Usé, Gianluigi ? Fatigué, Buffon ? Dépassé, Gigi ? D’aucuns ont jugé bon de critiquer Gianluigi Buffon, auteur ces dernières semaines de performances en demi-teinte, à l’image de cette boulette avec l’équipe d’Italie face à l’Espagne (1-1) en éliminatoires à la prochaine Coupe du monde. Mais le gardien de but de 38 ans a prouvé une fois de plus à ses détracteurs que, s’il pouvait connaître quelques périodes de moins bien comme tout être humain, il n’en demeurait pas moins une légende vivante capable d’écœurer à lui seul toute une équipe.

Face à l’Olympique Lyonnais, ce mardi soir, l’international transalpin s’est montré sous son meilleur jour, peut-être transcendé par la musique de la Ligue des Champions et la belle ambiance d’un Parc OL où il s’était déjà imposé durant l’Euro face à la Belgique. Invincible, le mur Buffon a détourné tour à tour les frappes d’Alexandre Lacazette (35e sp), de Fekir (49e), de Rafael (70e), de Tolisso (71e), et de Gonalons (86e), tout bonnement impossible à prendre en défaut. La Rédaction FM lui a d’ailleurs attribué le note de 8,5.

Les joueurs de l’OL admiratifs

Face aux multiples sollicitations dont il allait évidemment faire l’objet, le service communication de la Juventus Turin n’a pas daigné présenter le dernier rempart face aux médias, lui demandant de ne pas s’arrêter. Peu importe, le reste de l’équipe piémontaise s’est chargée de lui rendre un vibrant hommage, comme Massimiliano Allegri, interrogé sur le cas de son portier en conférence de presse : « Il a été remis en cause récemment. Le match de ce soir (hier soir) est une grande réponse à tout ça. Buffon n’a pas besoin de prouver quoi que ce soit, il est très différent des autres », a-t-il martelé, encore épaté par un gardien qui n’a pourtant plus rien à prouver.

Dans le camps d’en face, si la déception de la défaite était présente, la performance de l’international italien (164 capes) a tout de même marqué les esprits, et ce n’est certainement pas Sergi Darder qui dira le contraire : « Comme d’hab, c’est comme d’hab (sic). Je ne sais pas s’il est le meilleur, mais il fait partie non seulement des deux-trois meilleurs gardiens du monde, mais aussi de l’histoire. Il est juste top, c’est tout ce que je peux dire », a affirmé le métronome espagnol en zone mixte, subjugué par les prouesses que peut encore réaliser celui qui a indiqué vouloir arrêter sa carrière après le Mondial 2018. Profitons-en encore...