> > OM - Montpellier : les notes du match

OM - Montpellier : les notes du match

Publié le :

Par :

Dans un Stade Vélodrome sonnant creux, Montpellier a survolé les débats pour obtenir une victoire précieuse sur le terrain de Marseille (1-3). Le MHSC prend donc trois points d'avance en tête du classement, tandis que l'OM enchaîne son douzième match de rang sans le moindre succès.

  • A+
  • A-
Un Belhanda tout sourire a laissé l'OM sur place
Un Belhanda tout sourire a laissé l'OM sur place
©Maxppp

Les supporters de l’Olympique de Marseille réclamaient une défaite de leur équipe contre Montpellier pour priver peut-être le PSG du titre. Et bien d’entrée de jeu, Traoré provoque un pénalty pour une faute de main. Belhanda (7e) saisit l’aubaine et ouvre le score. 1-0 pour les Héraultais donc, qui tentent de doubler la mise, mais Giroud (10e) ne parvient pas à trouver le cadre malgré un bon mouvement collectif. Le match n’est guère emballant, mais Utaka (26e) parvient tout de même à se mettre en position de tir, trouvant les gants de Mandanda. Et alors que le MHSC semble tranquille, l’OM égalise à la surprise générale ou presque. Un coup franc bien tiré par Cheyrou et dévié au premier poteau par Brandão trouve Mbia (33e) qui reprend le cuir de la tête. Ce même Mbia (43e) qui sur un bon corner, parvient à nouveau à mettre sa tête, sans trouver ce coup-ci le cadre.

1-1 à la pause, tout est donc à refaire pour Montpellier. Et au retour des vestiaires, les Héraultais ne tardent pas à se mettre en évidence. Camara s’offre un bon déboulé sur son côté droit et adresse un amour de centre pour Giroud (50e) qui saisit l’offrande pour reprendre acrobatiquement le ballon et inscrire son dix-neuvième but de la saison. Le match s’emballe et, suite à une jolie percée de Jordan Ayew, Gignac (52e) est à deux doigts de marquer, mais son tir est repoussé juste devant sa ligne par un Bocaly jouant les pompiers de service. Un raté qui se paye. Giroud décale astucieusement Belhanda (71e) dans la surface, qui s’offre un enchaînement contrôle de la poitrine reprise de volée acrobatique dans la lucarne. L’OM n’y est plus, et un bon tir d’Utaka (84e) trouve un Mandanda vigilant. Score final 1-3, la victoire de Montpellier ne souffre d’aucune contestation. Sur le Vieux-port, les Héraultais surfent sur une vague triomphante, tandis que les Phocéens continuent quant à eux de couler.

- L’homme du match : Belhanda (7,5) : une prestation sans fausse note pour le meneur de jeu montpelliérain mis en confiance par son ouverture du score précoce sur pénalty dès la 7e minute. Ensuite, il a donné le tempo à la plupart des offensives héraultaises, nous régalant de quelques gestes techniques bien sentis. Constamment placé entre les lignes marseillaises, il n’a quasiment pas perdu le moindre ballon ni le moindre duel et a parfaitement orienté le jeu et servi ses partenaires. Il est à la finition d’une attaque placée montpelliéraine, son enchaînement contrôle poitrine/ciseau suite à une passe de son compère Olivier Giroud trouve la lucarne de Steve Mandanda, un peu court. Remplacé par Cabella (88e).

Olympique de Marseille :

- Mandanda (4,5) : comme contre le PSG, le portier n’a pas vraiment été à la fête. Crucifié sur pénalty, fusillé à bout portant, puis glacé devant un geste acrobatique de grande classe, le gardien de but a souffert. Auteur malgré tout de bonnes sorties aériennes et de quelques arrêts.

- Fanni (6) : rarement titulaire au poste de latéral droit cette saison, l’ancien Rennais n’a pas démérité. Plutôt solide défensivement, il s’est montré également utile sur le plan offensif, avec quelques bons déboulés dans son couloir.

- Mbia (6,5) : c’est lui qui sonne la révolte en première mi-temps. Alors que l’OM est apathique, le défenseur central tente de donner le tempo grâce à ses interventions rugueuses et son jeu aérien. Un but inscrit de la tête, et une deuxième tête qui aurait pu faire mouche quelques minutes après.

- Nkoulou (5) : habituellement indispensable, le Camerounais a été moins en vue en cette fin d’après-midi. Mbia étant dans un bon jour, le défenseur a peut-être eu du mal à exister devant la belle prestation de son coéquipier.

- Traoré (2,5) : Morel et même Azpilicueta lui étant préférés, Traoré avait une occasion en or de se montrer. C’est tout le contraire. D’entrée de jeu, il offre un pénalty à Montpellier, pour une main assez étonnante en pleine surface. Et sur le deuxième but montpelliérain, c’est lui qui prend l’eau devant le déboulé de Camara. Il y a des jours comme ça.

- Diarra (5,5) : la sentinelle du milieu de terrain marseillais n’a pas démérité. De bons jaillissements et quelques interventions pleines d’à propos lui ont permis de rendre une copie plus que propre. Remplacé par Amalfitano (61e).

- Cheyrou (5,5) : passé totalement au travers de son match contre le PSG, le joueur avait une revanche à offrir. Il s’en est bien sorti, se montrant précieux grâce à son jeu de passes, surtout sur coups de pied arrêtés, où il a été étincelant.

- Kaboré (4,5) : le Burkinabé n’a pas vraiment brillé. Des trois milieux de terrain, c’est celui qui a le plus souffert, ne se montrant que très rarement en évidence.

- Brandão (5,5) : l’attaquant brésilien a eu le mérite de se battre. Auteur de la déviation décisive sur le premier but des siens, il n’a eu de cesse de tenter de peser sur les défenseurs adverses. Aurait peut-être pu obtenir un pénalty, accroché par Bocaly. Remplacé par A. Ayew (72e).

- J. Ayew (4,5) : le petit frère d’André a été sur courant alternatif. Parfois capable d’effacer ses vis-à-vis grâce à sa technique, il n’a que trop peu eu cette vista, ne pesant pas sur les débats.

- Gignac (4) : auteur d’une entame de match plus que compliquée, APG a eu du mal à trouver sa place. Un bon tir qui aurait pu faire mouche, sans une intervention désespérée de Bocaly. Sorti sous les sifflets du Stade Vélodrome, s’adressant à Didier Deschamps en le remerciant ironiquement pour cette sortie et ces sifflets. La saison galère continue. Remplacé par Valbuena (61e).

Montpellier :

- Jourdren (6) : quasiment jamais inquiété par les attaquants marseillais, il est resté concentré et serein, notamment dans ses prises de balles aériennes. Il ne peut rien sur l’égalisation marseillaise, abonné par sa défense. En fin de match, il empêche l’OM de réduire le score en mettant en échec André Ayew à bout pourtant.

- Bocaly (6,5) : le latéral droit a bien arpenté son couloir et parfaitement contrôlé Gignac, incapable de réussir la moindre différence. Ses accélérations foudroyantes et sa qualité de centre ont fait des ravages dans les rangs marseillais, notamment face à un Djimi Traoré fantomatique. Auteur d’un sauvetage in extremis sur sa ligne sur un tir de Gignac (55e), il empêche les Marseillais de recoller à 2-2.

- Yanga-Mbiwa (5) : un match assez tranquille pour le capitaine du MHSC qui n’a pas beaucoup souffert face aux rares offensives olympiennes. Il s’est même laissé tenter par quelques montées offensives pour apporter le surnombre et aider ses partenaires en attaque. Mais le faux rythme imprimé par l’OM a semblé l’endormir un peu et il oublie Mbia au marquage sur l’égalisation marseillaise.

- Hilton (5) : son début de match laissait augurer une grosse performance du défenseur brésilien. Toujours bien placé, il a coupé les trajectoires proprement et mis en échec les rares initiatives olympiennes mais il perd son duel face à Brandao qui dévie le ballon vers Mbia sur l’égalisation marseillaise. Ensuite, il a multiplié les approximations et aurait pu coûter un autre but à son équipe.

- Bedimo (6) : égal à lui-même, le Camerounais a multiplié les déboulés côté gauche pour apporter le surnombre dans le camp marseillais. Il se projette rapidement vers l’avant pour offrir des solutions et ses montées ont mis Kaboré et Fanni au supplice. Vitesse, percussion et qualité de centre, tous les ingrédients du latéral moderne.

- Estrada (6) : excellent à la récupération, l’international chilien a brillé dans l’orientation du jeu et à la relance. Il a également fait montre d’une belle qualité technique, même si, pour une fois, il a très peu tiré au but et n’a donc pas pu nous faire admirer sa qualité de frappe exceptionnelle.

- Saihi (4) : contrairement à son partenaire à la récupération, il a été totalement absent des débats et n’a jamais pesé au milieu de terrain. Averti pour une faute sur Diarra (49e) il est remplacé par Stambouli (62e) auteur d’une rentrée pleine d’envie, comme souvent.

- Belhanda (7,5) : voir ci-dessus.

- Camara (6) : pour son 100e match de Ligue 1 sous le maillot montpelliérain, l’attaquant sénégalais a réussi un très bon match sur le côté droit où il a presque systématiquement pris le dessus sur Djimi Traoré. Ses accélérations ont mis au supplice l’international malien, de même que ses appels dans le dos de la défense. Son centre, exceptionnel, au second poteau à destination de Giroud a permis à son équipe de reprendre le score et à son partenaire de creuser encore un peu plus l’écart au classement des buteurs. Remplacé par Marveaux (85e).

- Utaka (5) : percutant sur son côté gauche, l’international nigérian a multiplié les débordements et les provocations balle au pied sans toutefois prendre le dessus sur son vis-à-vis, Rod Fanni. Offensivement il n’a pas réussi grand-chose, si ce n’est une frappe assez facilement capté par Mandanda (26e) et quelques centres qui ont rarement trouvé preneur.

- Giroud (7) : comme souvent, le meilleur buteur du championnat a beaucoup pesé sur la défense adverse par son jeu dos au but et ses déviations. Souverain de la tête, il a tenté de faire la différence par ses appels dans la profondeur et ses décrochages. À la réception d’un centre au laser de Souleymane Camara, il crucifie Mandanda d’une reprise du plat du pied gauche et inscrit son 19e but personnel cette saison et conforte sa place de meilleur réalisateur de Ligue 1. Il est passeur décisif pour Belhanda sur le troisième but.

Fiches joueurs
Younès BelhandaY. Belhanda8 Matches0 Buts
Fiches clubs
Olympique MarseilleOlympique MarseilleFRA
MontpellierMontpellierFRA
© Foot Mercato 2004-2014 - Nous sommes le 01/09/2014, il est 13H19 et vous consultez la page : OM - Montpellier : les notes du match