A Liverpool, le nom Gerrard est une légende. Celui du cousin de l’emblématique milieu de terrain des Reds, beaucoup moins. Arraché à Manchester City en 2018 en échange d’un chèque de 230 000€, Bobby Duncan évolue depuis à la pointe de l’attaque de l’équipe réserve des Reds. Sauf que l’histoire ne se passe pas vraiment comme prévu. Courtisé par la Fiorentina et les Danois du FC Nordsjaelland, Duncan est bloqué par Liverpool qui repousse toutes les approches. Une posture qui a déclenché une guerre entre le joueur, son agent et la direction. Premier à dégainer, le représentant du joueur, Saif Rubie. Ce dernier a publié un communiqué très salé et repris dans les colonnes du Guardian.

« Quelques mois avant la fin de la saison dernière, Bobby s’est entretenu avec ses dirigeants et le directeur du centre de formation Alex Inglethorpe. Il a été reconnu que Bobby n’était pas heureux à Liverpool pour différentes raisons. Alex nous a alors invités à apporter des offres au club pour faire sortir le joueur. Pour un joueur n’ayant aucune expérience, aucun club n’était prêt à payer un prix déraisonnable, surtout pour un joueur recruté l’an dernier pour 230 000€. Dans ce contexte, nous avons réussi à trouver des clubs prêts à recruter Bobby sous la forme d’un prêt d’une saison avec une option d’achat tournant autour des 2 M€, ce qui est une belle opération pour un club qui ne fera jamais jouer le joueur en équipe première », a-t-il indiqué, avant de poursuivre.

Liverpool accusé de détruire le joueur

« Mais Liverpool nous a clairement fait savoir que ce genre d’opération n’aboutirait pas. Donc moi et mon équipe avons travaillé durement pour trouver des offres de prêt assorties d’une option d’achat obligatoire plus élevée au bout de 5 matches joués. Et un pourcentage pour Liverpool. La raison pour laquelle Bobby a manqué le match des U23 contre Southampton lundi dernier, c’est parce qu’il a souffert de profonds problèmes mentaux à cause de tout le stress que lui inflige le club. Un stress dû parce qu’on lui a dit qu’il pouvait partir avant de le forcer à rester contre sa volonté. En plus d’avoir un petit salaire, il ne lui reste plus qu’un an de contrat après cette saison et Liverpool a clairement fait savoir qu’il n’aurait pas de prolongation. »

Sans surprise, Liverpool nie faire subir un tel traitement à l’attaquant et lui demande de faire preuve de plus de patience. Un discours inaudible pour l’agent du joueur qui a insisté sur les soucis psychologiques causés à son protégé par Liverpool. « Bobby est resté enfermé dans sa chambre ces derniers jours à cause de ça. Il ne reviendra jamais à Liverpool. Mon devoir est désormais de veiller à sa santé mentale et son bien-être. C’est une triste affaire de voir qu’un club comme Liverpool peut exercer une intimidation morale et détruire la vie d’un jeune homme sans être inquiété ». Voilà une affaire dont ce seraient bien passés les Reds.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10