La presse italienne en est certaine et fait d’ailleurs ses gros titres du jour sur cet événement. Parti au Qatar après avoir disputé son dernier match de la saison avec la Suède, Zlatan Ibrahimovic a débarqué hier au Moyen-Orient en compagnie de son agent, Mino Raiola. Le but de ce déplacement est bien évidemment de rencontrer le président du Paris Saint-Germain Nasser Al-Khelaïfi. Et pour les médias transalpins, Ibra n’aurait qu’une chose en tête : demander au patron des Rouge-et-Bleu de lui faciliter un départ. Une thèse justifiée de l’autre côté des Alpes par les récentes déclarations énigmatiques du buteur patenté du PSG. « Il me reste un an de contrat. J’appartiens au PSG. Je n’ai pas d’autre plan, mais les choses peuvent changer d’un jour à l’autre. »

Or selon L’Équipe, la rencontre Ibrahimovic-Al-Khelaïfi n’aurait peut-être pas pour objectif de se mettre d’accord sur une séparation. À 33 ans, le géant suédois aimerait surtout connaître les plans de son club à son sujet. Toujours aussi efficace face au but en Ligue 1 (19 buts en 24 matches cette saison), Ibra sait toutefois que la concurrence pousse derrière et que son âge risque de redistribuer les cartes au niveau de la hiérarchie. Mis au courant des rumeurs circulant autour de son attaquant, Al-Khelaïfi n’aurait cependant pas l’envie de le voir partir à un an du terme de son contrat. Toujours bloqué par les restrictions du fair-play financier, le PSG sait qu’il lui sera compliqué d’enrôler un buteur de ce calibre d’ici un an et la fin supposée des sanctions imposées par l’UEFA.

Sur le papier, les intentions parisiennes semblent donc assez claires. Mais le joueur dans tout ça ? D’après Le Parisien, Ibra aurait une idée derrière la tête. Le quotidien nous apprend en effet qu’une clause incluse dans le bail du Scandinave prévoit une baisse de salaire de 20% lors de la dernière année liant le joueur au PSG. Un point qui ferait passer le salaire brut mensuel du buteur de 1 350 000 € à un peu plus d’un million brut. Ibra serait toujours grassement rémunéré, mais perdrait ainsi le titre officieux de joueur le mieux payé du vestiaire francilien au détriment de Thiago Silva. Fort de l’intérêt qu’il suscite en Italie et si la volonté de Paris de le conserver se confirme, Ibra pourrait ainsi se servir de cette clause afin d’obtenir une rallonge. À l’heure où le PSG fait plus que jamais attention à ses deniers, Al-Khelaïfi consentira-t-il un dernier geste pour l’homme qui a été la recrue phare de l’ère QSI ?