C’était l’un des chocs de cette dernière journée de la phase de poules de Ligue des champions. Le tenant du titre madrilène, accueillait à Bernabeu le Borussia Dortmund. Si les Merengue étaient d’ores et déjà qualifiés pour les huitièmes de finale, Dortmund ne devait surtout pas perdre pour être reversé en Ligue Europa. A cette occasion, Zinedine Zidane procédait à quelques changements dans son onze type avec les titularisations notamment de Kovacic, Lucas Vazquez et Mayoral. Du côté de Peter Bosz, Mahmoud Dahoud était titularisé dans l’entrejeu aux côtés de Sahin et Kagawa ; Dès la deuxième minute, le futur Ballon d’Or Cristiano Ronaldo décochait une belle frappe captée tant bien que mal par Bürki. Le Real prenait rapidement l’avantage sur une superbe ouverture de Ronaldo dans la surface pour Isco qui déviait légèrement le cuir pour Mayoral qui trompait de près Bürki (8e). Les Merengue se détachaient quelques minutes plus tard sur un centre fort de Nacho pour Kovacic. Ce dernier alertait Cristiano Ronaldo à l’entrée de la surface dont la frappe enroulée trompait le portier du Borussia (2-0, 12e).

Ces deux buts précoces contrecarraient les plans des hommes de Peter Bosz. Ces derniers montraient enfin le bout de leur nez, Raphaël Guerreiro sur la gauche centrait fort devant le but, Aubameyang trop court ne pouvait se saisir de l’offrande (23e). Quelques secondes plus tard, Pulisic lançait Kagawa dans la surface, mais ce dernier se heurtait à Varane (26e). Dortmund se montrait une nouvelle fois dangereux sur une ouverture de Bartra qui trouvait dans la profondeur Aubameyang dont la frappe trop croisée passait à côté (34e). Serein dans le premier acte, le Real perdait prématurément son défenseur central Raphaël Varane (37e) sur blessure. Le champion d’Espagne mettait en place tranquillement son jeu offensif. Theo Hernandez servait Isco dans l’espace, sur la gauche de la surface, qui remisait intelligemment pour Mayoral dont la frappe en pivot filait juste à côté (42e). Trop confiant, le Real Madrid se faisait surprendre sur un ballon perdu par Asensio. Schmelzer s’emparait du cuir et centrait au point de penalty pour Aubameyang qui d’une tête plongeante trompait Navas (2-1, 43e).

Lucas Vazquez sauve le Real

Dès le retour des vestiaires, Sahin lançait en profondeur Kagawa dont la déviation trouvait Aubameyang dans la surface. L’international gabonais butait dans un premier temps sur Navas, avant de piquer malicieusement son ballon et remettre les deux équipes à égalité (2-2, 48e). Quelques secondes après cette égalisation, les hommes de Zidane repartaient à l’assaut des buts gardés par Bürki. Sur un ballon récupéré par Isco, le milieu espagnol servait Ronaldo qui ne cadrait pas (52e). Dortmund opérait en contres, sur un long dégagement de Bartra, Aubameyang filait seul devant Navas mais se faisait stopper par un superbe tacle de Nacho (55e). Méconnaissable depuis le retour des vestiaires, le Real Madrid se procurait une opportunité par Lucas Vazquez mais sa frappe n’inquiétait pas Bürki (72e).Quelques secondes plus tard, Asensio sur la gauche centrait fort devant le but pour Ronaldo qui enlevait trop sa reprise (73e).

Theo Hernandez tentait de sonner la révolte côté gauche, son centre fuyant était dévié en corner au nez et à la barbe de Mayoral (76e). Le champion d’Espagne finissait mieux la rencontre, sur un nouveau centre d’Asensio, Mayoral remettait de la tête à Ronaldo qui ne parvenait pas à conclure (77e). Ce temps fort madrilène se matérialisait par un but. Sur un mauvais renvoi de Bürki, Theo Hernandez remettait de la tête pour Lucas Vazquez dont la volée écrasée trompait Bürki (3-2, 81e). Loin de rendre les armes, le Borussia manquait l’égalisation sur une incursion de Kagawa dont la frappe passait au-dessus des buts de Navas (87e). Grâce à ce succès, le Real Madrid terminait sur une bonne note cette phase de poules.

Retrouvez le film du match sur notre live.

L’homme du match : Ronaldo (7) : le buteur portugais n’a pas perdu de temps pour se distinguer. Sur le premier but des Merengue, c’est lui qui alerte Isco dans la surface (1-0, 8e). CR7 enchaîne en marquant son petit but d’une superbe frappe enveloppée (2-0, 12e). Il entre encore un peu plus dans l’histoire de la compétition en devenant le premier joueur à marquer à chaque match d’une phase de poules. Sa seconde période fut plus quelconque, il rate notamment une opportunité incroyable face à Bürki (73e). Le futur Ballon d’Or n’a pas livré sa meilleure prestation sous le maillot madrilène, mais est resté décisif.

Real Madrid

- Navas (5) : le portier du Real Madrid n’a pas eu grand chose à faire, malgré ses deux buts encaissés. Il ne peut rien sur la tête à bout portant d’Aubameyang (2-1, 43e). Sur le second, il repousse la première tentative de l’attaquant gabonais mais doit s’incliner sur son piqué astucieux (2-2, 48e).

- Nacho (6) : le latéral droit madrilène s’est montré extrêmement sérieux sur son côté. Capable d’apporter offensivement, il a contribué involontairement au deuxième but madrilène avec son centre tendu (2-0, 12e). Il fut moins porté vers l’attaque en seconde période. Effectue un superbe sauvetage sur une tentative d’Aubameyang qui prenait le chemin des filets (55e).

- Varane () : l’international français a bien maîtrisé son début de rencontre. Solide dans les duels et propre dans la relance, il passait une soirée relativement tranquille. Son jaillissement sur la frappe de Kagawa (26e) fut salvateur. Mais il a dû quitter prématurément les siens sur blessure. Remplacé par Asensio (37e) : (5) qui s’est distingué par un manque de discernement sur une passe anodine de Kovacic, qui amène le but du Borussia (2-1, 42e). Il s’est bien repris en multipliant les initiatives côté gauche.

- Ramos (4,5) : le défenseur central espagnol n’a jamais été mis en danger. Sa science du placement lui permet de bien sentir les coups. La sortie de Raphaël Varane l’a complètement déboussolé. Il est coupable sur l’égalisation de Pierre-Emerick Aubameyang (2-2, 48e). En manque de repères, il a souffert en deuxième mi-temps tout comme l’ensemble de la défense madrilène.

- Theo Hernandez (6) : le latéral gauche madrilène montre toujours beaucoup d’énergie dans ce qu’il entreprend. Offensivement, son apport reste indiscutable même si ses centres n’ont pas toujours trouvé preneur. Toujours entreprenant, il se permet même d’offrir une passe décisive de la tête pour le troisième but marqué par Lucas Vazquez (81e).

- Casemiro (4,5) : sûrement l’un des madrilènes le plus discret ce soir. On ne l’a pas beaucoup vu, laissant l’initiative à Isco et Kovacic. Il a reculé dans le second acte pour épauler la défense madrilène qui subissait les assauts du Borussia. Un match quelconque à oublier.

- Kovacic (6) : le milieu croate n’a pas déçu dans l’entrejeu. Son aisance technique, et sa clairvoyance lui permettent de tirer son épingle du jeu. Son décalage judicieux permet à Cristiano Ronaldo de marquer le deuxième but madrilène (2-0, 12e). Même si il a perdu quelques ballons, ses projections restent intéressantes. Remplacé par Ceballos (57e) qui s’est distingué par sa justesse technique, et sa qualité dans les transmissions.

- Isco (5,5) : l’international espagnol est indispensable au milieu. Il insuffle le bon tempo au jeu du Real. Capable d’alterner jeu court, jeu long et de maîtriser temps forts, temps faibles, sa déviation astucieuse permet à Mayoral de marquer le premier but (1-0, 8e). Il a baissé le pied dans le second acte, où il a semblé en manque d’inspiration. Remplacé par Llorente (68e).

- Ronaldo () : voir ci-dessus

- Lucas Vazquez (5,5) : la pépite madrilène fut relativement discrète ce soir, même si il a essayé de trouver des automatismes avec ses partenaires. Il a mieux terminé la rencontre à l’instar de son équipe. L’attaquant espagnol sauve les siens sur une reprise écrasée peu académique qui trompe Bürki (3-2, 81e).

- Mayoral (5,5) : titularisé par Zinedine Zidane aux côtés de Ronaldo, l’attaquant ibérique a essayé de combiner avec ses partenaires. Il marque un but plein de sang-froid devant Bürki sur un superbe service d’Isco (8e). Si il ne possède pas les même qualités que Karim Benzema, on ne peut lui reprocher sa volonté de trouver ses partenaires. Cristiano Ronaldo gâche ainsi une de ses offrandes (77e).

Borussia Dortmund :

- Burki (4,5) : il est battu par un piqué astucieux de Mayoral (9e), puis n’y peut rien face au missile de Ronaldo (12e). Un début de match cauchemardesque. Une seconde période beaucoup plus calme, il a bien négocié les ballons dangereux... jusqu’au but de Lucas (81e), où il est encore malheureux. Pas d’erreur notable, mais pas décisif non plus, et trois buts encaissés.

- Sokratis (3) : soirée difficile pour l’international grec, qui a dû subir de multiples offensives rapides du Real Madrid. Sa lenteur lui a joué des mauvais tours, même s’il n’est pas directement coupable sur les buts.

- Subotic (4,5) : en difficulté au début, il est monté en puissance au fil du match avec plusieurs dégagements importants. En souffrance en fin de match, le Real Madrid a fini par en profiter.

- Schmelzer (5) : la défense à trois s’est fait surprendre dès le début avec l’ouverture du score de Mayoral (9e). Sur ce coup-là, l’Allemand est pris de vitesse. Il s’est rattrapé en servant Aubameyang pour le but du 1-2 (43e). Plus solide défensivement en seconde période.

- Bartra (6) : il a bien dirigé le jeu, coupant les lignes défensives madrilènes avec des passes de haut niveau. Une seconde période plus calme, durant laquelle il a pris moins de risque. Remplacé par Toprak (80e), qui n’a pas pesé lourd.

- Sahin (5,5) : face à son ancien club, l’international turc a surtout couru derrière le ballon, parfois dans le vide. Il a néanmoins bien négocié ses ballons, optant pour le jeu court. Il ne revient pas assez vite sur Ronaldo qui en a profité pour armer un missile et tromper de Burki (13e). Intéressant ensuite jusqu’à son remplacement par Weigl (65e), qui a fait son travail.

- Dahoud (4) : l’international allemand espoirs d’origine syrienne a eu du mal à s’exprimer dans le cœur de jeu ce soir. Il a beaucoup couru dans le vide, et a manqué de combativité dans les duels.

- Guerreiro (5,5) : le plus dangereux des siens en première période, il a créé du danger sur son côté (24e) et a mené la révolte du BVB. Un peu plus discret en seconde période, il s’est surtout concentré sur le repli défensif.

- Pulisic (5) : l’international américain a créé du danger sur son côté et a souvent réussi à déborder Theo Hernandez. En revanche, il a souvent été à la rue défensivement, laissant Ronaldo trop libre sur son couloir. Des hauts et des bas.

- Aubameyang (7) : un grand match, après un début difficile. D’abord trop isolé devant, l’attaquant gabonais a offert des disponibilités, mais est à chaque fois un poil en retard sur les ballons dangereux. Il est monté en puissance en fin de première période, avec une belle occasion (37e) et un but de la tête pour réduire l’écart (43e). C’est lui qui égalise, en deux temps, après une magnifique déviation de Kagawa (49e).

- Kagawa (5,5) : discret en première période, il a lancé son match avec une magnifique talonnade en direction d’Aubameyang qui en a profité pour égaliser (49e). Il s’est à nouveau éteint par la suite, se concentrant sur le repli défensif. Il s’est offert la belle du 3-3 (88e), mais a envoyé sa frappe juste au-dessus. Remplacé par Yarmolenko (90e+2) en fin de match.