Mine de rien, en moins d’un mois, depuis la reprise de la compétition en 2019, le PSG a perdu deux matches face à des adversaires nationaux (Guingamp en Coupe de la Ligue, Lyon en Ligue 1). Soit deux de plus que lors de toute la première partie de saison. Et ce, alors que le moment le plus important de la saison se profile avec le huitième de finale aller de la Ligue des Champions face à Manchester United, qui aura lieu le 12 février prochain à Old Trafford. Face à Guingamp, l’excuse d’un match au scénario un peu fou, avec trois pénaltys sifflés, pouvait être soumise. Face à l’OL dimanche soir, le PSG est tombé face à un adversaire sacrément coriace, qui l’avait déjà mis à terre la saison passée à peu près à la même période (c’était un 24 janvier). La suite est connue, cette défaite n’avait pas aidé le club de la capitale à passer l’obstacle Real Madrid.

Qu’en sera-t-il de celle-ci ? Sous les ordres d’Unai Emery, le PSG semblait dépassé dès qu’un adversaire mettait plus d’intensité que la moyenne. Le PSG version Thomas Tuchel semble mieux armé de ce point de vue là mais il a quand même perdu à Lyon. Avec les honneurs et les occasions de but, certes, mais il a perdu. Interrogé en conférence de presse sur l’inquiétude qui pouvait naître après une défaite, l’entraîneur allemand a préféré voir les choses de manière positive. « Comme je le dis, le résultat est quelque chose que tu ne peux pas contrôler dans le foot. Mais la performance, le pressing, la vitesse, l’agressivité pendant le match, c’est le niveau dont on a besoin pour s’améliorer. Parce que c’est le niveau d’un 8e de finale de Ligue des Champions. C’est exactement ça, contre Manchester ou ici. Nous sommes capables de combattre à ce niveau. »

Tuchel ne s’alarme donc pas sur la capacité de son équipe à répondre à une intensité élevée. Il n’a pas encore tort, puisque les deux derniers matches de Ligue des Champions, face à Liverpool et à l’Étoile Rouge de Belgrade, l’avaient démontré. Kylian Mbappé, l’un des deux joueurs parisiens à s’être arrêté en zone mixte, a lui aussi répondu sur l’impact d’une telle défaite à quelques jours de la Ligue des Champions. « Non, ça ne m’inquiète pas du tout. Il faut prendre match après match. L’année dernière, à trop vouloir attendre la Ligue des Champions, on l’a sautée. Maintenant, on joue les matches comme ils se présentent. Bien sûr qu’on se prépare. Mais ça fait du bien de jouer des matches comme ça. La semaine dernière Rennes aussi, c’était une équipe qui jouait. Aujourd’hui, c’était une autre équipe qui jouait, c’est bien, on en redemande », a-t-il assuré. Il reste deux matches au PSG pour achever de préparer le rendez-vous face à Manchester United : Villefranche Beaujolais en Coupe de France mercredi 6 février puis PSG-Bordeaux samedi 9 février.