Après avoir perdu à l’Emirates face à Aston Villa lors de première journée de Premier League (1-3), Arsenal a fait oublié cette absence en glanant deux succès précieux sur le terrain de Fulham (3-1) puis face aux éternels rivaux de Tottenham (1-0). Et les Gunners s’affichaient clairement avec de nouvelles ambitions cet après-midi sur le terrain de Sunderland. Pourquoi ? Parce qu’un dénommé Mesut Özil vient de rejoindre les rangs des Londoniens, tout simplement. Grâce à l’Allemand recruté 50 M€, les troupes d’Arsène Wenger peuvent s’afficher clairement comme un nouvel outsider de choc dans la course au titre.

La nouvelle recrue ne met d’ailleurs pas beaucoup de temps à s’illustrer. Au bout de 11 minutes, sur une superbe ouverture de Gibbs, Özil côté gauche effectue un contrôle de classe mondiale, avant d’offrir tranquillement sa première passe décisive de la saison sous ses nouvelles couleurs à destination de Giroud (11e). Un début de match de rêve. Pour la stat, Olivier Giroud inscrit là son premier but… hors de Londres ! Pas si étonnant que ça, étant donné le nombre de clubs londoniens évoluant en Premier League. Malgré une frayeur deux minutes plus tard suite à une barre de Modibo Diakité sur corner, Arsenal gère cette première période. A la baguette, l’Allemand régale. Il transmet au quart d’heure de jeu une offrande pour Walcott, qui manque son face à face avec Westwood. Si les Black Cats répliquent grâce à Altidore trois minutes plus tard grâce à une lourde frappe des 25 mètres, bien repoussé par Szczesny, ils n’arrivent pas à se dépêtrer de la menace Özil, quasiment sur tous les bons coups des Gunners.

Pour sa première frappe cadrée en Premier League, ce dernier s’illustre sur un joli coup-franc mais qui manque un peu de puissance pour surprendre le portier britannique (26e). Mais ce qu’il préfère, c’est bel et bien la dernière passe. Deux minutes plus tard, il lance encore Walcott qui bute une nouvelle fois sur Westwood. De gros déchets de la part de l’international, qui n’en restera malheureusement pas là. A la 43e, sur une superbe ouverture de Wilshere, qui offre un superbe ballon piqué dans le dos de la défense trouve la tête de l’ailier droit des Gunners qui smashe bien la tête mais ne trouve pas le cadre. Dans les arrêts de jeu, il bute encore sur le gardien adverse, avant que Giroud ne récupère le ballon, crochète mais voit sa frappe du droit renvoyé par la défense. A la mi-temps, les joueurs d’Arsène Wenger retrouvent les vestiaires avec un avantage logique mais qui aurait pu être beaucoup plus ample.

Arsenal s’en sort bien

En seconde mi-temps, les Gunners vont souffrir. Lien de cause à effet : Özil est moins en vu et moins servi par ses partenaires. Une influence directe sur le jeu. Du coup, Arsenal subit. Il faut dire que les Black Cats étaient remontés. On se doute alors que le caractériel Paolo Di Canio n’a pas dû être très tendre avec ses troupes à la pause… Et d’entrée de jeu, Arsenal panique, à l’image de Koscielny. L’international tricolore offre un pénalty stupide sur un tacle de Johnson qui n’était pas réellement en position de créer un danger immédiat. Craig Gardner, entré à la pause en lieu et place de Vaughan, se charge d’inscrire le but égalisateur pour Sunderland (48e).

Un but qui va faire souffrir les joueurs d’Arsenal, ne trouvant plus de solutions. Dans une position axiale suite à la blessure de Per Mertesacker, Bacary Sagna souffre à ce poste qu’il connaît mal. Et coup sur coup, les joueurs de Sunderland vont mettre sérieusement en danger la défense londonienne. D’abord par Fletcher, qui va inscrire un but logiquement refusé pour une position de hors-jeu (59e). Deux minutes plus tard, Gardner trouve sur un coup-franc excentré le poteau de Szczesny. Sifflé pour un hors-jeu très contestable, le ballon avait de toute façon filé en six mètres. Et contre toute-attente, les Gunners vont alors inscrire un second but magnifique signé Aaron Ramsey, qui reprend de volée à l’entrée de la surface un bon centre de Jenkinson (67e).

Cruel pour les Black Cats, qui vont en plus se faire flouter sur l’un des faits de match de cette rencontre. A la 70e, Altidore bien servi dans la profondeur résiste à Sagna, et parvint à tromper en déséquilibre Szczesny. Si on ne sait d’abord pas si le ballon est bien entré dans les buts du Polonais (le Hawk Eye révélera que oui), l’arbitre M. Jenkinson ne valide pas le but, ayant sifflé une charge de Sagna au préalable. Dur, très dur. D’autant plus qu’Arsenal inflige un troisième but aux Black Cats grâce à l’intermédiaire de Ramsey encore une fois, servi merveilleusement bien par Giroud (76e).

A la 80e, Mesut Özil se fait remplacer par Thomas Vermaelen, sans doute le sentiment du devoir accompli, malgré une seconde mi-temps en-dessous de la première. Une bonne nouvelle pour les supporteurs des Gunners, qui doivent se pourlécher les babines après cette première prestation. Mais cette bonne nouvelle en cache une mauvaise. En fin de rencontre, Olivier Giroud semble se blesser gravement. Son genou se serait bloqué après un tir du droit qui passe à côté dans les arrêts de jeu, sur un bon service de Ramsey. Remplacé par Akpom, qui faisait ses grands débuts avec les Gunners, c’est un énorme coup dur pour Arsène Wenger, qui perd là son seul attaquant encore valide, Yaya Sanogo étant blessé. On suivra alors avec attention la gravité de la blessure du Français. En attendant, le prochain rendez-vous des Gunners se déroulera en France, avec le déplacement en terres marseillaises en Ligue des Champions.