Les joueurs français sont légions de l’autre côté de la Manche. Et certains espoirs tricolores n’hésitent pas à tenter leur chance en Angleterre, à l’image de Christopher Dilo. Contacté par nos soins, le gardien de but vous raconte son parcours : « J’ai commencé dans ma ville, avant de partir au PSG à l’âge de 10 ans. Je suis resté quatre ans là-bas. Pour moi, Paris était le plus grand club en France. On avait en tout cas la meilleure équipe, on n’avait jamais perdu pendant deux ans. Je suis ensuite parti pendant deux ans à Sannois, et je suis maintenant à Blackburn depuis deux ans. Je suis grand, ce qui est bien pour le jeu anglais. Ma force, c’est mon jeu au pied. Je travaille pour progresser partout. J’ai toujours aimé Bernard Lama, j’aime son jeu. Et pour prendre un gardien plus moderne, je dirais que j’aime bien Iker Casillas ».

Et s’il est bien évidemment encore loin de ses deux modèles, le dernier rempart commence peu à peu à faire son trou chez les Rovers, brillant au sein des équipes de jeunes. Alors, comment un portier de cet âge a-t-il pu rallier si tôt le Royaume de Sa Majesté la reine ? « En fait, j’étais en pré-sélection en équipe de France U17, et des recruteurs de Blackburn sont venus parler à mon agent, c’est comme ça que ça s’est fait. J’ai beaucoup hésité, je ne parlais pas anglais, mais j’ai finalement tenté ma chance et ça se passe plutôt pas mal pour l’instant. Je pense que j’ai beaucoup progressé, et tout se passe bien ».

Tout se passe bien donc pour lui, qui nourrit de grandes ambitions pour cette saison, dans un pays qui respire le football : « En Angleterre, tout le monde aime le football. Et quand je dis tout le monde, c’est vraiment tout le monde. Les quatre premières divisions sont considérées comme professionnelles, et la grande différence c’est que le football français est plus technique, alors que le football anglais est plus physique. On va essayer de jouer les play-offs comme la saison dernière et de gagner des titres. Et puis tutoyer un peu plus l’équipe première, et réintégrer l’équipe de France ». C’est tout le mal qu’on lui souhaite.