Hatem Ben Arfa a dû se demander ce qu’il se passait dans la tête de son entraîneur. Rendez-vous compte ! Après avoir été écarté du groupe durant plusieurs matches et jamais titularisé à son meilleur poste, voilà qu’il vient de débuter deux matches de championnat consécutifs en position de numéro 10. Si cela s’est avéré relativement laborieux face à l’Olympique Lyonnais, la prestation du milieu offensif français face à Angers était d’une meilleure facture, et l’on a pu retrouver quelques éclairs de génie sur des percées balle au pied, notamment sur le penalty obtenu et transformé par Cavani.

Alors, a-t-il satisfait totalement Unai Emery cette fois-ci ? Il faut croire que oui puisque le coach espagnol l’a félicité, en conférence de presse, sans émettre la moindre réserve cette fois-ci, contrairement au cas Jesé… « Il travaille bien et pour tous les joueurs qui sont arrivés ici, ce n’est pas facile de jouer. Pour Krychowiak, Meunier, Hatem, Jesé. Il y a d’abord l’adaptation des joueurs à l’équipe, aux entraînements, aux joueurs et après, il y a la concurrence. Je suis content de la progression des joueurs, de Krychowiak, de Meunier, de Hatem et j’attends que la progression de Jesé soit meilleure, pas à pas. Aujourd’hui, Hatem a fait un bon match, c’est important pour lui, pour la confiance, parce qu’il veut aider l’équipe et il peut le faire, avec la qualité qu’il a », a expliqué Emery.

Ce qu’il attend encore de Ben Arfa

Les différentes absences et un calendrier très costaud jusqu’à la trêve sont deux raisons qui expliquent le passage en 4-2-3-1, après avoir longtemps conservé le 4-3-3 cher à Laurent Blanc. Ben Arfa en profite pleinement, d’autant qu’Emery le juge comme un véritable meneur de jeu. « Les bons joueurs peuvent jouer dans toutes les positions mais vu ses caractéristiques, il est mieux dans cette position avec des joueurs qui défendent plus que lui. Il peut ainsi jouer dans l’axe, un peu à gauche, un peu à droite, il peut amener de la supériorité dans la défense adverse. Je crois qu’il a besoin de s’améliorer pour entrer plus dans la surface et être plus près pour marquer. Il a besoin de travailler pour améliorer ça, pour créer plus d’occasions de buts », a assuré Emery, qui ne lâchera donc pas Ben Arfa d’une semelle !

Le Français va toutefois voir le retour de Di Maria et surtout Pastore au cours des prochains jours, ce qui pourrait réduire à nouveau son temps de jeu. Mais après avoir mangé son pain noir durant plusieurs mois, il semble bien plus armé psychologiquement pour survivre aux nombreuses rotations qui rythment la vie d’un club engagé dans toutes les compétitions.