Hier matin, RMC jetait un sacré pavé dans la mare en publiant des extraits de procès verbaux de l’enquête instruite par la police et visant quelques dirigeants olympiens ainsi que des figures du grand banditisme. Un véritable coup de tonnerre, notamment pour un José Anigo accablé par la teneur des écoutes téléphoniques.

L’OM n’a pourtant pas hésité à défendre son directeur sportif quelques heures après. Une prise de position pas vraiment partagée par l’ancien président phocéen Pape Diouf qui ne s’est pas privé de tailler son ancien dirigeant. Une rude journée pour Anigo qui a finalement décidé de réagir, via un communiqué publié dans les colonnes de La Provence.

« À la suite de la diffusion d’éléments d’informations faisant référence à des PV, issus d’une instruction pénale en cours qui ne le vise nullement dans la mesure où il est totalement étranger à cette affaire, José Anigo indique qu’une plainte pour violation du secret de l’enquête et de l’Instruction sera déposée dans les prochaines heures. La publication de ces écoutes démontre au demeurant sans ambiguïté qu’il a toujours œuvré dans l’intérêt de l’Olympique de Marseille et sans qu’aucune irrégularité ne puisse lui être reprochée. L’objectif de cette plainte vise à identifier le ou les auteurs d’une diffusion d’informations attentatoires à son image. Toutes les voies légales visant à mettre un terme à cette campagne de calomnie portant atteinte à son honneur et à sa considération sont également à l’étude. »