Olivier Giroud ne s’attendait sûrement pas à ça. Présent en conférence de presse, auréolé d’une petite coupe d’Europe dont il fut l’un des principaux artisans, le champion du monde s’est prêté de bonne grâce à l’exercice des réponses sur sa situation à Chelsea. Entre sa récente prolongation, la victoire en Ligue Europa et surtout sa relation avec Maurizio Sarri, le buteur tricolore a évoqué tous les sujets sans langue de bois. Très sollicité malgré son statut de remplaçant en Premier League, l’ancien joueur d’Arsenal va donc poursuivre l’aventure avec les Blues jusqu’en 2020. Une réelle satisfaction pour le principal protagoniste.

« D’abord, c’est une année en option, le club a souhaité lever l’option, mais ça ne veut pas dire que je n’étais pas d’accord, au contraire. Je suis très heureux de prolonger l’aventure, j’ai gagné un titre encore cette année. C’est une fierté pour moi de rester dans un club qui gagne des titres, avec une certaine exigence. Je me sens comme chez moi, j’ai envie de gagner des titres avec Chelsea, quel que soit l’entraîneur, » a ainsi confié le champion du monde. Une saison paradoxale pour l’intéressé qui a oscillé entre second couteau en Premier League et homme providentiel en Ligue Europa. Un ascenseur émotionnel qu’a dû gérer Giroud au quotidien, tout en se tenant prêt à saisir la moindre opportunité.

Olivier Giroud se sent bien en Angleterre

« C’est évident que je n’ai pas eu beaucoup de temps de jeu en Premier League, cela ne m’a pas enchanté. J’ai essayé d’être efficace pour l’équipe quand j’ai joué, pour prouver au coach que malgré la frustration, je donnais tout sur le terrain, » a expliqué le champion de France 2012 avec Montpellier. Ce dernier en a également profité pour dévoiler sa relation avec le manager italien de Chelsea Maurizio Sarri. Des rapports teintés de respect même si ceux-ci n’ont pas toujours été au beau fixe. Même si Olivier Giroud n’a jamais été érigé au rang de numéro un en attaque, l’international français n’en veut pas à son coach. L’ancien gunner estime même que ce dernier ne pouvait pas effectuer de rétropédalage après avoir exigé l’arrivée de Gonzalo Higuain en janvier.

« Même si cela n’a pas été facile pour moi, je n’ai pas de dent contre lui comme peuvent peut-être le penser les gens. Quand je ne comprenais pas ses choix, je suis allé le voir dans son bureau. Il m’a donné des explications. Ce qui a été embêtant, c’est qu’il a recruté un attaquant qu’il a connu très bien à Naples. Cela n’a pas été évident à encaisser, mais j’ai gardé le cap en lui prouvant que je pouvais jouer quoiqu’il arrive, et être efficace tout en restant concentré sur ce que j’avais à faire. Après quand vous faites venir un joueur en janvier, c’est difficile de le mettre sur le banc et de se désavouer en quelque sorte (il sourit). Mais c’est bien, car en Premier League on termine 3ème, et le trophée c’est la coupe d’Europe, » analyse le natif de Chambéry.

L’attaquant se voit en Angleterre après 2020

Interrogé sur son avenir après 2020 et sur une possibilité de le revoir en Ligue 1, Olivier Giroud n’a pas caché qu’il privilégiait une autre option pour la suite de sa carrière. « Il y a des chances qu’il y ait plus qu’un an en Angleterre. Je n’aime pas trop me projeter, je ne me vois pas pour l’instant autre part qu’à Chelsea. C’est difficile de se projeter, je serai incapable de vous dire si je retournerais en France ou pas. Il y a eu des discussions avec le club pour d’autres années mais rien d’officiel, rien de signer encore, » a dévoilé l’attaquant français. Il faudra donc encore patienter pour envisager un retour du chouchou de Stamford Bridge en France...

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10