Il n’a que 19 ans, mais Kylian Mbappé déteste être jugé comme un jeune. Encensé à juste titre après une deuxième partie de Coupe du Monde ponctuée par un but en finale face à la Croatie, le natif de Bondy ne peut donc pas réclamer de clémence lorsqu’il rate un rendez-vous au sommet. Et hier, Mbappé n’a pas pu sauver les meubles malgré le but du 2-2 inscrit en fin de rencontre. Car encore une fois, le numéro 7 parisien s’est illustré par des choix trop complexes, comme sa perte de balle coupable aux abords de sa surface à l’origine du but de Roberto Firmino.

Mais pas seulement. À l’instar de Neymar, le Francilien s’est distingué par un repli défensif très limite, voire quasiment inexistant. Impliqué sur deux des trois buts encaissés par son équipe, Mbappé n’a pas appliqué la consigne qui était de bloquer au maximum le latéral adverse, Andy Robertson. Conséquence : ce dernier a pu monter à sa guise, mettant Thomas Meunier en difficulté. Une attitude qui a souvent déplu à Thomas Tuchel qui ne s’est pas privé de le faire savoir à son joueur depuis le banc de touche. Invité à s’exprimer sur le contenu du match de Mbappé, l’Allemand a d’ailleurs confié que ce genre d’expérience devait servir de leçon à son attaquant.

Les mêmes remontrances qu’en Russie avec les Bleus

« Vous avez bien résumé. C’est une grande occasion pour lui de s’améliorer. Avec lui, c’est comme avec Ney. Il est toujours dangereux. Le match était très difficile pour lui, mais quand il reste sur le terrain, il est toujours dangereux. Mais le dernier ballon est une action qui peut lui permettre de s’améliorer pour le plus haut niveau ». Face à ce constat, comment ne pas repenser aux remontrances de Didier Deschamps quelques mois auparavant à ce sujet ? Après la victoire étriquée de l’équipe de France face à l’Australie, Mbappé avait été recadré par le sélectionneur tricolore en raison de son manque d’implication pour les tâches défensives. Des reproches que DD n’avait pas hésité à évoquer publiquement.

« Si on regarde le premier match (contre l’Australie, ndlr) en termes de générosité et d’effort, il aurait pu en faire plus ! Mais il n’avait pas eu les occasions qu’il a eues lors du second match où il a fait plus d’effort pour le collectif. (...) Il joue où au PSG ? À droite ! S’il fait moins d’effort à Paris, c’est que l’équipe a 80% de possession de balle et a donc moins besoin de défendre en Ligue 1. Là c’est le niveau international, les exigences sont les mêmes qu’au PSG lorsqu’ils jouent la Ligue des Champions ». Et pour l’instant, Mbappé n’a toujours pas respecté ces exigences en coupe d’Europe pour espérer soulever la coupe aux grandes oreilles avec le club francilien.