En se surnommant lui-même le Normal One à son arrivée à Liverpool, en opposition au Special One José Mourinho, Jürgen Klopp lançait il y a plusieurs semaines peut-être sans le vouloir le match d’aujourd’hui. C’est enfin ce samedi (13h45) que les Blues (15e) accueillent les Reds (9e) pour un choc à la forte odeur de soufre. Tandis que Stamford Bridge aurait bien du mal à pardonner un nouveau revers à son emblématique technicien portugais, son homologue allemand reste sur un bilan contrasté depuis sa prise de fonctions - deux nuls en Premier League, un en Ligue Europa et un succès en League Cup - et court donc toujours après sa première victoire en championnat.

Après une première mèche très largement hors cadre signée Firmino (2e), c’est Chelsea qui ouvrait rapidement la marque au terme de son premier mouvement. Azpilicueta combinait bien sur son aile avec Diego Costa, parvenait à repiquer et déposer le cuir sur la tête de Ramires, lequel trompait Mignolet à bout portant (1-0, 4e). Les Blues poussaient et Terry de mettre le feu dans la surface de Liverpool en reprenant un très bon coup franc de Willian (7e), avant d’être signalé en position de hors-jeu. La réaction des joueurs de Liverpool était dans un premier temps timide et brouillonne avec cette frappe de Clyne sans grand espoir (15e). Lallana prenait sa chance à son tour par deux fois mais sans inquiéter Begovic (19e, 25e), tout comme Lucas de la tête (37e). Et c’est finalement Coutinho d’une superbe frappe enroulée au-delà du temps additionnel qui ramenait les Reds à hauteur, punissant Chelsea pour son laisser-aller (1-1, 45e+3).

Au retour des vestiaires, Chelsea semblait revenu avec les meilleures intentions, mais Liverpool se remettait rapidement dans le bon sens en se montrant le plus dangereux. Face à l’apathie de son équipe, et malgré la permutation qu’il avait initié avec Oscar à la pause, José Mourinho sortait un Hazard indigent pour le remplacer par Kenedy (59e). Klopp se montrait plus ambitieux et changeait Lallana par Benteke (63e). Un changement payant puisqu’on le retrouvait directement impliqué sur le deuxième but des Reds signé une nouvelle fois Coutinho, d’une enroulée déviée par Terry hors de portée de Begovic (1-2, 74e). Dos au mur, le Special One tentait le tout pour le tout en remplaçant Azpilicueta par Falcao (75e), après avoir déjà fait entrer Fabregas pour Mikel (69e). Mais le coaching payant était celui de Klopp et c’est Benteke qui enfonçait le clou après un gros travail à l’entrée de la surface (1-3, 82e). Stamford Bridge aurait beau soutenir José Mourinho à pleins poumons jusqu’au coup de sifflet final, Chelsea s’inclinait à domicile pour la troisième fois de la saison déjà...

L’homme du match : Philippe Coutinho (8) : très discret pendant la première mi-temps, le milieu brésilien a fait parler la grâce au meilleur moment : juste avant la mi-temps, d’un merveilleux tir enroulé (45e+3). Pas encore rassasié, Coutinho récidive à la 74e minute avec énormément de technique, et de réussite (sa frappe est contrée par Terry). Il a finalement tué ce match à lui tout seul.

Chelsea :

- Begovic (3,5) : une première mi-temps plutôt tranquille lors de laquelle il n’a fait que capter des tentatives sans danger (18e, 19e, 25e, 37e) jusqu’à ce que Coutinho ne vienne le tromper d’une magnifique frappe enroulée (45e+3). Même scenario après la pause, puisque Coutinho doublait la mise d’une frappe contrée par Terry (74e) après un calme relatif devant son but. Le Bosnien remportait son duel avec Moreno (77e) mais devait rompre une troisième fois sur une frappe déviée de Benteke (82e).

- Zouma (6) : aligné au poste de latéral droit en raison de la blessure d’Ivanovic, il a imposé un gros impact physique à ses vis-à-vis successifs, multipliant les interventions autoritaires et tranchantes dans un premier temps (14e, 25e, 49e). Puis forcé de plus se montrer aux avant-postes, il peinait à assurer un bon replacement, laissant son couloir libre pour les contres comme celui de Moreno (77e). Difficile de lui reprocher toutefois une quelconque responsabilité sur les trois buts.

- Cahill (3) : plutôt en retrait en première période, il négocie bien sa seule réelle intervention (15e). Encore plus attentiste par la suite, il ne communique pas assez avec Begovic et concède un corner évitable (52e). Devenu nettement plus balbutiant, il passait une fin de rencontre pénible où il a subi chaque assaut de manière bien plus passive. Impliqué sur le troisième but signé Benteke (82e).

- Terry (4) : omniprésent tout d’abord, il a tenu la défense à bout de bras lors du temps fort de Liverpool avant la pause jusqu’à ce qu’elle cède, malgré sa tentative de contre désespérée (45e+3). Malgré ses visibles efforts, il a coulé à pic par la suite, déviant le deuxième but de Coutinho dans ses filets (74e) avant d’arriver bien trop tard sur Benteke (82e) lors de la troisième réalisation des Reds. Cruel.

- Azpilicueta (5) : passeur décisif pour Ramires dès la quatrième minute de jeu après un bon relai avec Diego Costa, il lançait parfaitement son équipe. Plutôt sérieux par la suite, il connaît cependant un trou d’air avant la pause. En deçà de son niveau habituel en seconde période, à l’image de son équipe, il était remplacé par Falcao (76e) pour tenter d’aller chercher la gagne... en vain.

- Mikel (3,5) : après avoir connu vingt premières minutes de mise en route plutôt timorée, le Nigérian a davantage contribué au repli défensif, comblé quelques trous sans se montrer éblouissant et assuré une relance correcte jusqu’à la pause. Batailleur plus que constructeur, il était remplacé par Fabregas (70e) qui n’apporterait pas la revitalisation du milieu de terrain de Chelsea escomptée.

- Ramires (5,5) : lui qui prolongeait cette semaine jusqu’en 2019 se montrait à la conclusion de la première action construite de son équipe et ouvrait la marque (4e). De bons retours, des duels gagnés... jusqu’à ce que Coutinho ne l’efface d’une feinte et n’égalise avant la pause (45e+3). Bien plus brouillon et grossier au retour des vestiaires, son importance a décliné au fil des minutes.

- Willian (6) : une très grosses présence, de nombreuses prises de balle qui ont posé de gros soucis à Liverpool, le Brésilien a fait l’objet de nombreuses fautes. Ses coups francs précis (7e, 9e) ont amené le danger dans un premier temps, tout comme son pressing agressif. Trop isolé techniquement, il a disparu au fur et à mesure que son équipe coulait corps et biens.

- Oscar (4,5) : trois ballons perdus, un placement pas toujours très judicieux entraînant une débauche d’énergie évitable pour compenser. Replacé dans l’axe à la pause par José Mourinho, on ne l’aura pas senti plus à l’aise si ce n’est même l’inverse. En réelle difficulté en fin de match, il n’a pas livré le match qui était attendu.

- Hazard (2) : le Belge était attendu de pied ferme par son public ce samedi après les rumeurs affirmant qu’il aurait annoncé au vestiaire ses envies d’ailleurs cette semaine. On l’aura pourtant trouvé excessivement discret, en retrait, perdant de nombreux ballons et ne prenant pas sa chance une seule fois. Replacé sur l’aile à la pause, il sortait dans l’anonymat à l’heure de jeu, remplacé par Kenedy (59e) qui prenait d’emblée sa chance juste à côté (60e) avant de gentiment rentrer dans le rang.

- Diego Costa (4) : pour son 50e match toutes compétitions confondues sous le maillot de Chelsea, il honorait cette statistique d’une avant-dernière passe superbe en décalant parfaitement Azpilicueta d’une talonnade sur l’ouverture du score (4e). Très présent au pressing et au contact de ses adversaires, il s’est fait un ami cet après-midi en la personne de Skrtel avec qui l’échange d’amabilités a été plutôt rude. Trop imprécis devant le but par ailleurs pour espérer pouvoir marquer.

Liverpool :

-  Mignolet (6) : s’il effleure le ballon lors du but de Ramires (3e), il ne parvient pas à se monter décisif. Le Belge est en revanche beaucoup plus inspiré lorsqu’il sort inextremis une tentative de lob d’Oscar (72e). Un arrêt tout à fait honorable même s’il fut peu sollicité.

-  Clyne (6) : assez offensif, il a effectué de nombreuses montées pour prêter main forte à ses attaquants. Il s’est même essayé à une frappe, non cadrée (15e). Plus discret en fin de match, il s’est concentré, avec succès, sur les tâches défensives.

-  Skrtl (6) : plutôt solide dans sa charnière, il a été moins sollicité que Sakho. Le Slovaque s’est cependant montré impérial dans les duels, notamment aériens. Un match de bonne facture, malgré le but encaissé en tout début de match.

-  Sakho (7) : un match très intéressant pour l’ancien Parisien. Bien placé et solide dans les duels notamment face à Diego Costa, il s’est montré impérial dans sa défense, concédant très peu d’occasions. Il s’impose comme un titulaire indiscutable dans le onze de Jürgen Klopp.

-  Moreno (6) : à l’image de Clyne, il est beaucoup monté, a essayé d’apporter offensivement pas toujours à propos mais avec beaucoup de volonté. L’Espagnol est même tout proche de marquer le 3e but à la 76e minute. Un match très intéressant à défaut d’être transcendant.

-  Lucas (6) : trois grosses fautes en moins de 10 minutes au début de match et une entame généralement difficile à l’image de son équipe. Il a eu du mal à trouver ses attaquants et n’a pas toujours bien négocié les opportunités offensives qu’il a eues, comme lors d’un 3 contre 2 à la 80e minute. Un match moyen au final.

-  Can (6) : auteur de certaines fautes très évitables, l’Allemand a cependant apporté une grande puissance physique, offrant certaines montées très efficaces. Un match finalement solide et correct pour ce milieu polyvalent.

-  Milner (5,5) : à l’image de certains coéquipiers, il s’est rarement mis en évidence en première mi-temps. Rarement tranchant malgré sa mobilité il est finalement auteur d’un match sans relief, à défaut d’être catastrophique. Remplacé par Benteke (64e), qui tue le match à la 84e minute.

-  Lallana (6,5) : particulièrement actif dans la première mi-temps, il s’est essayé à plusieurs frappes (19e, 25e) et a effectué les efforts défensifs nécessaires. L’un des meilleurs joueurs de Liverpool dans la première mi-temps. Il fut plus discret dans le second acte malgré beaucoup de bonnes intentions. Remplacé par Lovren (85e)

-  Coutinho (8) : voir ci-dessus.

-  Firmino (5) : pas forcément un attaquant dans l’âme il n’a pas été particulièrement inspiré aujourd’hui malgré certaines tentatives de frappes très lointaines comme au tout début du match (2e). Parfois auteur de gestes techniques intéressants, il n’est pas fait pour ce poste et l’absence de Benteke s’est faite sentir. Un Benteke qui s’est lui montré décisif à son entrée. Match quelconque pour le Brésilien. Remplacé par Ibe (76e).

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10