> > Entretien avec... Habib Habibou : « Je n’ai parlé ni avec José Anigo, ni avec (...)

Entretien avec... Habib Habibou : « Je n’ai parlé ni avec José Anigo, ni avec le coach de l’OM »

Publié le :

Par :

Attaquant qui a brillé en Belgique, à Zulte Waregem, Habib Habibou a pris cet hiver la direction de Leeds. En contacts également avec les Queen's Park Rangers, le joueur formé au Paris Saint-Germain était également annoncé dans l'orbite de l'Olympique de Marseille. Pour Foot Mercato, il revient sur son parcours, son arrivée à Leeds, et ses contacts.

  • A+
  • A-
Habib Habibou se livre pour FM
Habib Habibou se livre pour FM
©Maxppp

Foot Mercato : Tout d’abord Habib, pourriez-vous nous raconter votre parcours ?

Habib Habibou : J’ai commencé en tant que débutant au CO Vincennes. Après, j’ai fait l’INF Clairefontaine, avant de partir au Paris Saint-Germain où j’ai fait ma formation jusqu’aux 18 ans nationaux, avec la génération 87, dont Clément Chantôme. Après, à partir de là, étant difficile de sortir pro à Paris, il fallait faire autrement, et je suis donc parti en Belgique, à Charleroi. Je suis arrivé là-bas et, au bout de six mois, j’avais signé pro, c’était donc bénéfique. J’ai fait beaucoup de matches, avant de partir au Steaua Bucarest, club qui jouait la Ligue des Champions. Mais je ne me plaisais pas vraiment là-bas, j’étais le plus jeune de l’effecitf, je ne parlais pas la langue, l’intgration était donc difficile. Je suis alors revenu à Charleroi, puis j’ai été transféré à Zulte Waregem. C’était un nouveau défi, ensuite j’ai eu une opportunité avec West Ham mais ça ne s’est pas fait car Waregem voulait trop d’argent. Puis j’ai eu une pubalgie, j’ai été out après l’opération pour plusieurs mois. Il fallait revenir, garder le mental, et j’ai fait la différence à mon retour sur les terrains. Cet hiver, j’ai eu l’opportunité de rejoindre l’Angleterre, au début la tendance était plus aux Queen’s Park Rangers puis j’ai fini à Leeds. Maintenant, je suis là depuis un peu plus d’une semaine, j’ai déjà joué un peu. À moi de travailler pour prendre le rythme du jeu anglais.

FM : Quelles sont vos principales caractéristiques sur un terrain, vos principales qualités ?

HH : Mes appels de balle, ma vivacité, et mon sens du but.

FM : Vous avez été formé au PSG, club que vous avez quitté parce qu’il est difficile pour les jeunes d’y briller. Comment l’expliquez-vous ?

HH : On connait la politique du club, on voit que Clément (Chantôme) et Mamad (Mamadou Sakho) sont là, ça montre quand même que le club fait un peu confiance aux jeunes, mais pas autant que des clubs comme Lyon, Auxerre, ou Rennes par exemple. C’est le club de la capitale, et avec l’arrivée des milliardaires, ça va être encore plus difficile car le club ne veut que des gros noms.

FM : Vous avez donc quitté le PSG pour la Belgique. Quitter la France était une vraie volonté de votre part ?

HH : C’était une volonté de ma part de quitter la France pour pouvoir signer professionnel plus rapidement. C’était un challenge qu’il fallait relever. Quand tu connais tes qualités, tu ne doutes pas. Je n’ai donc pas hésité, je suis parti, et je pense avoir fait le bon choix. Je ne regrette pas.

FM : Rejoindre la Roumanie par la suite était-il un choix plus compliqué ?

HH : C’était un choix compliqué oui, mais c’était surtout un choix pour avoir la possibilité de jouer la Ligue des Champions. Le Steaua reste un grand club en Europe, qui a gagné la Ligue des Champions. Mais j’étais jeune, je n’avais pas mes repères, je ne parlais pas la langue, c’était difficile de m’intégrer même si les gens étaient chaleureux. C’est un bon championnat, mais j’avais envie de revenir en Europe de l’Ouest, c’était mon choix.

FM : Avant de partir pour Leeds, vous étiez donc à Zulte Waregem, un club pas forcément très connu en France. Que pourriez-vous nous dire sur cette équipe ?

HH : C’est une bonne équipe, on est actuellement deuxième du championnat. C’était mon choix de partir maintenant, parce que certes on est deuxième, mais j’estimais que le temps était venu de faire un pas en avant. C’était difficile pour ma direction de me laisser partir mais, au bout de deux-trois semaines de négociations, ils ont vu que j’étais déterminé à rejoindre Leeds ou les Queen’s Park Rangers. Je suis satisfait d’avoir rejoint Leeds, mais Zulte est vraiment un bon club du championnat belge, qui est régulier, chaleureux. Je remercie les dirigeants pour tout ce qu’ils ont fait pour moi.

FM : Et au sein de ce club, vous avez également pu évoluer avec Thorgan Hazard...

HH : Avec Thotho, ça se passe bien. Dès son arrivée, il s’est intégré au groupe, à l’effectif. On s’entend super bien, c’est un de mes meilleurs potes. On s’entend bien sur le terrain et, hors du terrain, c’était mon voisin. On a passé de bons moments ensemble, il apporte un plus. C’est une bonne expérience pour lui d’être prêté ici par Chelsea, ça lui permet d’avoir du temps de jeu. Après, l’avenir nous dira où il doit aller, mais je pense qu’il a les personnes autour de lui pour le guider.

FM : Vous avez donc finalement posé vos valises à Leeds. Pourquoi votre choix s’est-il porté sur ce club ?

HH : Mon choix s’est porté sur Leeds parce que les Queen’s Park Rangers voulaient surtout des noms. Le coach et le président de Leeds m’ont, eux, fait comprendre qu’ils avaient vraiment besoin de moi. C’est maintenant à moi de m’adapter au football anglais, pour pouvoir qui sait connaître la Premier League. C’est un bon challenge. QPR voulait de gros transferts donc, pour avoir du temps de jeu, je pense avoir fait le bon choix. À moi de faire la différence.

FM : Les contacts avec QPR étaient-ils vraiment très avancés ? Aviez-vous pu par exemple discuter avec Harry Redknapp ?

HH : Oui, bien sûr, on est allé en Angleterre pour discuter avec lui. Mais je suis satisfait du choix que j’ai fait, et je pense que si je fais six bons mois ici... Le foot va vite. Je vais tout donner pour l’équipe, faire mon maximum.

FM : Il se disait également cet hiver que l’OM vous suivait de près. Qu’en était-il exactement ?

HH : Des gens sont là pour gérer ça mais moi, personnellement, je n’ai pas parlé avec José Anigo. Je n’ai donc pas grand-chose à dire partant de là. Je n’ai parlé ni avec José Anigo, ni avec le coach de Marseille. Tant que je n’ai pas eu de discussions avec eux, je ne peux donc pas dire s’il y a eu un intérêt.

FM : Malgré tout, seriez-vous intéressé à l’idée de jouer en Ligue 1 ?

HH : Bien sûr. La Ligue 1, c’est un championnat qui m’intéresse. Si un jour j’ai une opportunité, il faudra l’analyser. La Ligue 1 est un championnat relevé, qui fait partie des meilleurs au monde. Mais pour le moment, on n’en est pas encore là.

© Foot Mercato 2004-2014 - Nous sommes le 27/11/2014, il est 23H58 et vous consultez la page : Entretien avec... Habib Habibou : « Je n’ai parlé ni avec José Anigo, ni avec le coach de l’OM »