Pour l’ultime rencontre européenne à Gerland, l’OL jouait sa dernière carte ce soir en Ligue des Champions. Bon derniers du groupe, les Gones recevaient La Gantoise, équipe considérée comme la plus faible de la poule H, mais qui jusque-là en avait surpris plus d’un. La victoire était impérative pour garder un très mince espoir de qualification pour le tour suivant dans la plus grande des compétitions. Pour parvenir à ses fins, Hubert Fournier avait réservé quelques surprises dans sa composition de départ. Alors qu’une charnière centrale Yanga-Mbiwa - Morel était envisagée, le technicien a changé son fusil d’épaule et alignait le revenant Bisevac et Yanga-Mbiwa. Au milieu, Malbranque était préféré à Darder, tout comme Ghezzal à la place de Beauvue. Une composition qui allait vite montrer ses qualités.

Car l’OL rentrait le mieux dans ce match. Visiblement plus en jambes que leurs adversaires, les Lyonnais inquiétaient rapidement l’arrière-garde belge grâce notamment à Ghezzal. Le milieu offensif, petite surprise de départ, saisissait pleinement sa chance. Il décalait parfaitement Ferri qui crucifiait le portier (1-0, 7e). Déjà devant au tableau d’affichage, Lyon ne s’arrêtait pas là mais changeait ses plans pour privilégier des situations de contre. Sur une incroyable relance au pied de Lopes, Lacazette devançait Sels qui touchait le ballon de la main hors de sa surface (13e). Si personne n’est venu protester, le gardien aurait bien dû être expulsé en tant que dernier défenseur. En revanche, sur une nouvelle attaque rapide, il gardait la main ferme sur un tir de Lacazette (19e). Dans le dur en ce début de rencontre, La Gantoise allait prendre les commandes. Suite à un contre favorable, Dejaeghere frappait un brin au-dessus de la cage de Lopes (22e). Et après une succession de situations chaudes devant des Lyonnais trop attentistes et dépassés au milieu, Milisevic égalisait d’un superbe coup-franc (1-1, 32e). Un score plutôt honnête pour l’OL à la mi-temps car Lopes sortait une tête de Dejaeghere (43e). Il fallait sérieusement se réveiller.

Éliminés à ce stade de la compétition, les Gones n’avaient plus le choix et devaient l’emporter. Dans un Gerland curieusement assez discret vu l’ampleur de l’événement, Lyon se décidait enfin à animer la rencontre. Valbuena mettait Sels à contribution une première fois (51e). Ghezzal faisait de même en sortant une grosse frappe détournée par le gardien belge (63e). Malheureusement, le temps fort lyonnais ne durait pas ou était trop léger. Entreprenant mais sans grande intensité dans l’animation, l’OL n’arrivait plus à s’approcher du but adverse. Dans le même temps, La Gantoise se contentait de serrer les rangs et espérait une improbable situation. Dans les ultimes minutes, les locaux poussaient grâce notamment à l’entrée de Cornet. Ce denier effectuait un gros travail de pressing et se procurait même une belle opportunité (88e). Et alors que les deux équipes semblaient vouloir en terminer la-dessus, La Gantoise crucifiait miraculeusement Lopes dans l’ultime minute grâce à une tête de Coulibaly (1-2, 90+5e) et se retrouvait en position favorable avant la dernière journée. Un résultat en revanche terrible pour l’OL mais qui colle finalement à l’image de cette désastreuse campagne de Ligue des Champions. Éliminé de toutes compétitions européennes, Gerland imaginait sans doute meilleure fin.

L’homme du match : Dejaeghere (7,5) : méconnu du grand public, le jeune Belge a démontré un gros potentiel. Beaucoup de technique, une frappe à la 21e et une action avec petit pont mal conclue par Milicevic (27e). Egalement à son actif, une jolie tête à la 42e. Très présent dans le jeu de son équipe, il s’est montré légèrement plus discret durant le deuxième acte. Un joueur à revoir. Remplacé par Rafinha (82e).

Olympique Lyonnais :

- Lopes (6) : comme à son habitude, il sort un grand match. Après une première claquette devant Neto (11e) il effectue un arrêt de classe devant Dejaeghere (43e). Battu sur le coup-franc de ce dernier, il est également devancé par Coulibaly (90+5e). Auteur de quelques relances excellentes il a su rassurer ses coéquipiers dans le domaine aérien.

- Rafael (4,5) : il est bourré de bonnes volontés mais il ne joue pas assez juste. Très offensif comme à son habitude, le Brésilien évolue rarement dans le bon tempo et ne sent pas bien les coups (27e, 55e). Défensivement non plus, il commet trop de fautes de placement et Dejaeghere l’a mis en difficulté. En revanche, qu’est ce qu’il court.

- Bisevac (6) : pour son retour à la compétition, le Serbe n’a pas déçu. Très solide derrière, il a d’emblée enfilé un costume de patron. Rassurant dans ses interventions et dur sur l’homme, il a en plus donné de la voix lorsque l’OL était dans le dur.

- Yanga-Mbiwa (4) : en difficulté face à Depoitre dès le début du match, il a entamé son match dans la lignée de sa rencontre à Nice. Coupable d’un trop grand nombre de fautes, dont celle qui amène le coup-franc égalisateur, et parfois inutiles, il a mis son équipe en difficultés. Mieux durant la seconde période.

- Bedimo (4) : préféré à Morel, le Camerounais s’est montré trop brouillon dans tous les secteurs du jeu. Pas très rassurant derrière, il a été pris à plusieurs reprises dans son dos. Il faut dire que Ghezzal ne l’aidait pas beaucoup non-plus. Averti (38e), il n’a jamais effectué les bons choix offensivement.

- Tolisso (4) : après un bon début de rencontre où il effectue des interventions importantes, il s’est rapidement éteint en commettant un trop grand nombre de fautes malvenues (19e, 31e). Pris à défaut sur quelques situations qui ont mis le bloc dans le dur, il n’offre pas la même assurance que Gonalons à ce poste. Décevant.

- Ferri (6) : une véritable pile électrique, il n’a cessé de faire le liant entre la défense et l’attaque. S’efforçant à jouer simple et vertical, il a beaucoup contribué à l’animation offensive de son équipe. Il est d’ailleurs récompensé par un but marqué tôt dans cette rencontre (7e). Averti (48e) et remplacé par Cornet (85e) qui effectué un bon travail de pressing et a même eu l’occasion de marquer (88e).

- Malbranque (4,5) : il s’est rapidement fait manger au milieu. Dépassé par la vitesse adverse, il n’a cessé de courir dans le vent et après le ballon. Un peu mieux en seconde période où on l’a vu influer sur le jeu, il n’a pas toujours joué avec simplicité. Remplacé par Darder (65e) dont les passes ont cassé les lignes adverses. Intéressant.

- Ghezzal (6) : avec Ferri, il est l’une des bonnes surprises de la soirée côté lyonnais. Aligné sur le côté gauche, il effectue une bonne entame de match, touchant de nombreux ballons qu’il a su bonifier comme son décalage pour le but de Ferri, le centre pour Valbuena (51e) ou sa propre frappe (62e). En revanche, il a parfois oublié de défendre son couloir. Remplacé par Beauvue (74e) qui n’a pas apporté grand chose.

- Valbuena (4,5) : l’ancien joueur du Dinamo Moscou a alterné le bon et le moins bon. Toujours à la recherche de la bonne passe, il a cependant manqué de précision dans ses transmissions et ses coups de pied arrêtés. Une seconde période plus consistante où il met Sels à contribution (51e) et livre quelques transversales bien senties.

- Lacazette (4) : Il a eu beau tenter, il s’est battu contre des moulins à vent. Beaucoup trop isolé sur le front de l’attaque, le meilleur buteur de L1 la saison passée n’a, encore une fois, pas eu le rendement espéré. Côté positif, il sent très bien le coup sur cette superbe relance de Lopes (12e) puis adresse une belle frappe dans un angle fermé (19e) mais c’est bien trop maigre.

La Gantoise :

-  Sels (6,5) : perfectible mais intéressant. S’il aurait dû écoper d’un carton rouge après une sortie plus qu’hésitante à la 13e minute, le gardien de 23 ans a sauvé les meubles à plusieurs reprises pour son équipe face à Lacazette (18e), Rafael (36e), Valbuena (51e) ou encore Ghezzal (62e).

-  Mitrovic (5,5) : à l’image de ses coéquipiers, il n’est pas irréprochable sur l’ouverture du score de Ferri, à la limite du hors-jeu. Il a ensuite élevé son niveau de jeu pour canaliser les offensives lyonnaises notamment au début de la seconde mi-temps, où les Lyonnais ont eu du mal à trouver de réelles solutions. Match correct.

-  Asare (5,5) : ni le plus costaud ni le plus adroit, mais surement pas le moins volontaire de son équipe. Régulièrement dépassé par Valbuena en début de match, il a ensuite su se montrer solide dans les duels. Sa prestation d’ensemble est plutôt honorable, à défaut d’être stratosphérique.

-  Nielsen (6) : mal placé sur l’ouverture du score de Ferri, il a connu un début de match compliqué, à l’image de son équipe. Au fil de la rencontre, il s’est montré beaucoup plus rassurant. Hormis lors du début de la 2e mi-temps, il n’a laissé que des miettes aux attaquants lyonnais dans la surface. Match intéressant.

-  Neto (5,5) : plutôt intéressant devant une défense à trois, il a récupéré plusieurs ballons et apporté de l’impact physique. S’il n’a pas brillé techniquement, il aurait pu ouvrir le score de la tête (10e). Averti pour une faute sur Ghezzal, il est à créditer d’un match correct, sans plus.

-  Kums (5,5) : en bon capitaine, il a plutôt bien canalisé les offensives lyonnaises, se montrant rassurant dans le placement. Il s’est intelligemment cantonné aux tâches défensives sans briller ni trop se projeter. Bêtement averti pour antijeu à la 75e minute.

-  Saief (5,5) : plutôt discret en début de match, il s’est ensuite mis en évidence, participant aux attaques belges sur son côté gauche. Il n’a pas pour autant apporté de réel danger malgré son implication. Un match correct. Remplacé par Raman (67e), averti en fin de match.

-  Dejaeghere (7) : voir ci-dessus.

-  Foket (5) : souvent pris de vitesse par Ghezzal en début de match, il a également manqué quelques gestes simples dans son secteur offensif. Malgré une forte implication dans le jeu, il a finalement réalisé un match assez discret. A l’image de ses partenaires, ce match nul semblait lui convenir parfaitement jusqu’au but de la dernière seconde.

-  Milicevic (5,5) : un but et puis c’est tout. S’il n’a pas brillé, le Suisse a su se montrer décisif au bon moment. Des ballons perdus, des situations mal négociées comme à la 27e minute sur un travail de Dejaeghere … mais un coup franc expédié dans le petit filet de Lopes après une improbable combinaison.

-  Depoitre (4) : néo international avec la Belgique, le numéro 9 ne s’est pas montré très inspiré ce soir. Plus connu pour son jeu de passes intelligent et sa présence offensive que pour sa technique, il a déçu. Trop de lenteur à jouer certains contres et certains gestes simples manqués. Remplacé par Coulibaly (89e), buteur sur la seule occasion belge à l’ultime seconde.