Comme à l’habitude cette saison au stade Bollaert, le spectacle se trouve dans les tribunes plutôt que sur le terrain. Hier soir, contre Bourg-en-Bresse (0-1), les joueurs lensois ont été inexistants dans le jeu et ne se sont pratiquement pas procuré d’occasions (0 tir cadré). Dans le kop, en revanche, c’était tout le contraire avec une animation unique et très remarquée. Mais pas comme d’habitude. Si les supporters ont passé 28 journées à encourager les siens, cette 29e édition fut une exception. Pendant 90 minutes, c’est une ambiance pesante qui a régné, accompagné de chants, de sifflets, et d’une vingtaine de banderoles hostiles aux joueurs, mélangeant colère et humour. « Vous êtes comme une bière sans mousse, dégueulasse », pouvait-on lire par exemple dans les travées de la tribune Tony Marek.

Ce mécontentement de la part des fans s’explique par plusieurs choses. D’abord, cela fait un peu plus de 10 ans que le club ne passe plus une saison tranquille, enchaînant les déconvenues et les désillusions. Ensuite, il n’a jamais été aussi proche d’une descente en 3e division, qui viendrait s’inscrire logiquement dans la continuité d’une dizaine d’années de malheur. Et pour finir, il y a deux semaines, cette défaite face aux Herbiers en 1/4 de finale de la Coupe de France est clairement mal passée. Comme une goutte d’eau qui a fait déborder un vase déjà bien trop rempli pour des supporters qui ne comptent plus le nombre de kilomètres parcourus pour venir encourager ce club en perdition.

« La pire équipe de l’histoire du club »

Considérés comme « la pire équipe de l’histoire du club » ou « la risée du foot français » par leurs propres supporters, les hommes d’Eric Sikora ne parviennent pas à renverser la tendance. Le coach "fait maison" peine à trouver un plan de jeu cohérent pour des joueurs qui affichent des lacunes dans tous les compartiments du jeu. Une animation offensive inexistante, et un manque de collectif criant qui fait peine à voir. Pour preuve, le seul joueur performant de l’effectif s’appelle Jérémy Vachoux, le gardien de but. Il a d’ailleurs été épargné par les chants et les messages des supporters ce lundi soir, encouragé ironiquement même : « Vachoux, seul maître à bord, bon courage avec ces chèvres ».

Et le calendrier qui suit a de quoi faire peur dans le bassin minier. Un déplacement chez le leader Reims, une réception de Châteauroux qui espère toujours une place de barragiste pour la montée, avant de jouer deux concurrents directs au maintien : Nancy et Niort. Après la rencontre en conférence de presse, l’entraîneur Eric Sikora a livré son analyse : « la situation en championnat est loin d’être clarifiée et il faudra batailler jusqu’à la fin pour ce maintien. [...] Maintenant, il faut savoir ce que l’on veut. Soit rester en Ligue 2, soit avoir un club qui disparaît. [...] C’est peut-être leur façon à eux [ndlr : les fans] de nous dire que c’est le signal d’alarme. J’espère qu’au prochain match, ils seront derrière nous. » Et si le soutien des supporters ne suffisait pas ?