En place depuis 20 ans sur le banc d’Arsenal, Arsène Wenger divise. Certains l’encensent, d’autres le descendent. Marouane Chamakh (32 ans), qui l’a côtoyé chez les Gunners de 2010 à 2013, a choisi son camp. Interrogé par RMC, l’attaquant, qui vient de rebondir en Championship du côté de Cardiff City, a expliqué qu’il gardait la dent dure envers le coach française. « Oui, c’est clair que je lui en veux un petit peu parce que je pense que je méritais un temps de jeu supérieur à ce qu’il m’avait donné et promis », a-t-il expliqué, lui qui avait pourtant réalisé un premier exercice encourageant à son arrivée en provenance des Girondins de Bordeaux (7 buts en 29 apparitions en Premier League).

L’international marocain (62 sélections, 17 réalisations) regrette que le manager alsacien lui ait fait des promesses qu’il n’a finalement pas tenues. « L’année s’est écoulée et, en début de saison, il m’a dit qu’on allait peut-être changer notre schéma tactique et que j’allais peut-être débuter avec Robin. Ce n’étaient que des promesses, il n’y a rien eu au bout. Cette année-là, Robin a tout explosé, il a été joueur de l’année. Je ne pouvais rien dire et je n’allais pas aller le voir (Arsène Wenger, ndlr) et lui dire que je devais jouer à sa place. Robin était beaucoup plus fort que moi », a-t-il reconnu, lucide, avant de poursuivre.

L’amertume toujours présente...

« Pour les objectifs que j’avais, je pense que c’était un petit peu un manque de respect. J’avais bien commencé et du jour au lendemain il m’éclipse comme ça... Il me demandait d’être patient, me disait que Robin n’allait pas enchaîner plus de dix matchs, qu’il allait se blesser, mais ça a duré toute une année », a-t-il raconté. Le natif de Tonneins (11 apparitions en Premier League cette saison-là, en 2011/12, seulement 1 titularisation...) regrette donc amèrement le comportement du technicien tricolore à son égard.

Une situation devenue intenable au fil du temps. « Il fallait à un moment donné que je prenne une décision et que je quitte le club », a-t-il conclu. Parti en prêt à West Ham en 2012/13 (3 apparitions seulement en PL) puis à Crystal Palace (60 apparitions en PL, 7 réalisations), le buteur n’a jamais vraiment réussi à se relever de ce coup dur, mentalement comme physiquement (il a connu plusieurs blessures graves). Aujourd’hui à Cardiff City, en Championship, Marouane Chamakh espère pouvoir rebondir, lui l’amoureux du football anglais.