« Avant de parler de vos envies d’ailleurs, faîtes gagner votre club formateur ». Le 8 février dernier, à l’occasion du match opposant l’Olympique Lyonnais à l’AS Nancy-Lorraine (4-0), cette banderole avait été déployée dans le Virage Nord du Parc OL. Si les Bad Gones se sont depuis justifiés, assurant qu’elle ne visait pas Alexandre Lacazette en particulier, d’où l’usage de la deuxième personne du pluriel, toujours est-il que l’attaquant l’avait lui-même pris personnellement, abattu et agacé à l’issue de la rencontre.

« Alexandre est détruit psychologiquement, et c’est sur un malentendu. Il n’a pas dit qu’il voulait partir de Lyon pour partir dans un grand club. Alexandre est probablement le meilleur buteur du championnat avec Cavani, il va peut-être lui passer devant, et il n’a pas trahi la maison. On fait porter sur des gamins, Alexandre a de moins de 25 ans, une pression immense face à des gens qui ne comprennent pas. Je suis déçu, ça me fait mal. Ce sont mes joueurs, ce sont mes enfants », avait d’ailleurs déclaré Jean-Michel Aulas en zone mixte après la partie.

Lacazette n’en veut pas aux supporters

Touché mais pas coulé, l’attaquant a su réagir de la meilleure des manières, en répondant sur le terrain. Buteur le weekend dernier à Guingamp, le canonnier guadeloupéen a remis le couvert ce jeudi soir en Ligue Europa, double buteur sur la pelouse de l’AZ Alkmaar (1-4). Dans une partie où il n’a pas forcément eu énormément de ballons à se mettre sous la dent, l’enfant de Mermoz a exploité au mieux les situations qui se sont présentées à lui, et a su faire parler la poudre à deux reprises. Sourire aux lèvres après le match, celui qui arbore le numéro 10 a retrouvé son panache, et enterré la hache de guerre avec les fans.

« Les gens peuvent penser ce qu’ils ont envie. Je ne vais pas mettre tous les supporters dans le même sac. Je n’oublie pas ceux qui m’ont applaudi et cru en moi. J’ai été applaudi, ça fait plaisir, mais je ne donne pas plus ou pas moins d’importance à cela », a-t-il déclaré dans des propos relayés par Le Progrès. Une situation apaisée qui fait le bonheur de l’entraîneur, Bruno Genesio : « Je suis content pour lui. Il a fait taire la polémique. Il a fait une sorte de paix avec son public. J’ai bien aimé la réaction des supporters envers lui, et le geste amical d’Alex vis-à-vis de son public ». Tout est bien qui finit bien.