-vous. Il n’a pas dérogé à la règle ce mercredi soir, sur la pelouse de l’Allianz Arena, face au Bayern. L’Espagnol a ainsi parfaitement muselé un Thomas Müller très discret. Mais ce n’est pas tout, il a effectué un gros travail de couverture pour venir aider Marcelo à contenir un Arjen Robben au mieux de sa forme. Il aurait également pu se montrer décisif s’il n’avait pas été en position de hors-jeu sur son but de la tête sur coup franc (90e +1).

Filipe Luis (Atlético Madrid) : le Brésilien prend une dimension nouvelle ces dernières semaines. Toujours aussi efficace à l’heure de protéger son couloir, le protégé de Diego Simeone a parfaitement contenu le maître à jouer de Leicester Riyad Mahrez. Le latéral gauche auriverde ne s’est pas contenté de défendre, puisqu’il s’est également projeté vers l’avant dès qu’une brèche s’ouvrait dans la défense des Foxes. Précieux.

João Moutinho (AS Monaco) : souvent remplaçant derrière le duo Fabinho-Tiémoué Bakayoko, le Portugais a profité de la suspension du second pour démarrer sur la pelouse du Signal Iduna Park. Et le milieu de terrain de poche a été à la hauteur de l’évènement. Il s’est notamment révélé inspiré lors du temps fort des Allemands en seconde période, couvrant beaucoup de terrain, défendant debout et relançant toujours proprement. Avec la suspension de Fabinho au retour, l’ancien du Sporting CP et du FC Porto devra rééditer la même performance au Stade Louis II.

Miralem Pjanic (Juventus Turin) : le Bosnien n’est pas un marathonien, mais face aux Blaugranas, il s’est avéré très important. Juste dans l’utilisation du ballon malgré le pressing des Catalans, surtout en début de match, il a permis à son équipe de ressortir proprement le ballon. Dans l’entrejeu, il a gratté beaucoup de ballons et obtenu plusieurs coups francs importants. L’ex-Lyonnais délivre d’ailleurs une passe décisive à Giorgio Chiellini sur corner (55e). Solide.

Shinji Kagawa (Borussia Dortmund) : l’espoir est toujours permis pour les Borussen avant le match retour à Monaco, et c’est en grande partie grâce au milieu offensif japonais. L’international nippon est en effet impliqué sur les deux réalisations de son équipe. Il a notamment donné le premier à Ousmane Dembélé (57e) puis fait étalage de toute sa virtuosité technique sur son deuxième but, effaçant Jemerson d’un crochet subtil avant d’allumer Danijel Subasic (84e).

Cristiano Ronaldo (Real Madrid) : le mur du 100. Le Portugais a inscrit un doublé ce mercredi soir à Munich, atteignant ainsi la barre des 100 réalisations marquées en Coupe d’Europe. Il a surtout montré, après une période de disette de quelques matches, qu’il était toujours présent dans les grands rendez-vous. Ses deux buts, une reprise de volée croisée sur un centre de Dani Carvajal (47e) et un coup de semelle bien senti sur un service de Marco Asensio (77e). L’addition aurait même pu être plus lourde si Manuel Neuer n’avait pas sorti le grand jeu (75e).

Paulo Dybala (Juventus Turin) : on attendait Lionel Messi, on a eu droit au show Paulo Dybala ! L’Argentin, titularisé en soutien de son compatriote Gonzalo Higuain, s’est montré particulièrement inspiré face aux Blaugranas, grâce à un doublé plein de flair et de maîtrise technique. Bien décalé par Juan Cuadrado, il réussissait à se retourner pour tromper Marc-André ter Stegen sur un pas (7e). Puis, après un service en retrait de Mario Mandzukic, il réalisait les pas de préparation parfaits pour ajuster le portier allemand (22e). On comprend mieux pour quoi la Vieille Dame l’a prolongé jusqu’en juin 2022 !

Kylian Mbappé (AS Monaco) : d’un réalisme froid et impressionnant, le jeune attaquant monégasque a encore réalisé un match plein sur la pelouse du Borussia Dortmund ce mercredi soir. D’abord efficace et renard des surfaces pour reprendre le ballon de Thomas Lemar (19e), l’international tricolore a ensuite joué de ruse et de malice pour s’en aller battre une deuxième fois Roman Bürki d’une belle frappe placée après avoir récupéré le ballon dans les pieds de la défense centrale (79e). Pour le reste, il a participé à l’effort collectif et multiplié les courses et les appels dans la profondeur pour offrir des solutions aux siens.