Le Parc des Princes accueillera un match crucial pour l’avenir européen du Paris SG. Face au Ludogorets Razgrad (6e journée de Ligue des Champions), les Rouge-et-Bleu doivent l’emporter pour être sûrs de conserver la tête de leur groupe A, devant les Gunners d’Arsenal. Pour ce faire, Unai Emery a décidé de miser sur son équipe type, en prenant évidemment en compte les blessés (Adrient Rabiot, Javier Pastore) et la suspension de Marco Verratti. Alphonse Areola, malgré une prestation moins aboutie à Montpellier (3-0, 15e journée de L1), devrait ainsi prendre place dans les buts.

Devant lui, c’est une ligne de défense à quatre qui officiera. Serge Aurier occupera le flanc droit. La paire Marquinhos-Thiago Silva veillera au grain dans l’axe. L’expérimenté Maxwell, lui, fera bonne garde à gauche. Jusqu’ici, du grand classique. Mais à la différence du déplacement à La Mosson, le Basque a prévu de revenir à un 4-2-3-1. Dans l’entrejeu, Blaise Matuidi, qui a vu son agent confirmer ce lundi une probable prolongation à venir, devrait être accompagné de Thiago Motta, visiblement remis de ses soucis au mollet.

Le retour du 4-2-3-1 et de Ben Arfa

À l’animation, on retrouverait ainsi Angel Di Maria à droite. L’Argentin, très décevant ces dernières semaines, garde le soutien sans faille du technicien espagnol, et ce, malgré la montée en puissance apparente de Jesé Rodriguez, déjà annoncé sur le départ. À gauche, c’est Lucas qui devrait démarrer, confirmant qu’il est incontournable pour son coach. Enfin, Hatem Ben Arfa, remplaçant à Montpellier, serait positionné en soutien d’Edinson Cavani. Les deux hommes auront pour mission de faire plier la défense adverse.

Les leaders du championnat de Bulgarie se présenteront eux aussi avec un onze classique. Vladislav Stoyanov sera dans les cages tandis que l’ancien Messin José Palomino et le Roumain Cosmin Moti tenteront de juguler les offensives parisiennes, aidés par Anicet Abel, passé notamment par l’école de football de l’AJ Auxerre. Enfin, les Brésiliens Cafu et Wanderson tenteront de déstabiliser leurs compatriotes de la défense parisienne.