Oui, l’Olympique Lyonnais s’est imposé ce mercredi soir face à Montpellier (5-1), grâce notamment à un doublé de Nabil Fekir. Mais cette partie a été entachée par des erreurs d’arbitrage souvent en faveur des Gones, à l’image de l’exclusion injustifiée du très jeune Morgan Poaty (19 ans), ou bien encore du penalty généreusement accordé à Nabil Fekir pour l’égalisation rhodanienne. Des faits de jeu qui s’inscrivent dans une période compliquée, puisque Jean-Michel Aulas estimait pas plus tard que ce lundi que les quatre matches de suspension infligés à Maxime Gonalons pour sa faute sur Malcom était exagérés, allant même jusqu’à déclarer que le Bordelais faisait semblant d’être à l’agonie pour amplifier la gravité de la faute. Soit, très exactement, ce qu’a visiblement fait Corentin Tolisso ce mercredi soir...

Forcément, dans les rangs héraultais, l’arbitrage de M. Bartolomeu Varela passe mal, et le président-délégué du MHSC, Laurent Nicollin, n’y est d’ailleurs pas allé avec le dos de la cuillère en zone mixte : « Je vois qu’avec une double fracture de la jambe, suite à l’expulsion, un joueur (Tolisso) peut faire un doublé ce soir, c’est beau pour le foot, c’est bien. J’ai souhaité voir M. Varela à la mi-temps, il a accepté que je vienne. Entre le carton rouge et le penalty, ça fait beaucoup de faits de jeu pour un petit club comme nous contre le grand et puissant Olympique Lyonnais. L’OL n’a pas besoin de ça », a déclaré le dirigeant héraultais en zone mixte à l’issue de la partie, suivi dans cette analyse par son entraîneur Frédéric Hantz, lequel n’a pas hésité à laisser entendre qu’il s’agissait d’un complot en haut lieu pour favoriser l’Olympique Lyonnais.

« Le match a duré sept minutes... On menait 1-0 et après, vu comme est organisé le foot français, était-il envisageable que Lyon perde deux fois de suite contre Bordeaux et Montpellier dans le Parc OL ? Et puis tel qu’est organisé l’arbitrage français, était-il anodin que M. Varela soit nommé ? On est injustement sanctionné, c’est un spectacle pauvre, je suis très heureux que Tolisso ait pu marquer deux buts et finir le match », a conclu, avec ironie, le technicien. Son homologue, Bruno Genesio, a tenté ensuite d’arrondir les angles, comprenant le sentiment montpelliérain : « Je les comprends, j’en ai parlé avec Fred (Hantz). Je n’ai pas revu les images, mais le foot se joue parfois sur des faits de jeu. On l’a connu sur certains matches à nos dépens, ce soir on en bénéficie. On ne va pas faire la fine bouche, je ne pense pas que l’arbitre ait pensé aux propos du président sur Maxime Gonalons, c’est difficile pour l’arbitre de prendre parfois la bonne décision », a-t-il affirmé. Malheureusement, si l’erreur est humaine, les points valent cher...