Il y a des chiffres qui font tiquer du côté du PSG. Deux défaites d’affilée (après celle contre Strasbourg en Ligue 1) et trois buts encaissés en un seul match (ce qui n’était plus arrivé depuis avril dernier, à Nice). Pour ce test grandeur nature sur la pelouse du Bayern Munich, le PSG a globalement déçu, non seulement sur le plan du résultat, mais aussi sur celui du jeu, sans changements de rythme ni réelle expression collective. Pourtant, après la rencontre, le discours s’est voulu résolument optimiste, à l’image de celui de Marco Verratti.

« On savait qu’on jouait contre une grande équipe qui joue très bien à la maison. Le Bayern s’est servi de l’expérience au Parc et n’a pas laissé beaucoup d’espace derrière. On a été un peu en difficulté en première mi-temps. On a pris un but très tôt. C’est difficile ensuite. En deuxième mi-temps on est rentré avec un état d’esprit différent. On aurait pu égaliser. C ’était un match un peu compliqué. On a eu des occasions. Mais si tu ne marques pas, les autres marquent. Il y a des choses à améliorer. Ce n’est pas le Bayern qui a dominé cette rencontre. On a au minimum 4 occasions de but. On ne l’a pas fait. (...) Il faut analyser ce match. Ce n’est pas une prestation vraiment décevante », a argué le petit Italien en zone mixte.

Verratti lance un message à ses coéquipiers

Les mines n’étaient pourtant pas réjouies au sortir de la rencontre, entre un Neymar premier à quitter les lieux, tête basse, ou un Mbappé les yeux rivés sur son téléphone. Et que dire du discours de l’entraîneur Unai Emery, qui a assuré que ses hommes pensaient surtout à assurer le 1-3 en fin de rencontre. « À 3-1 pour le Bayern, quand les joueurs ont vu qu’ils ne pouvaient pas changer le résultat, l’équipe a alors cherché à calmer le jeu, à avoir la maîtrise, et à garder une structure solide pour contenir le Bayern et assurer la première place du groupe. »

Le PSG voulait frapper un nouveau grand coup sur la scène européenne et tente au final de se rassurer sur ses ambitions. Marco Verratti, s’il rappelle la première place obtenue, a quand même lancé un message à ses coéquipiers. « On est content de finir premier. Je pense que tout le monde aurait signé pour ça. On n’aime jamais perdre. Il faut travailler. Il vaut mieux prendre deux défaites consécutives maintenant qu’après. C’est important qu’on comprenne qu’il faut s’améliorer. Quand on gagne, il ne faut pas être content. Il faut rester mesuré. Quand on a gagné 7-1 (contre le Celtic Glasgow), on n’a pas dit qu’on avait gagné la Ligue des Champions. » La route est encore bien longue.