L’Olympique Lyonnais pouvait effectuer ce soir un grand pas vers la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Pour atteindre cet objectif, les hommes de Bruno Genesio devaient triompher face à Hoffenheim. A cette occasion, le technicien rhodanien optait pour un 3-5-1-1 relativement prudent, avec le seul Memphis Depay en pointe. Côté allemand, Julian Nagelsmann alignait un 3-4-3 avec le trio Belfodil, Joelinton et Kramaric en attaque. Sous une pluie diluvienne, les joueurs lyonnais réalisaient une entame plutôt poussive, gênés aux entournures par la volonté allemande de se projeter rapidement vers l’avant. Il fallait attendre la 13ème minute pour entrevoir la première opportunité lyonnaise. Sur la gauche, Mendy débordait et centrait pour Fekir qui surpris de recevoir ce ballon, manquait totalement sa tête. Après avoir laissé passer l’orage, l’OL prenait le jeu à son compte.

Ferland Mendy décochait un missile en dehors de la surface qui venait mourir sur le montant de Baumann avant de revenir sur Fekir qui butait à nouveau sur le portier allemand. Le ballon revenait sur Ndombele dont la frappe était renvoyée par la défense. Fekir surgissait et parvenait à ajuster de près Baumann pour l’ouverture du score (1-0, 20e). Hoffenheim manquait l’égalisation quatre minutes plus tard. Suite à un cafouillage dans la surface, Belfodil seul devant Lopes butait sur le porter rhodanien (24e). Lyon prenait le large peu avant la demi-heure de jeu. Insaisissable couloir gauche, Mendy distillait une offrande ou point de penalty pour Ndombele dont l’intérieur du pied dévié trompait Baumann (2-0, 28e). Vexé, Hoffenheim ne rendait pas les armes. Demirbay décochait une frappe lointaine et obligeait Lopes à se détendre (35e). L’Olympique Lyonnais aurait pu prendre le large suite à un petit numéro de Aouar côté gauche, mais la tentative du milieu rhodanien était repoussée par Baumann (38e).

L’OL craque encore sur la fin

Au retour des vestiaires, Hoffenheim se présentait sur le près avec de meilleures intentions. Joelinton armait une belle frappe à l’entrée de la surface, bien captée par Lopes (47e). Pas de quoi faire vaciller l’Olympique Lyonnais qui repartait à l’assaut des buts gardés par Baumann. Fekir servait Ndombele qui parvenait à décaler Aouar dont la frappe passait juste au-dessus (49e). Les hommes de Julian Nagelsmann terminaient la rencontre à dix après l’expulsion de Nuhu (51e). L’OL voulait asséner le coup de grâce. Ferland Mendy une nouvelle fois mettait le feu sur son côté gauche et centrait pour Fekir qui butait sur Baumann (54e). Insaisissable ce soir, Ferland Mendy réalisait un rush incroyable ponctué d’une belle frappe qui passait au-dessus (60e). Alors que l’Olympique Lyonnais maîtrisait son sujet, il cédait contre toute attente sur une frappe à l’entrée de la surface signée Kramaric (2-1, 65e).

Ce but faisait vaciller les hommes de Bruno Genesio. Schulz centrait pour la tête de Kramaric détournée en corner pas Lopes (69e). Lyon sortait la tête de l’eau peu avant le dernier quart d’heure. Memphis Depay servait Fekir dans la surface mais la frappe de l’international français était détournée en corner par Baumann (74e). La fin de match s’avérait haletante et Joelinton provoquait un ultime frisson dans le Parc OL avec une frappe non cadrée (83e). L’Olympique Lyonnais procédait en contre. Bertrand Traoré bien lancé par Aouar voyait sa frappe détournée en corner (88e) avant que Ferland Mendy ne bute sur Baumann (89e). Dans les arrêts de jeu, l’OL se faisait rejoindre bêtement. Sur un coup-franc dévié de la tête par Joelinton, Kadeřábek catapultait le ballon au fond des filets (2-2, 90+2). Le scénario cruel du match aller se reproduisait donc ce soir pour Lyon qui devra encore batailler pour décrocher son billet pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Mendy (7,5) : positionné dans un milieu à cinq, le défenseur lyonnais a apporté le danger dès qu’il se projetait vers l’avant. Il aurait pu délivrer une passe décisive pour Fekir (13e). Quelques minutes plus tard, il est à l’origine de l’ouverture du score lyonnaise avec une superbe frappe renvoyée par le poteau (20e). L’ancien joueur du Havre se montrait une nouvelle fois décisif en distillant un centre parfait pour le deuxième but de Ndombele (2-0, 28e). Intenable dans un schéma tactique qui lui va comme un gant, il distille une nouvelle offrande à Fekir qui bute sur Baumann (54e). Physiquement au-dessus, il s’offre un rush incroyable ponctué d’une frappe qui passe au-dessus (60e). Une prestation étincelante ce soir.

Olympique Lyonnais

- Lopes (6) : le gardien lyonnais s’est montré décisif pour son équipe en remportant son duel face à Belfodil (24e) puis en se détendant sur une belle frappe de Demirbay (35e). Le portier portugais ne s’est pas laissé surprendre sur une frappe de Joelinton en début de seconde période (47e). Il sauve les meubles sur une tête croisée de Kramaric (69e). Le portier rhodanien ne peut rien faire sur les buts de Kramaric (65e) et Kadeřábek (90+2).

- Marcelo (5) : le défenseur central brésilien a essayé de maintenir le navire à flot dans les premières minutes, au plus fort de la domination allemande. Sérieux dans le positionnement, il apporte de la sérénité à sa défense. L’ancien joueur de Besiktas est apparu moins serein après la réduction du score allemande.

- Denayer (4,5) : l’international belge a connu du déchet dans ses relances lors des premières minutes. Il écope rapidement d’un carton jaune (6e) pour une faute sur Joelinton. Il s’est bien repris par la suite et s’est montré propre dans ses interventions. L’ancien joueur de Manchester City tacle à retardement sur la rédaction du score de Kramaric (2-1, 65e).

- Morel (4) : l’ancien Marseillais n’a pas tremblé en début de match alors que ses partenaires en défense semblaient vaciller. Des interventions propres qui ont rassuré l’arrière-garde lyonnaise. Il est plus ou moins coupable en se cachant sur la frappe de Kramaric (2-1, 65e). C’est lui encore qui provoque le coup-franc allemand qui permet à Hoffenheim d’égaliser par Kadeřábek dans les arrêts de jeu (2-2, 90+2). Une faute sur laquelle il a écopé d’un carton jaune.

- Rafael (4) : positionné sur le flanc droit, l’ancien joueur de Manchester United s’est distingué par son implication et son activité dans son couloir. Le joueur brésilien s’est évertué à bien défendre après l’ouverture du score, laissant l’initiative à Mendy sur la gauche de multiplier les rushs offensifs. Très discret avec un apport offensif limité, il a été décevant ce soir.

- Ndombele (7) : son début de match fut plutôt moyen avec quelques mauvais choix. Mais il a vite retrouvé son explosivité et sa faculté à se projeter vers l’avant. En une passe, il est capable de casser les lignes adverses. Très bien servi par Mendy, son plat du pied dévié permet aux siens de faire le break (2-0, 28e). L’international français aurait pu se muer en passeur décisif pour Aouar mais la frappe de ce dernier passait au-dessus (49e). Il a avalé les kilomètres et fait preuve d’une incroyable démonstration sur le plan physique. Remplacé à la 87e par Diop.

- Tousart (6) : titularisé au sein d’un milieu plus fourni qu’à l’accoutumée, il s’est avéré très précieux pour son équipe dans la récupération du ballon. N’a jamais rechigné aux tâches défensives, et reste toujours aussi généreux sur un terrain. Le milieu de terrain lyonnais a essayé de stabiliser les siens dans l’entrejeu et n’a que très peu participé aux phases offensives.

- Aouar (6,5) : sa clairvoyance dans le jeu lui permet de limiter le déchet dans ses transmissions. Capable d’alterner jeu court et jeu long avec facilité, il propose toujours des solutions au porteur du ballon. Après un petit numéro sur la gauche, il bute sur Baumann (38e). Le numéro huit lyonnais aurait pu marquer sur un service de Ndombele mais sa frappe passait juste au-dessus (49e). Encore une prestation solide et sérieuse de l’international espoirs.

- Mendy (7,5) : voir ci-dessus.

- Fekir (6,5) : après une entame poussive, le capitaine lyonnais a a repris ses esprits avec son habituelle aisance technique. Sur l’ouverture du score, sa première frappe est repoussée par Baumann, mais son abnégation lui a finalement permis de conclure (1-0, 20e). Un but qui lui a permis de prendre plus d’initiatives dans le jeu. Très en vue dans le jeu grâce à ses provocations incessantes, le champion du monde loupait le doublé de très peu sur un service de Ferland Mendy (54e). L’international tricolore bien servi par Depay manque l’immanquable devant Baumann (74e). Remplacé à la 74e par Moussa Dembélé qui s’est montré très actif sur le front de l’attaque lyonnaise.

- Depay (3) : l’international hollandais s’est montré relativement discret dans le premier acte. Il a souvent été à contre-courant par rapport à ses partenaires, et a rarement effectué les bons choix. Auteur de quelques gestes de génie par intermittence comme sur sa passe géniale pour Nabil Fekir (74e). Frustré, l’ancien mancunien a trop cherché à marquer son but comme sur sa frappe (77e) bien captée par Baumann. Il a été sifflé par une partie du public du Parc OL à sa sortie à la 86e. Remplacé par Bertrand Traoré qui aurait pu marquer mais sa frappe a été déviée en corner par un défenseur (88e).

Hoffenheim :

- Baumann (6) : le portier allemand n’a pas beaucoup été aidé par ses défenseurs ce soir, mais il a permis à son équipe de rester dans le match. Il a d’abord arrêté une tentative de lob lointaine de Nabil Fekir (15e), avant de céder sur un cafouillage face au même Fekir, et ce malgré deux parades sur la même action (1-0, 19e). Il est ensuite trompé par la déviation de Vogt sur une frappe de Ndombele (2-0, 28e). En seconde période, il a miraculeusement empêché Fekir de s’offrir un doublé (53e, 73e), avant de sauver devant Mendy (90e+1). Une bonne prestation pour le portier allemand qui aura donné de sa personne ce soir.

- Nuhu (1) : le défenseur ghanéen a vécu une soirée cauchemardesque. Il a écopé d’un carton jaune tôt dans le match pour une faute sur Fekir (17e), avant de se faire mystifier par deux fois par Aouar (29e, 38e) et Ndombele (47e). Cerise sur le gâteau, il s’est fait crocheter une énième fois ce soir par Fekir avant d’être exclu pour un second avertissement. Un cauchemar total pour le joueur de 23 ans.

- Vogt (3) : le capitaine allemand a été en grande difficulté ce soir, à l’image de la défense d’Hoffenheim. Il est d’abord bien intervenu devant Aouar (7e) avant de remettre le ballon dans les pieds de Fekir sur l’ouverture du score (1-0, 19e). Ensuite, il a dévié une frappe de Ndombele, ce qui a trompé son portier (2-0, 28e). En seconde période, il a contré une frappe de son coéquipier Joelinton (66e), avant d’être averti pour un coup de coude sur Fekir (72e). Dans les dernières minutes, il a sauvé les siens d’un troisième but en taclant devant Traoré (88e).

- Bičakčić (3,5) : le défenseur bosnien a alterné le bon et le moins bon. Il a d’abord sauvé les siens devant Fekir (13e), avant d’intervenir sur sa ligne, sans pouvoir empêcher l’ouverture du score de l’international français (1-0, 19e). En seconde période, il a affronté les nombreuses vagues lyonnaises comme ses coéquipiers, sans se faire punir malgré les occasions adverses.

- Kadeřábek (3) : un match plus que délicat pour l’ancien latéral du Sparta Prague avant qu’il ne se transforme en héros. Il a été mis en difficulté par les montées incessantes de Mendy et les permutations avec Aouar sur l’aile gauche. Sur l’ouverture du score, il se fait éliminer trop facilement par Fekir (1-0, 19e), avant d’être absent dans son couloir sur le centre de Mendy pour le deuxième but lyonnais (2-0, 28e). En toute fin de match, il est arrivé au second poteau pour tromper Lopes du pied gauche après une déviation de Joelinton (2-2, 90e+2).

- Grillitsch (3) : l’ancien du Werder Brême a coulé au milieu de terrain, perdant la bataille face à Tousart, Ndombele et Aouar, et ce malgré une grosse occasion au retour des vestiaires (46e). Il a été averti en fin de première période après une faute grossière sur Ndombele (42e). Remplacé par Nelson (56e), qui a apporté de la vitesse et de la vivacité dans le couloir droit.

- Schulz (5) : très disponible dans son couloir, à l’image d’une tentative osée (26e) et plusieurs centres tentés, le latéral d’Hoffenheim a vite disparu, à l’image de son équipe dans le domaine offensif, avant de renaître en fin de match. Défensivement, Rafael l’a mis dans le dur avec ses montées incessantes, mais il est resté solide, et a tenté de sonner la révolte avec de bonnes montées. Un match intéressant pour le latéral gauche d’Hoffenheim.

- Demirbay (5) : le joueur d’Hoffenheim le plus en vue ce soir jusqu’à sa sortie. Au four et au moulin pour distribuer le jeu, et notamment sur les nombreux coups de pied arrêtés allemands (6 corners dans le premier acte). Ensuite, il a tenté sa chance du gauche mais Lopes a boxé en corner (35e). En seconde période, il a été un peu plus dans le dur, malgré de bonnes ouvertures pour ses coéquipiers. Remplacé par Nordtveit (79e).

- Kramarić (5) : peu trouvé, l’attaquant croate a été contraint de beaucoup dézoner dans le couloir gauche. Il a tenté de trouver quelques angles de frappe, sans réussir à inquiéter la défense lyonnaise. Après l’heure de jeu, il a tenté une frappe en bout de course qui a trompé Lopes (2-1, 65e), avant de sonner la révolte d’une tête décroisée a été déviée en corner par le Portugais (70e).

- Joelinton (4,5) : l’attaquant brésilien a d’abord été très en vue avant de traverser un long trou d’air. Son premier quart d’heure a été intéressant, mais il a ensuite été sevré de ballons face à la charnière lyonnaise, avant de se rebeller d’une frappe lointaine (47e), bien captée par Lopes. Dans les dix dernières minutes, il a manqué une énorme occasion d’égaliser mais sa frappe est passée de peu au-dessus du but de Lopes (82e), avant de dévier un coup-franc pour trouver Kadeřábek, dont la tête a permis à Hoffenheim d’égaliser (2-2, 90e+2).

- Belfodil (2) : l’ancien Lyonnais n’a pas su rentrer dans son match. En effet, malgré son énorme occasion manquée face à un Anthony Lopes incroyablement habile (23e), l’Algérien n’a ensuite plus rien montré avant de totalement disparaître offensivement. Remplacé par Szalai (66e), qui n’a pas été en mesure de se montrer inquiétant après son entrée en jeu.