Le Paris Saint-Germain a repris la route du Camp des Loges et s’apprête à aller disputer un match amical en Tunisie, ce mercredi. Avec Julian Draxler et Giovanni Lo Celso en renfort, mais aussi avec les déceptions de la première partie de saison comme Angel Di Maria et Jesé. Le second nommé a, a priori, envie de changer d’air et espère rallier Las Palmas, alors que l’AS Roma s’annonce très intéressée, avec des moyens financiers plus conséquents.

Une chose est sûre, Unai Emery ne retient franchement pas son joueur. Du moins, c’est ce qu’on peut comprendre de son entretien accordé à Marca, au cours duquel il évoque le cas de son compatriote, qu’il avait contribué à faire venir au PSG. « Il a besoin de jouer. Quand il a joué, il m’a donné satisfaction car son travail a été bon pour l’équipe. Il a besoin de temps de jeu pour obtenir de la confiance mais ça a été difficile de lui en donner. C’est pourquoi il y a une possibilité dont on a parlé et qu’on analysera après la trêve de voir ce qui est le mieux pour lui et pour l’équipe. J’ai toujours pensé que Jesé pouvait être ce joueur qui répond aux attentes placées en lui. »

Un "bon rendement" pour Di Maria

Tourné vers le positif dans sa communication, Unai Emery n’accable pas non plus Angel Di Maria, énorme déception de la première partie de saison mais toujours défendu par son entraîneur. Le coach espagnol attribue des circonstances atténuantes à l’Argentin. « Quand une référence comme Ibrahimovic s’en va, ce sont les autres grands joueurs comme Di Maria qui assument cette responsabilité. Ils sont donc plus exposés aux yeux des supporters. Angel est un joueur de grande expérience et très important. Son rendement a été bon, nous pensons et nous y croyions qu’il sera encore meilleur. Je suis sûr qu’il va y arriver pendant la phase retour », a-t-il assuré. Pas sûr que les supporters et observateurs soient sur la même longueur d’onde quant au rendement de Di Maria....

Enfin, il a évoqué l’arrivée de Julian Draxler et ce que l’Allemand pouvait apporter au PSG durant la deuxième moitié de la saison. « Il va nous donner de la verticalité et une dernière passe dans la phase offensive tout en pouvant être proche du but », a-t-il affirmé. Toutefois, Draxler ne résoudra pas à lui seul le problème offensif du PSG, à savoir une ultra-dépendance à Cavani pour les buts et un manque d’efficacité. Unai Emery aura l’occasion d’en dire un peu plus lors d’une conférence de presse prévue mardi en Tunisie, où seront présentés Draxler et Lo Celso.