Cinq matches, cinq victoires, 1 but encaissé et 24 réalisations inscrites. Le Paris Saint-Germain survole la phase de poules de la Ligue des Champions version 2017/2018. Un train lancé à toute vitesse qui s’est même permis de devenir l’équipe la plus prolifique de l’histoire de la coupe aux grandes oreilles lors des phases de poules. Un record chipé au Borussia Dortmund qui peut d’ailleurs encore être amélioré dans deux semaines face au Bayern Munich. De quoi faire encore plus le club de la capitale un des favoris logiques à la victoire finale.

Mais si tout va pour le mieux pour Paris, deux de ses stars, habituées à soulever la LdC, prônent la méfiance. A commencer par Neymar, vainqueur de l’édition 2014/2015 avec le FC Barcelone. « Nous sommes bien, mais nous devons garder les pieds sur terre. Nous savons que ce que nous avons fait lors de cette phase de poules ne comptera plus lors du tour suivant.Il faut qu’on impose davantage notre jeu. Nous sommes dans une bonne période, mais il faut continuer ». Un discours partagé par un autre gagnant de l’épreuve, Daniel Alves.

Daniel Alves se montre prudent

« Je suis heureux parce que l’équipe est équilibrée, elle marque aussi beaucoup de buts et ne souffre pas trop. On parle beaucoup des buts marqués, mais nous avons un bon équilibre défensif. On n’encaisse pas beaucoup de buts. Ça nous rend plus fort. Pour faire quelque chose de bien dans cette compétition, il faut être équilibré. On ne doit pas s’enflammer avec les résultats que nous avons parce que pour moi, avec tout ce que le club a fait, passer la phase de poules c’est une obligation pour un club comme le PSG ».

Une prudence légitime puisque le Brésilien sait très bien que ces records ne pèseront plus très lourd si le PSG ne parvient pas à atteindre le dernier carré tant convoité.
« Malgré le fait que les matches soient faciles, on doit rester comme ça. Nous ne devons pas nous tromper. C’est une compétition difficile. Et malgré notre état de forme actuel, on doit s’améliorer parce que les matches vont devenir plus difficiles ». Et pour rappel, si Paris termine premier de son groupe, des clubs tels que la Juventus ou le Real Madrid pourraient être de potentiels adversaires dès les huitièmes de finale.