La trêve internationale peut être fatale pour un entraîneur de club. Javi Gracia l’a appris à ses dépens il y a deux jours, lorsqu’il lui a été signifié qu’il était limogé de Watford, après donc seulement 4 journées de Premier League. Bien sûr, les résultats n’étaient pas bons, avec 3 défaites et 1 nul en Premier League (ainsi qu’une victoire en League Cup), et 8 buts encaissés pour seulement 2 marqués. Mais il s’agissait tout de même de l’entraîneur qui a réalisé la meilleure saison avec Watford en Premier League (11e en 2018-2019 avec une finale de Cup à la clé). Dimanche soir, Javi Gracia, 49 ans, a publié un communiqué pour partager sa surprise mais pas son amertume à l’encontre de son désormais ex-club.

« Après l’annonce inattendue de la rupture de mon contrat après seulement 4 matches, je veux exprimer ma surprise, après avoir réussi la meilleure saison de l’histoire de Watford. Je respecte la décision et je voudrais rappeler mon excellente relation avec Gino Pozzo et Filippo Giradi, et cela ne changera pas malgré ma sortie abrupte du club. Je suis reconnaissant au club de m’avoir permis de manager en Premier League, cela a été une expérience incroyable, avec des moments très spéciaux comme la finale de FA Cup. » Visiblement, Javi Gracia n’en tient pas tant rigueur au patron des Hornets, Gino Pozzo, très impliqué dans le club, et régulièrement présent au centre d’entraînement. Pourquoi ce dernier a-t-il pris une telle décision si tôt dans la saison ? Les réponses sont plurielles.

Javi Gracia n’avait plus d’impact

D’abord, les résultats évidemment. Dans l’esprit des dirigeants, la mauvaise série vécue en ce début de saison s’explique par la délicate fin de l’exercice précédent. Watford a terminé par 4 défaites consécutives, dont le 6-0 cinglant infligé par Manchester City en finale de FA Cup. À partir du moment où les Hornets se sont qualifiés pour la finale, ils n’ont plus gagné qu’un match lors des 7 dernières rencontres de la saison. Un relâchement coupable attribué à Javi Gracia. Comme l’expliquent les médias anglais, la direction de Watford estime qu’il avait perdu son impact sur le vestiaire.

Le laisser continuer sur le banc de touche n’était pas considéré comme une bonne idée, alors que ses idées ne passent plus vraiment et que sa motivation était jugée moindre. En le limogeant au cours de la trêve internationale et en nommant dans la foulée Quique Sanchez Flores, passé au club durant la saison 2015-2016, la direction voulait laisser du temps au nouveau coach de préparer l’équipe en vue du programme chargé qui s’annonce : réception d’Arsenal et déplacement à Manchester City. Le calendrier n’est pas le plus aisé pour prendre des points. Mais Watford compte bien s’appuyer sur le coach espagnol de 54 ans, qui était parvenu à maintenir le club en Premier League l’année de sa promotion. Quique Sanchez Flores espérait de son côté récupérer un club anglais après une pige en Chine au Shanghai Shenhua. En prenant cette décision radicale, Watford espère avoir réagi suffisamment vite pour ne pas s’enfoncer en queue de classement, après un mercato estival où il a dépensé 35 M€ pour Ismaïla Sarr, record de l’histoire du club.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10